Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

RASSEMBLEMENT lundi 25 septembre 2017 à 18h pour l'accueil des migrantEs PDF Imprimer Email
Divers
Vendredi, 22 Septembre 2017 08:45

Rendez-vous à l’occasion du conseil municipal, devant la mairie centrale, place de la Comédie, Lyon 1er, métro Hôtel de Ville
Cet appel a reçu le soutien de 2MSG, du Planning Familial du Rhône et du Collectif 69 de soutien aux réfugié-e- s et migrant-e- s, composé de : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGTÉduc’Action
Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif 69 Palestine, Comité d’Information pour une Syrie Libre et Démocratique, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, MRAP LYON 1-4, MRAP LYON 3-7- 8, RESF-69, Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes Lyon, EELV 69, ENSEMBLE!, L’insurgé, Lutte Ouvrière, MJCF Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche du Rhône, PCF, UPC.communiqué du Collectif Agir Migrants, collectif d'habitantEs de Lyon 3ème :

"Suite à la lettre ouverte adressée le 29 août 2017 à Messieurs M. COLLOMB Ministre de l'Intérieur, M. INGLEBERT Préfet Délégué pour l'Egalité des Chances, M. KIMELFELD Président de la Métropole, M. KEPENEKIAN Maire de la ville de Lyon, M. PHILIP Maire du 3ème arrondissement de Lyon, nous n'avons reçu aucune réponse.
Nous sommes le collectif Agir Migrants Lyon constitué de 120 citoyen-ne-s qui viennent en soutien au 150 personnes en demande d'asile qui sont localisés sur l'Esplanade Nelson Mandela à Lyon 3ème.

Ces demandeur-se-s d'asile ont été expulsé-e-s une cinquième fois en 7 mois sans solution d'hébergement acceptable. Ces migrant-e-s subissent des harcèlements et des violences policières que nous avons documentés :

- les personnes ont été contraintes certaines nuits de dormir assises ou debout
- des papiers et des affaires personnelles ont été jetés à la déchetterie
- des familles avec des enfants en bas âge et des femmes enceintes sont concernées
Ces migrant-e-s ont des droits !!! Il est de la responsabilité de l'Etat, de la Métropole et de la Ville de Lyon de veiller à ce que ces droits soient respectés. Ces personnes ont faim, ont soif, ne dorment pas, ne se lavent pas correctement, n'ont pas de toilettes suffisantes, ne peuvent pas se soigner, les enfants ne sont pas scolarisés. En tant que citoyen-ne-s nous avons honte de voir le pays des droits de l'Homme traiter des familles avec si peu d'humanité.

Nous exigeons :
- la fin du harcèlement et des violences policières
- des hébergements pour la durée des demandes d'asile
- des réquisitions d'immeubles...

Lire la suite...
 
Après le 12, il faut un mouvement d’ensemble du monde du travail : en grève jeudi 21 septembre ! PDF Imprimer Email
Entreprises
Dimanche, 17 Septembre 2017 14:30

Manif à Lyon à l'appel de CGT, CNT, FSU, Solidaires, UNEF et UNL jeudi 21 septembre à 11h30
à la Manufacture des Tabacs (métro Sans Souci)

La manifestation du 12 septembre est une réussite.
400 000 personnes, c’est au niveau des premières manifestations du mouvement contre la loi travail en 2016, alors que cette manifestation était tôt en septembre et appelée par une partie des syndicats seulement.

Il faut dire que Macron a montré son mépris profond pour les travailleurs/ses, et que cela énerve. Sa sortie sur les « feignants » est obscène : des millions de personnes travaillent pour engraisser quelques centaines de capitalistes et il voudrait nous faire travailler encore plus… sans parler de touTEs ceux/celles qui voudraient travailler mais sont privés d’emploi.

Macron nous a aussi donné un petit coup de pouce en rappelant il y a quelques semaines ses projets pour les cheminots : casser leur statut et continuer à dépecer la SNCF. Soyons en certains : ceux qui attaquent le statut des cheminots attaquent aussi les acquis du privé et du public.

Construire un mouvement de grève unitaire
La journée du 12 change l’ambiance de cette rentrée : maintenant, de nombreux/ses salariéEs parleront des attaques de Macron. Mais elle ne suffira pas pour gagner.
La solution n’est pas que chacun appelle à sa propre manifestation, par exemple le 23 pour la France Insoumise, alors qu’une journée de grève unitaire est organisée le 21 septembre. Il faut que toutes les organisations qui veulent construire la mobilisation se réunissent autour d’une table pour construire un plan d’action pour faire céder le gouvernement.
A partir du 25, les salariés des transports routiers seront en grève reconductible. Nous avons besoin que d’autres secteurs les rejoignent, car l’enjeu est de construire un mouvement plus fort que la mobilisation contre la loi travail, avec de nombreux secteurs en grève reconductible, appuyés par des manifestations où tout le monde participe. La prochaine étape est...

Lire la suite...
 
Contre les ordonnances Macron, une première manifestation réussie, malgré les tentatives de division PDF Imprimer Email
Entreprises
Mardi, 12 Septembre 2017 21:15

Ce 12 septembre à Lyon, la manifestation a été une réussite pour une première journée de mobilisation avec plus de 10 000 personnes.  L'Etat a clairement voulu empêcher la manifestation syndicale contre la loi travail de s'élancer. Dès le départ, la police a encerclé près d'une centaine de manifestant-e-s. Il s'agissait d'une véritable garde-à-vue à ciel ouvert qui a duré plus de deux heures. Comme l'année dernière lors du mouvement contre la loi El Khomri, la police n'a pas hésité à gazer et à matraquer celles et ceux qui luttent.

Face à cette répression, la manifestation a su rester unie afin d'exiger la libération des manifestant-e-s encerclé-e-s. Grâce à cette solidarité, la police a fini par libérer les militant-e-s. La manifestation a alors pu reprendre jusqu'à la place Bellecour, dans une ambiance dynamique. Les tentatives de division du pouvoir ne nous arrêterons pas. Au contraire, notre détermination n'est que renforcée pour construire une mobilisation d'ampleur d'ici la prochaine manifestation le 21 septembre.

 

 
Rassemblement pour l'accueil des migrantEs lundi 18 septembre, lors de la réunion de la Métropole PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 09 Septembre 2017 08:51

communiqué du Collectif Agir Migrants, collectif d'habitantEs de Lyon 3ème :

"APPEL A RASSEMBLEMENT les lundis 11 et 18 septembre 2017 à 19h, pour demander le respect des droits de l'Homme et de la Convention de Genève en faveur des migrant-e-s. Rendez vous sur la dalle devant la Métropole, 20 rue du Lac Lyon 3ème métro tram Part Dieu.

Suite à la lettre ouverte adressée le 29 août 2017 à Messieurs M. COLLOMB Ministre de l'Intérieur, M. INGLEBERT Préfet Délégué pour l'Egalité des Chances, M. KIMELFELD Président de la Métropole, M. KEPENEKIAN Maire de la ville de Lyon, M. PHILIP Maire du 3ème arrondissement de Lyon, nous n'avons reçu aucune réponse. Nous sommes le collectif Agir Migrants Lyon constitué de 120 citoyen-ne-s qui viennent en soutien au 150 personnes en demande d'asile qui sont localisés sur l'Esplanade Nelson Mandela à Lyon 3ème.

Ces demandeur-se-s d'asile ont été expulsé-e-s une cinquième fois en 7 mois sans solution d'hébergement acceptable. Ces migrant-e-s subissent des harcèlements et des violences policières que nous avons documentés :
- les personnes ont été contraintes certaines nuits de dormir assises ou debout
- des papiers et des affaires personnelles ont été jetés à la déchetterie
- des familles avec des enfants en bas âge et des femmes enceintes sont concernées
Ces migrant-e-s ont des droits !!! Il est de la responsabilité de l'Etat, de la Métropole et de la Ville de Lyon de veiller à ce que ces droits soient respectés. Ces personnes ont faim, ont soif, ne dorment pas, ne se lavent pas correctement, n'ont pas de toilettes suffisantes, ne peuvent pas se soigner, les enfants ne sont pas scolarisés. En tant que citoyen-ne-s nous avons honte de voir le pays des droits de l'Homme traiter des familles avec si peu d'humanité.

Nous exigeons :
- la fin du harcèlement et des violences policières
- des hébergements pour la durée des demandes d'asile
- des réquisitions d'immeubles
- des mises à disposition de bâtiments publics
- l'ouverture de terrains...

Lire la suite...
 
Ordonnances contre le droit du travail : touTEs dans la rue le 12 septembre ! PDF Imprimer Email
Entreprises
Vendredi, 08 Septembre 2017 10:53

Le pire était à craindre, il est dans les cinq ordonnances présentées le 31 août par le gouvernement Macron. Pour l’empêcher, il n’y aura que notre mobilisation et notre unité.

Grande manifestation nationale le mardi 12 septembre !

A Lyon, rendez-vous à 11H30

à la Manufacture des Tabacs (métro Sans souci)


Les exigences du Medef par ordonnances

Pour le Medef, il faut en finir avec le Code du travail, qu’il ne soit plus une garantie commune à tous les salariéEs. L’inversion de la hiérarchie des normes permet que soient mis en place au niveau des branches des contrats courts, des contrats de chantiers… plus précaires encore que les CDD et l’intérim. Les entreprises peuvent imposer des rémunérations et primes inférieures à ce qui est prévu par la convention collective de la branche.

La rupture conventionnelle collective ou l’appréciation de la santé économique d’un groupe multinational sur le seul territoire français permettent de licencier beaucoup plus facilement.

Les outils de défenses des salariéEs sont également attaqués. Le tribunal des prud’hommes est désarmé par les barèmes qui réduisent drastiquement les indemnités en cas de licenciement illégal et par la réduction des délais de recours. La fusion du CHSCT, des délégués du personnel et du CE ou le référendum d’initiative patronale livrent les salariéEs au bon vouloir patronal.

Lire la suite...
 
Rassemblement pour la libération immédiate de Salah Hamouri ce samedi 9 septembre à 15h PDF Imprimer Email
Internationalisme
Samedi, 02 Septembre 2017 11:45
Le Collectif 69 de soutien au peuple palestinien organise un rassemblement à Lyon le samedi 9 septembre 2017, à 15h sur la place de la République (Lyon 2ème - entre les métro Bellecour et Cordeliers) pour exiger la libération immédiate de Salah Hamouri.

Six mois de "détention administrative" viennent d’être requis contre Salah Hamouri, militant franco-palestinien détenu par Israël durant plus de six ans entre 2005 et 2011, et de nouveau interpellé par les autorités israéliennes le 23 août.

La détention administrative israélienne permet à l’armée de maintenir quiconque en prison, pour des périodes de six mois renouvelables à l’infini, sans aucune charge et sans qu’aucune preuve ne soit produite. Cette procédure, qui repose sur une présomption de culpabilité et nie tout droit à la défense, est l’une des multiples facettes du régime colonial imposé par Israël aux Palestiniens.

Car le gouvernement israëlien n’a pas réussi à coller un seul délit à Salah Hamouri, mais lui fait payer le fait qu’il continue à défendre la cause palestinienne, et notamment celle des prisonniers palestiniens, en tant qu’avocat au sein de l’association Addameer. Salah Hamouri, après ses longues années d'emprisonnement sous de faux prétextes, aurait pu choisir le confort et une vie tranquille, en s’établissant en France, avec sa femme française, Elsa, et son enfant. Mais ce militant de 32 ans en a décidé autrement. Il n’a pas voulu abandonner les siens et les années d’incarcération n’ont pas entamé sa détermination à défendre les droits fondamentaux du peuple palestinien. Alors Israël ne cesse de le harceler : assigné à résidence à Jérusalem-Est, son épouse interdite de mettre les pieds en Palestine, et maintenant, depuis le 23 août, enlevé de nuit à son domicile et à nouveau emprisonné sans le moindre motif ! Il s’agit pour l’occupant israélien de faire un exemple de plus, en montrant à l’ensemble des Palestiniens ce qui les attend quand ils ne renoncent pas à leurs droits.

Lire la suite...
 
Les réfugiéEs campant derrière la Part Dieu, avenue F. Faure, de nouveau expulsés PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 26 Août 2017 12:49
communiqué du Collectif Agir Migrants (collectif informel d’habitantEs de Lyon 3ème) :

« 7h00 la police nationale, l'élue de Lyon 3e à la tranquillité publique, Martine Elbahar, le personnel des TCL... tous sont là.
11 familles avec enfants de moins de 3 ans logées à l'hôtel pour 10 jours.
Pas d'hébergement proposé.
Pas de réquisition d'immeuble.
Pas d'ouverture d'un lieu public.
Les migrants sont empêchés de prendre les transports en commun.
Ils sont contraints de laisser beaucoup d'affaires sur places.
L'OFII (office français de l'immigration et de l'intégration) distribue des flyers pour l'aide au retour au pays.
En parallèle des vigiles sont placés en nombre dans chaque parc pour empêcher les migrants de refaire un camp...
La chasse à l'Homme va commencer dans les rues de Lyon.

5ème expulsion en 7 mois.
STOP !!!!! ON NE PEUT PAS GOMMER 150 PERSONNES DE L'ESPACE PUBLIC ALORS QU'ILS ONT DES DROITS, À COMMENCER PAR LE DROIT A L'HÉBERGEMENT !!!!!
STOP !!!! CES MIGRANTS NE SONT PAS LA POUR LE PLAISIR. ILS FUIENT UNE SITUATION INTENABLE POUR EUX EN ALBANIE, KOSOVO, MACEDOINE !!! »

 
En août à Lyon, un mouvement social des livreurs de Deliveroo PDF Imprimer Email
Entreprises
Mardi, 22 Août 2017 09:31
« La grève des Deliveroo : un miracle social
Le 11 août dernier était organisée la première grève d’ampleur chez Deliveroo. Parti de Bordeaux fin juillet, le mouvement de contestation s’est rapidement étendu à Lyon puis à Paris et suscite un large intérêt médiatique.
La société Deliveroo, crée en Angleterre en 2013, est devenu le leader  de la FoodTech – sa valorisation dépasse désormais le milliard de dollars – et compte désormais 7.500 livreurs dans vingt villes françaises. La réussite de ces plateformes, dont le développement nécessite des levées de fond importantes, est avant tout liée au fait que ces livreurs sont systématiquement embauchés sous le statut d’auto-entrepreneur, qui permet en particulier de s’affranchir du versement des cotisations patronales, alors que cette activité constitue, pour un nombre croissant d’entre eux, un travail à part entière.

Une prise de conscience qui vient de loin
La faillite de la plateforme belge Take Eat Easy en juillet 2016, qui aura laissé sur le carreau des milliers de coursiers français là où, en tant que salariés, ils auraient eu droit à la prise en charge de l’AGS, a constitué un déclic pour les travailleurs de ce secteur. Aussi, après quelques grèves sporadiques à Marseille et à Nice en début d’année, ils commencent à s’auto-organiser avec la création d’associations ou de collectifs comme Les Flèches Vertes à Lyon ou le CLAP à Paris mais également à se syndiquer : outre la création en mars 2017 d’un syndicat CGT des coursiers à vélo de la Gironde, quelques bikers parisiens ont commencé à rejoindre la CGT et SUD Commerce.
La France rattrape également son retard social alors que l’ébullition est de mise depuis 2016 au niveau européen où les bikers de plusieurs pays, le plus souvent épaulés par des syndicats alternatifs, ont déjà fait l’expérience de la mobilisation. Ainsi, la justice anglaise est saisie d’une affaire de requalification du contrat d’un livreur indépendant en travail salarié et les livreurs espagnols étaient eux aussi en grève pas plus tard que le mois dernier.

Les raisons de la colère...

Lire la suite...
 
Contre le PDG de la République, la mobilisation se prépare pour la rentrée PDF Imprimer Email
Entreprises
Lundi, 07 Août 2017 10:39

Pour notre PDG de la République, une nation «?start-up?» est une société tournée vers l’entreprise et les ultra-riches. La destruction du Code du travail et des droits des salariéEs (hiérarchie des normes, IRP, compte-pénibilité, licenciements…) est dictée par le Medef qui, d’ores et déjà, s’annonce très satisfait des premiers pas de ce gouvernement. On peut les comprendre... Il suffit désormais que les patrons haussent légèrement le ton pour que Macron accélère la politique en leur faveur?: ordonnances, pérennisation du CICE en exonérations de cotisations patronales en 2019, suppression dès 2018 des cotisations maladies et chômage...
Dans ce beau tableau, il ne faudrait pas oublier les trois milliards donnés aux plus riches avec la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune qui sera remplacé par un impôt moindre sur l’immobilier. Mais, c’est promis juré, «?la baisse des impôts permettra à tous les Français de bénéficier des efforts réalisés?». Et malgré ces milliards donnés aux plus fortunés, malgré l’attaque faite aux retraitéEs et aux plus modestes avec la hausse de la CSG, ou malgré la baisse des APL, Darmanin a osé affirmer qu’«?augmenter l’allocation handicapé et le minimum vieillesse de 100 euros par mois, ce n’est pas une politique pour les riches?»... Les cons ça osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît?!

Le temps de la confrontation
Mais mauvais coup après mauvais coup, le gouvernement Macron semble fragilisé, en tout cas dans les sondages puisque sa popularité vient de chuter de 10 points. Les conditions de son élection ont aussi montré que son socle électoral est assez étroit?: à peine le cinquième des électeurs inscrits au premier tour, et une victoire au second tour pour partie liée à son duel face à Le Pen. Et beaucoup qui espéraient du neuf à travers Macron, s’aperçoivent que ce dernier utilise les mêmes vieilles recettes contre le monde du travail et les plus modestes.
En ce début d’été, les raisons se multiplient pour combattre ce gouvernement et aller à l’affrontement, que l’on soit salariéE du privé ou du public. Pour cela, nous devons en premier lieu nous saisir de la  journée de grève et de manifestation du 12 septembre appelée par la CGT mais aussi par Solidaires. Après Hollande, le gouvernement Macron amplifie l’offensive?? Nous devons reprendre le chemin de la mobilisation. Une seule journée ne pourra évidemment pas faire reculer ce gouvernement, mais si elle est réussie, elle pourra être le début d’une mobilisation d’ensemble la plus unitaire possible. Pour cela, il faut mettre fin à l’éparpillement, arrêter que les dates sur tel ou tel sujet se multiplient car c’est autant de divisions. L’urgence est de riposter ensemble, unis.

La période estivale doit nous permettre de reprendre les forces nécessaires pour que dès les premiers jours de rentrée, nous soyons plus que jamais mobilisés, déterminés, pour défendre nos droits et, pourquoi pas, en conquérir de nouveaux.
Mardi 12 septembre, Manifestation à partir de 11H30 à la Manufacture des tabacs (métro Sans Souci) jusqu’à la place Bellecour
Début juillet, des syndicalistes SUD et CGT se sont réunis dans les locaux syndicaux de Volvo (ex Renault Trucks) pour relayer la campagne du Front Social à Lyon. Un tract a été préparé pour une distribution pendant l’été dans les entreprises des participantEs et collectivement sur des lieux clés (Grange Blanche, échangeur de Solaize). Un tract à utiliser sans modération...

télécharger le tract

 
Mobilisons-nous face à la manif fasciste du 15 juillet place Carnot PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Jeudi, 13 Juillet 2017 10:55

"Le GUD (Groupe Union Défense) organise une manifestation le samedi 15 juillet à 14h Place Carnot pour défendre un lieu occupé, puis évacué sur décision du tribunal, appelé « Bastion Social ».

Qu’est-ce que le GUD ?
Groupuscule d’extrême-droite radical formé en 1968 suite à la dissolution d’Occident, le Groupe Union Défense a été réactivé à Lyon en 2011. Prônant la violence de rue (nombreuses condamnations sur Lyon à des peines de prison ferme), le GUD ne cache pas son antisémitisme, son homophobie et ses affinités avec le milieu néo-nazi.

Qu’est-ce que le « Bastion Social » ?
S’inspirant des néo-fascistes italiens de « Casa Pound », le GUD a tenté d’occuper un immeuble pour soi-disant venir en aide aux personnes « françaises »  démunies (comprendre « de couleur  blanche »). Cette occupation devait surtout servir à établir un lieu pérenne pour loger des militants d’extrême-droite radicaux, les former idéologiquement et les entraîner au combat de rue.
D’ailleurs, les associations d’aides aux personnes vivant à la rue ont vivement dénoncé l’ouverture d’un tel lieu.

Le samedi 15 juillet, les militants du GUD, aidés de gros bras venus de toute la France et d’Italie, a pour objectif de parader dans les rues lyonnaises et de déverser leur haine des étrangers et de celles et ceux qui les soutienneent .
Ne laissons pas les fascistes du GUD défiler dans nos quartiers ! Mobilisons-nous pour que cette marche raciste ne puisse pas avoir lieu !
Interpellons la  Ville de Lyon (Contact : 04 72 10 30 30) et la Préfecture (Contact : 04 72 61 60 60)"

Appel à l’initiative de la CGA-Lyon et du Collectif 69 deVvigilance contre l’extrême-droite (collectif d’associations, de syndicats et de partis, dont le NPA)
contact: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Le 13 juillet après-midi, la préfecture a interdit la manifestation du GUD, qui prétend défiler quand-même...

 
Manif contre la loi travail 2 vendredi 14 juillet à 17 h place Guichard PDF Imprimer Email
Entreprises
Lundi, 10 Juillet 2017 09:50

« Le gouvernement entend légiférer par ordonnances cet été afin de précipiter la procédure législative et éviter la réaction de tous celles/ceux qui en seront affecté·e·s.

Concrètement, ce projet d’ordonnances permet tous les coups sans distinction ! Au programme:

• Généralisation des CDD et remise en cause des CDI

• Licenciement sans contrainte et suppression des risques de condamnation des patron·ne·s

• Obligation pour les chômeur·euse·s d’accepter des boulots indécents et sabotage de l’assurance chômage

• Négociation entreprise par entreprise des conditions de travail et de la sécurité

• Réduction des contre-pouvoirs des représentants du personnel et des syndicats

Toutes ces attaques n’ont qu’un seul but : augmenter les profits et le pouvoir des paton-ne-s au dépend des salaires, des conditions de travail et des salarié·e·s. La conséquence directe de ces mesures anti-sociales sera inévitablement l’explosion du nombre de travailleur·euse·s pauvres.

La sécurité sociale, les retraites, l’éducation, les fonctionnaires... sont aussi menacés dans l’année !

Manifestation 14 juillet - 17H - Place Guichard

Assemblée de lutte 30 août - 18H - Bourse du travail

Manifestation et grève nationale le 12 septembre

Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, groupes politiques, de militant-e-s, de femmes et d’hommes construisant la convergence des luttes et la riposte face aux attaques capitalistes. Dans le Rhône, une assemblée se réunit régulièrement à la Bourse du travail pour relayer les actions :

page facebook Assemblée de luttes Lyon mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. »

télécharger le tract général

Lire la suite...
 
Lyon 3ème : 70 HABITANT-ES MOBILISES AUTOUR DES MIGRANT-ES ALBANAIS PDF Imprimer Email
Divers
Jeudi, 06 Juillet 2017 21:50

communiqué du Collectif d'habitantEs !:
"Un petit Calais s'installe à Lyon. Une centaine de personnes logent sous tente ou à la belle étoile autour de l'esplanade Nelson Mandela dans le 3e arrondissement avenue Felix Faure et rue Jeanne Hachette. 70 habitant-es du troisième se sont organisé-es en collectif pour leur apporter du soutien et défendre leurs droits.

Ils se sentent traités comme des « chiens » alors même qu’ils sont demandeurs d’asile avec des droits inscrits dans la Déclaration des droits de l’homme et dans la Convention de Genève : droit à la dignité, droit à l’accès à l’eau, droit à l’hébergement, droit à la scolarisation. Nous ne pouvons accepter le traitement indigne qui leur est réservé. Habitants-es du 3e arrondissement de Lyon, nous sommes déjà 70 personnes impliquées dans un collectif informel pour être à leurs côtés sur des sujets aussi différents que la collecte de matériels de première nécessité, l'appui administratif et juridique, l'action de masse pour faire bouger les lignes…

Nous sommes riches des moments que nous partageons avec ces demandeurs d'asile, mais aussi des rencontres que nous faisons entre habitants de l'arrondissement. Là où le discours et les actes du Ministre de l'Intérieur Gérard Collomb prônent la fermeture de nos frontières et le repli sur soi, la mobilisation citoyenne s'organise et grandit de jour en jour !
Quel sort est réservé à ces migrants durant la période estivale ? Vont-ils connaître une 5ème expulsion sans proposition de logement ? Ou les pouvoirs publics vont-ils enfin prendre leurs responsabilités et héberger ces demandeur-ses d'asile comme la loi le prévoit ? Surtout que ce ne sont pas les immeubles vides qui manquent à Lyon, qu'ils soient propriétés de la collectivité ou réquisitionnables...

Vous souhaitez agir ? Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.      http://agirmigrantslyon.over-blog.com/ "

 
Rassemblement de solidarité avec la lutte populaire rifaine le 1er juillet à 14H PDF Imprimer Email
Internationalisme
Vendredi, 30 Juin 2017 01:50

A l’initiative du Comité du Rhône de soutien au Hirak du Rif, un rassemblement de solidarité avec le mouvement contestataire du Rif est prévu samedi 1er juillet à Lyon, à 14H sur la place Bellecour. Ce rassemblement intervient pour « la libération des détenus politiques Rifains et contre la répression de la mouvance Hirak dans le Rif ».

Déclaration du bureau de la IVe Internationale (datée du 29 mai 2017)

Depuis sept mois un mouvement de contestation populaire ne cesse de croître dans la région du Rif au nord du Maroc, et a culminé par un rassemblement de plusieurs dizaines de milliers de manifestants à Al-Hoceima le 18 mai dernier. Ce mouvement prend racine dans la mobilisation populaire qui s’est affirmée dans la région à partir du 20 février 2011, reprenant au Maroc la dynamique des soulèvements dans toute le Maghreb et le Moyen-Orient. Il a été relancé en octobre 2016 lorsque le jeune pêcheur Mohsen Fikri a été broyé dans une benne à ordures à Al-Hoceima.

La population du Rif organisée dans des comités locaux, réclame le jugement des responsables de cette mort ainsi que de cinq autres rifains tués dans une agence bancaire lors des événements du 20 février 2011. Elle demande également la levée de la militarisation de la province d’Al Hoceima, l'arrêt des poursuites et du harcèlement contre les petits paysans, et porte d’autres revendications sociales concernant les services de santé, d'éducation et les infrastructures qui manquent aux habitants. C'est une indication claire de la faillite des politiques économiques et sociales promues par l'État marocain en vue de rembourser son énorme dette publique, qui se manifestent par la destruction du tissu productif, le pillage des ressources maritimes et forestières, la faiblesse des principaux services publics et l'absence d'emploi pour les jeunes.

Ces politiques néolibérales au profit du grand capital étranger et local, dictées par les institutions financières et commerciales internationales et les gouvernements des puissances impérialistes, sont mises en œuvre par des institutions marocaines corrompues et qui n’ont rien de démocratiques. Les divers organes gouvernementaux, sécuritaires et médiatiques du système monarchique cherchent à faire taire la voix de la population rifaine, à criminaliser le mouvement de contestation et à saper sa crédibilité pour qu’il ne serve pas d’exemple pour d'autres villes et régions du Maroc qui vivent dans les mêmes conditions de marginalisation, d’appauvrissement et de bafouement de la dignité.

Nous saluons la lutte des Rifains leur organisation par la base, leur créativité et leur détermination, ainsi que les forces qui soutiennent cette lutte au Maroc.

Nous condamnons la politique de répression et de désinformation de l'État marocain.

Nous appelons à l'élargissement de la solidarité internationale, pour que ce mouvement obtienne la satisfaction de ses revendications permettant d’obtenir des améliorations significatives de leurs conditions de vie sociales, démocratiques et culturelles. Ce sont des revendications partagées par toutes les couches populaires marocaines et des pays proches, qui cherchent la voie de leur émancipation du despotisme politique et de l'exploitation capitaliste.

Victoire pour la lutte populaire rifaine !

Vive la lutte pour la liberté, la dignité et la justice sociale !

 
Manifestation contre l’expulsion de Djelil vendredi 30 juin à 18 h PDF Imprimer Email
Divers
Mercredi, 28 Juin 2017 06:55

Djelil, 15 ans et 8 mois, est enfermé au Centre de rétention Saint-Exupéry (CRA) suite à une Obligation de Quitter le Territoire Français sans délai avec interdiction de retour délivrée par le préfet. La préfecture qui a considéré  sa présence en France comme une “menace à l’ordre public” (sic) prépare son expulsion vers l'Italie dans les jours à veni,r en utilisant la “procédure Dublin” (Cette procédure dite de “réadmission” consiste à renvoyer un étranger dans le 1er pays d’Europe sur le sol duquel il a posé les pieds).
À son arrivée à Lyon, Djelil a subi une évaluation de la MEOMIE (Mission pour l’Évaluation et l’Orientation des Mineurs Isolés Étrangers, un service de l’Assistance Sociale à l’Enfance (ASE) sous la responsabilité de la Métropole). La  MEOMIE n’a alors pas mis sa minorité en doute et l’a mis à l’abri.
Son acte de naissance jugé faux par la fraude documentaire (Police de l’Air et des Frontières) ne prouve pas pour autant la majorité de Djelil, ni sa volonté d’escroquer la France (rappelons qu’en Côte d’Ivoire, 2,8 millions ne sont pas enregistrés à leur naissance. Il en est de même des tests osseux qu’on lui a fait subir lesquels donnent un âge pouvant varier de 17 ans possible aux dents à 18 ans à la main et de 21 à 35 ans à la clavicule ce qui permet de retenir un âge moyen entre 26 ans et 29 ans avec un âge minimum de 21 ans”. (sic)

Le préfet se réfugie derrière les jugements des tribunaux qui ont confirmé ses décisions. Mais les tribunaux se sont renvoyés la balle sur l’âge de Djelil considérant qu’il lui appartenait de faire lui-même la preuve de sa minorité. Exigence absurde quant on sait la complexité des démarches à faire pour un mineur né en Côte d’Ivoire de parents Burkinabés et alors que Djelil est enfermé au CRA !
Rappelons que la MEOMIE qui l’a pris en charge en tant que mineur durant 4 mois ne lui a fait rencontrer aucun juge des enfants et ne lui a donné aucun moyen de consolider son identité. Et Djelil n’a pas été scolarisé en dépit de ses demandes et de l’obligation scolaire qui s’applique à tout jeune de son âge quelle que soit sa situation administrative.
Djelil ne doit pas être renvoyé en Italie où il pourrait être enfermé, ou devenir un enfant-fantôme errant seul sans identité ni reconnaissance ! Djelil doit être libéré, retrouver la protection de l’ASE, être scolarisé dès la rentrée
À la veille des vacances, tout est à craindre. Si Djelil est expulsé, d’autres jeunes (mineurs ou non) risquent de subir le même sort. D’autant que les propos du ministre de l’Intérieur et les actes de ces dernières semaines annoncent la mise en place d’un nouveau durcissement : à Lyon, refus d’hébergement et chasse d’étrangers en procédure de demande d’asile, mineurs laissés à la rue ; familles avec enfants scolarisés à Vaulx-en-Velin mises à la rue début juin par le préfet  ; accueil à coups de gaz lacrymogène d’exilés fuyant l’Afghanistan, la Syrie, le Soudan, l’Érythrée... à Paris (au centre dit de « premier accueil » de La Chapelle) ; intensification de la traque et du harcèlement des personnes migrantes et de ceux qui souhaitent leur venir en aide à Calais, à Nice, dans la vallée de la Roya : « rarement les autorités n’avaient semblé si déterminées à harceler les migrants » (Médecins du Monde, 17/06/17)…
MANIFESTATION, vendredi 30 JUIN à 18 h,
départ face au Palais de justice, 67, rue Servient (Lyon 3ème – métro Guichard) en direction de la préfecture
à l'appel du Collectif RESF Jeunes 69, RESF-69
Soutenu par : FSU-69, SNEP-FSU, SUD-éduc, Émancipation, Attac, Ensemble, NPA, PG, Terre d’Ancrage,…

 
Week-end festif des opposant.e.s à l'A45 les 1er et 2 juillet PDF Imprimer Email
Divers
Mercredi, 21 Juin 2017 09:30
Les 1er et 2 juillet 2017, tou-te-s les opposant-e-s à l'autoroute A45 sont invité-e-s à un grand rassemblement festif à Saint-Maurice-sur-Dargoire, dans le Rhône, pour protester contre ce projet inutile, imposé et climaticide, et pour défendre la transition écologique.
Le programme est disponible sur cette page.

Cliquez sur l'image pour visionner l'intervention de Justine qui nous apporte des précisions sur les enjeux de ce projet.
 
Contre les projets de Macron, manifestation du Front Social ce lundi 19 juin à 18H PDF Imprimer Email
Entreprises
Samedi, 17 Juin 2017 18:26
Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, médias alternatifs, de militant-e-s, de femmes et d’hommes qui construisent la riposte à la politique libérale du Président Macron en s'appuyant sur la convergence des luttes. Pour l'heure, il est composé d'une centaine d'organisations. Il trouve son origine à Paris dans l’appel du 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle, et dans la première manifestation du quinquennat Macron, le 8 mai dernier. Ce 19 juin est la première manifestation nationale.

A Lyon, le NPA69 participe à ce mouvement, en soutien aux associations et organisations syndicales qui sont de plus en plus nombreuses à rejoindre ce qui n'est qu'un début. Nous ferons effort pour que toujours plus de structures syndicales rejoignent ce front social, afin d'obtenir le retrait du projet macronnien de réformes du code du travail, destructrices notamment de la sécurité sociale. Nous appelons donc à cette première manifestation ce lundi 19 juin, à 18H, au départ de la place des Terreaux.

 

Tract d'appel des organisations participantes :

TOU·TE·S UNI·E·S CONTRE CE GOUVERNEMENT ANTISOCIAL
LE TEMPS EST À LA MOBILISATION !

Nous connaissons déjà les intentions offensives de Macron contre le code du travail et nos conditions d'existence. Ne lui laissons aucun délai pour appliquer ses mesures antisociales : le temps est à la mobilisation, pas à la négociation !

  • La loi El Khomri permet aux accords de branche et d'entreprise de s'appliquer même en étant moins favorables aux travailleurs que le code du travail. Macron prévoit d'étendre ces abus aux salaires et au temps de travail : c'est la remise en cause du SMIC et des 35 heures.
Lire la suite...
 
Marche des Fiertés ce samedi 17 juin à 14H PDF Imprimer Email
Divers
Jeudi, 15 Juin 2017 18:14
Ce samedi 17 juin 2017 aura lieu la 22ème Marche des Fiertés LGBTI d'Auvergne-Rhône-Alpes, au départ de la Place Bellecour, à 14 heures. Le NPA, comme toujours, participera à cette nouvelle édition, en vue de faire avancer l'égalité des droits et les luttes des personnes opprimé-e-s en raison de leur orientation sexuelle.

Cette année, en revanche, l'homophobie étatique est venue perturber le bon déroulement de l'événement : la préfecture du Rhône vient de frapper d'interdiction partielle le parcours souhaité par les organisatrices et organisateurs, sous prétexte d'obstruction à la circulation et de manque de moyens policiers pour assurer le maintien de l'ordre. Sans le dire, la préfecture se soumet en fait à la loi des extrêmes droites homophobes, puisque ce qui est refusé, c'est un passage du cortège dans le Vieux-Lyon, un quartier que les groupuscules fascistes veulent s'approprier depuis des années.

Ci-dessous le communiqué de presse des organisatrices et organisateurs, daté du 15 juin.

Communiqué de presse Inter-associatif
Lesbian and Gay Pride de Lyon et Inter-LGBT

Le Vieux Lyon  : zone de non droit pour les LGBTI

Samedi 17 juin aura lieu la 22e Marche des Fiertés LGBTI d’Auvergne-Rhône-Alpes. Ce matin la Lesbian and Gay Pride de Lyon a été informée que le parcours, déposé en décembre 2016, était frappé d’une interdiction partielle. La Préfecture du Rhône refuse que nous passions dans le 5e arrondissement et nous impose un nouveau trajet.

Lire la suite...
 
Rassemblement vendredi 16 juin à 17 h 30 contre l’expulsion d’un jeune ivoirien PDF Imprimer Email
Divers
Mercredi, 14 Juin 2017 22:56

à Lyon 3ème (métro Guichard)
« Ne laissons pas le préfet expulser un gosse venu seul de Côte d’Ivoire au péril de sa vie !
Rassemblement devant la Préfecture, rue Dunoir, Vendredi 16 juin à 17h30
Après le rejet des recours de Djelil, par la Cour d’appel et le Tribunal administratif, la menace de l’exécution de son expulsion voulue par le préfet se fait de plus en plus pressante.
Depuis vendredi, tous les juges se sont renvoyés la balle pour éviter de statuer sur la minorité de Djelil (15 ans et 8 mois), laissant finalement le soin d’en décider à une unique  juge du Tribunal administratif. Ils ont tous exigé que ce gamin fasse lui-même la preuve de sa minorité,  une exigence absurde alors qu’il est enfermé et bien incapable de faire les démarches nécessaires qui devraient prendre du temps auprès de l’Ambassade de son pays.
Le Préfet, lui, n’a pas daigné s’adresser aux autorités de Côte d’Ivoire ou du Burkina pour vérifier l’authenticité de l’acte de naissance et des déclarations de Djelil sur son identité. Il s’est contenté de l’avis de son bureau de la fraude documentaire considérant que l’acte était faux, et des résultats improbables de tests osseux dont tout le monde sait qu’ils disent n’importe quoi. Cette fois-ci, ils ont donné  une marge pouvant aller de 17 ans minimum au poignet et aux dents à  29 ans, et ils ont retenu un âge moyen entre 26 et 29 ans. Lors de son évaluation, la MEOMIE habituellement très soupçonneuse n’avait de son côté même pas  mis la minorité de Djelil en doute, mais elle avait jugé bon de faire vérifier l’acte de naissance par la fraude documentaire…
À partir du doute sur son acte de naissance, la majorité du gosse est devenue une certitude pour le parquet et le préfet alors qu’elle ne peut raisonnablement découler ni d’un présumé faux acte de naissance, ni de tests osseux aux résultats aussi vagues.
À ce régime, de très nombreux autres mineurs isolés dont l’état civil n'est pas encore consolidé peuvent se voir...

Lire la suite...
 
Réfugiés d’Albanie, pourquoi ? Rencontre-débat jeudi 15 juin à la Maison des Rancy PDF Imprimer Email
Divers
Lundi, 12 Juin 2017 07:51
organisée par la Coordination Urgence Migrants :
"Depuis quelques années, des centaines de réfugiés albanais arrivent à Lyon (familles avec enfants mais aussi beaucoup de jeunes hommes célibataires). Pour la plupart d’entre eux, la demande d’asile est rejetée et ils se retrouvent alors à la rue, malgré l’obligation légale de les héberger pendant la procédure.
- pourquoi ces personnes demandent-elles l'asile  ?
- quelle est vraiment la situation en Albanie ?
- quel est l’accueil réservé aux Albanais ?

Rencontre-débat jeudi 15 juin à 19h00

- avec Delphine DELBES, avocate au barreau de Lyon, spécialiste du droit des étrangers depuis plusieurs années, qui a effectué différentes missions en Albanie.
- avec des réfugiés albanais qui témoigneront de leur parcours.
- avec des habitants qui viennent en aide aux réfugiés qui campent en bas de chez eux et qui s’interrogent sur cette situation.
à la Maison pour tous – Salle des Rancy 249, rue Vendôme, Lyon 3ème (métro Saxe Gambetta)
Préinscription recommandée  à la Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. "

 
Les chauffeurs Ouibus en grève contre leur transfert à un sous-traitant de la SNCF PDF Imprimer Email
Entreprises
Mardi, 06 Juin 2017 21:27
Samedi 3 juin, la majorité des 17 chauffeurs lyonnais de Ouibus se remettaient en grève, illimitée cette fois, et distribuait le tract suivant en gare de Perrache :
« Non au transfert des conducteurs Ouibus chez Faure
les bus Macron, c’est du bidon
Aujourd’hui la SNCF C6 Ouibus souhaite sous-traiter ses conducteurs à la société Faure. Les conditions de transfert imposées aux salarié sont inacceptables.

600 euros de perte moyenne par mois
Ce transfert ferait perdre 600€ par mois, en moyenne à chaque conducteur, ainsi que les acquis sociaux allant avec…
Nous sommes en grève depuis plusieurs jours pour dénoncer ce marché de dupes. Aujourd’hui la SNCF C6 Ouibus pratique le chantage à la démission contre ses conducteurs.

Cars Macron, loi Macron, l’arnaque pour les salariés
Il est hors de question que nous acceptions cette « précarité organisée » par les patrons de la SNCF et de Faure. Nous sommes déterminés à ne pas nous laisser faire par Macron et ses amis, patrons des transports.
Nous invitons les usagers à médiatiser et à soutenir notre mouvement de grève.
Non à la précarité, non à la casse de nos emplois »

plus d’info sur http://www.rue89lyon.fr/2017/05/02/cars-macron-la-guerre-des-prix-fait-de-nouvelles-victimes-les-chauffeurs-ouibus/

 
Fête solidaire avec le Collectif jeunes RESF samedi 3 juin de 15 à 22 h PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 03 Juin 2017 09:18
Concerts, théâtre, buffet
entrée prix libre, buffet et bar sur place
à l’atelier des Canulars, 91, rue Montesquieu, Lyon 7e (métro B ou D Saxe-Gambetta)

Tous les jours, le collectif RESF jeunes s’organise pour dénoncer et faire reculer les persécutions et la politique d’exclusion menée par les autorités, contre les jeunes migrants, mineurs ou majeurs, isolés ou non.
Halte à la répression, des papiers pour tous et toutes !
Aujourd’hui le collectif vous invite à venir partager un après-midi festive et solidaire :
Au programme :
15h – Ouverture des portes et présentation du collectif
16h - Gah Tse Li, chanteur – percussionniste togolais ; Sidney Rodrigues – violoniste Bangladais
17h30 : C’est quoi le problème ? par l’Atelier Théâtre de RESF avec Benicia, Keletigui, Salvator, Malik, Ismaël, Issouf, Ibrahima et Lancei
18h30 : David Kostandyan – clarinettiste chanteur Arménien
19h-22h : Apero-Dîner, Bal


 
L’Extrême droite, c'est l’imposture sociale ! Réunion publique des syndicats jeudi 1er juin PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Jeudi, 01 Juin 2017 11:59
à 18h00 à la Bourse du Travail (place Guichard, Lyon 3ème)
communiqué des instances départemantales CGT, FSU et Solidaires :

"Pas une Voix pour l’extrême droite
Les positions de l’extrême droite et les valeurs du syndicalisme ne sont pas compatibles.
Le syndicalisme défend les intérêts des salarié.e.s, l’extrême droite non !, car elle défend les intérêts des plus riches,
Pourtant les idées de l’extrême droite ne font que de gagner du terrain:
Le repli sur soi, ''les français d'abord''
La haine de l’autre, ''les immigrés dehors''
Le rejet de toute solidarité, de toutes consciences de classes
A nous, les salarié.e.s, de les combattre !

Le FN conditionne les droits des salarié.e.s en fonction de leur nationalité alors que le syndicalisme défend les salarié.e.s quelle que soit leur nationalité.
Le FN fonde son programme sur le principe de la priorité nationale. Il divise ainsi les salarié.e.s en deux catégories.
En opposant les « vrais français » et  « non Français de souche ou immigrés », il cherche à nous détourner de la question essentielle...

Lire la suite...
 
Rassemblement contre la venue de Poutine Lundi 29 mai à 18h, Place Des Terreaux, Lyon 1er PDF Imprimer Email
Internationalisme
Dimanche, 28 Mai 2017 17:44
métro Hôtel de Ville

rassemblement à l'appel du Collectif d'Information pour une SYrie Libre et Démocratique :

POUTINE EN FRANCE : PAS DE COMPLAISANCE AVEC LE COMPLICE D’ASSAD

Rassemblement contre la venue  en France du Président russe V. Poutine, partenaire d’Assad dans les massacres à l’encontre du peuple syrien, dont la politique de la terre brulée a vidé la moitié de la Syrie de sa population.
"La révolution continue"

 

 
<< Début < Préc 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 1 de 4