Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Rassemblement à 14 h mercredi 25 avril devant les urgences de l’hôpital du Vinati PDF Imprimer Email
Service public
Lundi, 23 Avril 2018 21:44

Au Vinatier, à Édouard-Herriot, à Croix-Rousse, à St Joseph-St Luc, à Lyon sud ... PARTOUT les personnels sont en lutte !

Bilan de 20 jours de grève, par le personnel des Urgences du Vinatier
« L’équipe est éprouvée. Nous continuons à travailler malgré tout chaque jour dans une ambiance propice à des mises en danger potentielles.
90 % des agents sont grévistes, bien que nous ne soyons pas en possibilité de lever nos assignations par refus de la direction de pouvoir faire appel
aux autres personnels de l’hôpital pour nous remplacer, un paradoxe, alors que notre revendication principale est le manque de personnel.
Nous remercions les nombreux soutiens extérieurs à l’hopital.
Nos revendications principales sur le manque de personnel paramédical et médical, la saturation des urgences induites par le manque de lits sur l’
hôpital, la non-reconnaissance financière et institutionnelle ne sont pas encore à l’ordre du jour et la direction préfère faire la sourde oreille.
Seul nos petites revendications sur des réparations minimes ou remplacement de matériel abimé ont pu trouver réponse grave au soutien de notre
encadrement.
Nous nous mobilisons aujourd’hui pour sauver notre système de santé, nous ne nous résignons pas à soigner à coup d’économies et d’austérité.  Nous
refusons de mettre de côté nos valeurs humaines et soignantes. La colère a remplacé le désarroi.
C’est pour votre mère qui aura besoin des services d’urgence quand elle fera son infarctus,  c’est pour l’avenir de votre fille qui fait ses études
d’infirmière, c’est pour les conditions de travail de votre petit-fils qui commence sa vie professionnel de brancardier, c’est pour que personne n’
oublie votre meilleur ami médecin qui s’est suicidé à cause de la pression institutionnelle, c’est pour vous qui passez vos soirées et nuits  seul
quand votre femme prend soin des autres, c’est pour toi qui a passé ton anniversaire sans ton papa car on l’a obligé à revenir travailler sur ses
congés…
Nous appelons tous nos collègues de la santé, quels que soient leurs métiers, leurs services, à nous rejoindre dans la mobilisation.
Nous appelons tous les usagers, présents ou futurs à nous soutenir pour dire stop à la casse de notre système de santé. La situation n'est plus
tenable. Il est temps d'agir tous ensemble pour se faire entendre.
Cette grève n’est pas seulement celle des médicaux et paramédicaux, c’est une grève citoyenne et populaire. Alors ensemble sauvons l’hôpital de
demain !!!!
AG ouverte sur le Vinatier, le Mardi 24 avril à 18h au Centre Social
Rassemblement le Mercredi 25 avril devant les urgences à 14h !!!!!!!
Avec le soutien des syndicats CGT et FO »

Bilan de 20 jours de grève, par le personnel des Urgences du Vinatier :

« L’équipe est éprouvée. Nous continuons à travailler malgré tout chaque jour dans une ambiance propice à des mises en danger potentielles. 90 % des agents sont grévistes, bien que nous ne soyons pas en possibilité de lever nos assignations par refus de la direction de pouvoir faire appel aux autres personnels de l’hôpital pour nous remplacer, un paradoxe, alors que notre revendication principale est le manque de personnel.

Nous remercions les nombreux soutiens extérieurs à l’hopital.

Nos revendications principales sur le manque de personnel paramédical et médical, la saturation des urgences induites par le manque de lits sur l’hôpital, la non-reconnaissance financière et institutionnelle ne sont pas encore à l’ordre du jour et la direction préfère faire la sourde oreille. Seul nos petites revendications sur des réparations minimes ou remplacement de matériel abimé ont pu trouver réponse grave au soutien de notre encadrement.

Nous nous mobilisons aujourd’hui pour sauver notre système de santé, nous ne nous résignons pas à soigner à coup d’économies et d’austérité.  Nous refusons de mettre de côté nos valeurs humaines et soignantes. La colère a remplacé le désarroi.

C’est pour votre mère qui aura besoin des services d’urgence quand elle fera son infarctus,  c’est pour l’avenir de votre fille qui fait ses études d’infirmière, c’est pour les conditions de travail de votre petit-fils qui commence sa vie professionnel de brancardier, c’est pour que personne n’oublie votre meilleur ami médecin qui s’est suicidé à cause de la pression institutionnelle, c’est pour vous qui passez vos soirées et nuits  seul quand votre femme prend soin des autres, c’est pour toi qui a passé ton anniversaire sans ton papa car on l’a obligé à revenir travailler sur ses congés…

Nous appelons tous nos collègues de la santé, quels que soient leurs métiers, leurs services, à nous rejoindre dans la mobilisation.

Nous appelons tous les usagers, présents ou futurs à nous soutenir pour dire stop à la casse de notre système de santé. La situation n'est plus tenable. Il est temps d'agir tous ensemble pour se faire entendre. Cette grève n’est pas seulement celle des médicaux et paramédicaux, c’est une grève citoyenne et populaire. Alors ensemble sauvons l’hôpital de demain !!!!

AG ouverte sur le Vinatier, le Mardi 24 avril à 18h au Centre Social

Rassemblement le Mercredi 25 avril devant les urgences à 14h !!!!!!!

Avec le soutien des syndicats CGT et FO »

 
A la SNCF, « On lâche rien » : manif lundi 23 et mardi 24 avril PDF Imprimer Email
Service public
Samedi, 21 Avril 2018 16:16

A l’appel de l’Intersyndicale cheminote, grève lundi 23 avec manif à 11 h au départ de Part Dieu - place Béraudier - jusqu'à la Préfecture et mardi 24 (manif à 13 h en direction du Double Mixte à la Doua, où le MEDEF organise le "printemps des entrepreneurs")

 
Grèves SNCF : Interview d'un camarade cheminot de la gare Part-Dieu PDF Imprimer Email
Service public
Vendredi, 20 Avril 2018 23:55
Pour visualiser la vidéo, cliquer sur l'image.

 
Grève unitaire et interprofessionnelle jeudi 19 avril avec manif à 13h30 de Brotteaux à Bellecour PDF Imprimer Email
Entreprises
Mardi, 17 Avril 2018 09:53

L'Intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, CNT, UNL, ... du Rhône appelle à une journée de grève et de manif pour faire converger les luttes jeudi 19 avril

Pour le NPA, il faut préparer un grand Mai 2018 contre Macron !

« Dans toutes les universités, où il y a des amphis paralysés, les étudiants sont bien souvent minoritaires. Ce sont des groupes, qui ne sont pas des groupes étudiants [...] Ce sont des professionnels du désordre. » Voilà comment Macron de la mobilisation qui dure depuis des mois dans les universités contre la sélection, cette mesure qui vise à interdire les diplômes aux classes populaires. Cette mobilisation s’est construire malgré les difficultés sociales des étudiantEs, les attaques de l’extrême droite, les violences policières et rassemble des milliers de personnes dans de nombreuses universités.

Le professionnel du désordre, c’est Macron

En terme de désordre, Macron est un spécialiste : casse du Code du travail, intervention militaire à Notre-Dame-des-Landes, casse des statuts dans la fonction publique, privatisations, il gagne la Palme d’or de la casse sociale.

Mais comme cela ne suffit pas à la bourgeoisie, Macron et son gouvernement préparent une nouvelle réforme des retraites. Ils disent vouloir détruire les « régimes spéciaux ». Il s’agit donc de casser les droits des salariéEs qui ont les métiers parmi les plus difficiles, ceux ont où l’espérance de vie en bonne santé est moindre. Et ce n’est pas pour créer une égalité entre toutes et tous, aligner vers le haut les droits, c’est pour individualiser les retraites en mettant en place une dose de capitalisation appelée à s’imposer plus largement. De la même façon qu’il veut en finir avec les conventions collectives et les accords de branches, il veut que chaque salariéE gère sa retraite, cassant ainsi toute possibilité de contestation, de revendication collective. Et il nous (re)fait les coup de la suppression d’un jour de congés pour prétendument financer la dépendance.

286 millions d’euros de bombes larguées en une heure

En Syrie, Macron se vante d’avoir largué 100 bombes à 2,86 millions d’euros pièce. Il prétend que c’est pour détruire des armes chimiques… mais avoue dans ses interviews que le but réel est d’imposer un rapport de forces vis-à-vis de la Russie. Ce type d’opérations militaire est catastrophique car, en attaquant la Syrie, elle soude la population autour d’Assad alors qu’il faudrait soutenir la résistance armée contre lui, chez les syriens et chez les kurdes. Quelle indécence de jeter des bombes coûtant des millions sur les populations et, dans le même temps, nous demander de serrer notre ceinture pour accepter sa politique !

Pour que le mois de mai voit une grande convergence des luttes...

Lire la suite...
 
Rassemblement des personnels des Urgences lundi 16 avril à 12 h 30 place de la Comédie PDF Imprimer Email
Service public
Vendredi, 13 Avril 2018 19:06

rassemblement devant la Mairie de Lyon, métro Hôtel de Ville

Les établissements publics hospitaliers ont été confrontés, en 2017, à un déficit compris entre 1,2 milliard et 1,5 milliard d’euros, trois fois plus qu’en 2016. Pour 2018, les choix politiques du gouvernement vont accentuer cette mort lente des hôpitaux avec des restrictions budgétaires de 4,2 milliards d’euros. Ce qui signifie du déficit et/ou des suppressions de postes en masse pour la grande majorité des hôpitaux, alors que les effectifs manquent déjà dans tous les services.

De Marseille à Paris

À Marseille, cela va se traduire par une suppression de 800 à 1000 postes, dont plus de 400 soignantEs pour le 3e CHU de France. Pour l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (APHP), on parle de 180 à 280 suppressions de postes. Pour la 1ère fois dans l’histoire de l’AP-HP, les représentants des médecins (CME) ont voté contre le budget à l’unanimité ! Pour eux, « la réduction des effectifs soignants […] fait courir un risque réel pour la sécurité et la qualité des soins dont nous sommes les garants. ». Alors que les personnels sont déjà épuisés, obligés de reporter leurs congés, que les arrêts maladie, maternité ne sont pas remplacés, l’épuisement professionnel gagne les hospitalierEs, quand ils ne se suicident pas…

Imposer une autre logique de financement de l’hôpital

Les « économies » réalisées, comme la réforme de l’organisation du travail qui a sacrifié des jours de repos aux salariéEs, la diminution de l’indemnité du travail de nuit et la restriction de la prime d’installation pour les personnes qui deviennent titulaires, n’ont rien changé au déficit. C’est le financement de l’hôpital qu’il faut changer ! Les tarifs des actes hospitaliers sont sous-évalués. Et ce n'est pas le semblant de révision de la tarification à l'activité annoncé par la ministre Buzyn qui donnera à l'hôpital les moyens de remplir ses missions. La politique fiscale macronienne, qui choisit de faire payer les pauvres plutôt que les riches, est une atteinte aux droits humains voire une mise en danger d’autrui !

Des luttes pour changer les choses...

Lire la suite...
 
Manif à l’appel de l’Intersyndicale des cheminot.e.s vendredi 13 avril à 11h à la Part Dieu PDF Imprimer Email
Service public
Mercredi, 11 Avril 2018 17:51

devant la gare, place Béraudier

« Cheminot·e·s, usager·e·s, salarié·e·s du public ou du privé, étudiant·e·s et retraité·e·s

Solidaires et engagé·e·s : défendons nos conquêtes sociales !

Nous sommes toutes et tous des cheminot·e·s !
Macron poursuit la privatisation des transports. C'est la mise en concurrence préconisée par les directives européennes, choix que nous refusons car :
Il accentue les inégalités sociales en rendant le train de plus en plus cher
Il augmente les inégalités territoriales en fermant des petites lignes, des gares, des guichets (A Lyon, après Montplaisir et Part Dieu la SNCF veut fermer les agences de Croix-Rousse et de Bellecour)
Il dégrade les conditions de travail des cheminot·e·s
Il est dangereux pour la sécurité des voyageurs/euses et des agent·e·s
Il accélère le réchauffement climatique en investissant massivement dans les autoroutes et les autocars privés au détriment du rail. Le trafic routier des marchandises et aujourd'hui des voyageurs va exploser.
Il détruit le service public des transports qui répond à un réel besoin et au droit fondamental de se déplacer
Depuis 1997 et la création de Réseau Ferré de France, la SNCF est toujours plus segmentée. Il s'agit, à terme, de privatiser les bénéfices (1,3 milliards d’euros en 2017), et de faire prendre en charge par les fonds publics les coûts de l'entretien, des infrastructures et de la dette.
Pour démanteler définitivement le service public du ferroviaire, le gouvernement doit casser la résistance des cheminot·e·s, les faire passer pour des privilégié·e·s, comme les retraité·e·s, les étudiant·e·s ou les chômeurs/euses. A grands coups de propagande médiatique et de mensonges, il cherche à nous diviser, à nous monter les un·e·s contre les autres. Or, le statut des cheminot·e·s n’est pas responsable de la dette de la SNCF. Il est simplement une condition indispensable pour garantir la sécurité, la qualité et la continuité des transports. C'est pour cela que la lutte des cheminot·e·s est aussi notre lutte !

Engagé·e·s pour défendre nos services publics et la justice sociale !

Ce qui se passe en ce moment à la SNCF a déjà été mis en œuvre...

Lire la suite...
 
Les cheminotEs ouvrent la voie, touTEs ensemble, continuons le combat ! manif lundi 9 avril à 13h30 PDF Imprimer Email
Service public
Samedi, 07 Avril 2018 12:56

manif à l'appel de l'Intersyndicale cheminote

---------------------------
Bloc-notes
---------------------------
C:\Users\npa69\Desktop\cheminots.txt
Ce fichier contient des caractères au format Unicode qui seront perdues si vous l'enregistrez comme un fichier texte au format ANSI. Pour conserver les informations Unicode, cliquez sur Annuler ci-dessous puis sélectionnez une des options Unicode à partir de la liste déroulante Encodage. Voulez-vous continuer ?
---------------------------
OK   Annuler
---------------------------manif à l'appel de l'Intersyndicale cheminote

rendez-vous sur l'esplanade de la gare de Perrache, au niveau de la gare routière,

pour aller à Bellecour où la SNCF veut fermer l'agence.

Les cheminotEs ouvrent la voie... TouTEs ensemble, continuons le combat !

Avec le début de la grève des cheminotEs, la possibilité s’ouvre de mettre un coup d’arrêt aux politiques de régression sociale engagées depuis des décennies. Les mardi 3 et mercredi 4 avril, la mobilisation des cheminotEs a été d’une ampleur rarement égalée avec 40% de grévistes officiellement reconnus, dont la quasi-totalité des contrôleurEs et des aiguilleurEs et plus des trois quarts des conducteurEs.

Après des semaines de matraquage contre les cheminotEs nantis, le pouvoir et ses soutiens durcissent le ton. Pour le député LREM Gabriel Attal, «l’important serait peut-être de sortir de la gréviculture». Pour Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, «le gouvernement tiendra bon». Face à l’exceptionnelle mobilisation des cadres, Pépy octroie une prime de 150 euros à ceux qui sont habilités à remplacer les conducteurEs. La CGT évoque le recours possible à des «cheminots du Royaume-Uni» ou «la possibilité d’effectuer des réquisitions de cheminots, par exemple sur la ligne D du RER». Et, pour faire bonne mesure, la direction affirme vouloir comptabiliser les jours de repos comme jours de grève.

Pas d’isolement

Mais les cheminotEs ne sont pas isolés. À Air France, la grève pour une augmentation de salaire de 6?% en était à son quatrième jour avec des préavis déposés pour les 7, 10 et 11 avril. Les électricienEs et gazierEs sont mobilisés pour la défense du service public de l’énergie, contre sa libéralisation. En Île-de-France, à Marseille et dans de multiples localités, les éboueurEs sont en grève pour la «reconnaissance de la pénibilité», un «statut unique», public/privé, et des «départs anticipés» à la retraite pour tous. Les salariéEs des EPHAD et des hôpitaux publics restent mobilisés et la mobilisation gagne du terrain dans les universités. L’importance du nombre de grévistes chez Carrefour pour les salaires, contre les suppressions de postes, est significative d’une colère qui monte chez les salariéEs du privé...

Lire la suite...
 
L’extrême droite multiplient les agressions : riposte antifasciste ! Rassemblement mercredi 4 avril PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Mardi, 03 Avril 2018 21:35

Les agressions de l’extrême droite se multiplient : riposte antifasciste ! Rassemblement mercredi 4 avril
à 18 h, à l'appel de la CNT (Confédération Nationale du Travail), devant son local 44, rue Burdeau à Lyon 1er (métro Croix Paquet)
Ce week end, le local de la CNT a été vandalisé par un groupe cagoulé de fascistes. La semaine dernière, les provocations et agressions de groupes d’extrême droite contre des étudiantEs et lycéenEs mobilisés contre la sélection à l’université se sont multipliées : à Montpellier (22 mars), Lille (26 mars), Strasbourg (28 mars)… Des attaques qui font suite à la violente intrusion du GUD au lycée autogéré de Paris (LAP) le 16 mars. À l’université de Tolbiac, dans la nuit du 27 au 28 mars, le local de l’UEJF a été vandalisé et des inscriptions antisémites (dénonçant par exemple le « racisme anti-goy ») ont été retrouvées, signature de l’extrême droite.
Ces provocations et agressions s’inscrivent dans un contexte de résurgence des groupuscules néofascistes, autour notamment du « Bastion social », qui tente de s’implanter dans diverses villes en ouvrant notamment des locaux et des bars : Lyon, Strasbourg, Chambéry, Marseille…
Il ne s’agit pas d’incidents isolés, mais d’un phénomène d’ensemble, très préoccupant. Raciste, antisémite, islamophobe, sexiste, homophobe : l’extrême droite est une menace mortelle. En s’attaquant au mouvement étudiant ou syndical, elle démontre en outre une fois de plus qu’elle est un ennemi du mouvement social, contrairement aux prétentions de certains de ses dirigeants.
Pas un pouce de terrain ne doit être laissé aux fascistes ! Une réaction unitaire et coordonnée est nécessaire, localement et nationalement, de la part de l’ensemble de la gauche sociale et politique, telle qu’elle s’organise déjà dans plusieurs villes.
Mais combattre l’extrême droite, c’est aussi combattre les politiques antisociales, terreau sur lequel elle prospère, ainsi que les politiques autoritaires, sécuritaires et racistes, qui légitiment chaque jour un peu plus son programme ultra-réactionnaire.

à 18 h, à l'appel de la CNT (Confédération Nationale du Travail), devant son local 44, rue Burdeau à Lyon 1er (métro Croix Paquet)

Ce week end, le local de la CNT a été vandalisé par un groupe cagoulé de fascistes. La semaine dernière, les provocations et agressions de groupes d’extrême droite contre des étudiantEs et lycéenEs mobilisés contre la sélection à l’université se sont multipliées : à Montpellier (22 mars), Lille (26 mars), Strasbourg (28 mars)… Des attaques qui font suite à la violente intrusion du GUD au lycée autogéré de Paris (LAP) le 16 mars. À l’université de Tolbiac, dans la nuit du 27 au 28 mars, le local de l’UEJF a été vandalisé et des inscriptions antisémites (dénonçant par exemple le « racisme anti-goy ») ont été retrouvées, signature de l’extrême droite.

Ces provocations et agressions s’inscrivent dans un contexte de résurgence des groupuscules néofascistes, autour notamment du « Bastion social », qui tente de s’implanter dans diverses villes en ouvrant notamment des locaux et des bars : Lyon, Strasbourg, Chambéry, Marseille…

Il ne s’agit pas d’incidents isolés, mais d’un phénomène d’ensemble, très préoccupant. Raciste, antisémite, islamophobe, sexiste, homophobe : l’extrême droite est une menace mortelle. En s’attaquant au mouvement étudiant ou syndical, elle démontre en outre une fois de plus qu’elle est un ennemi du mouvement social, contrairement aux prétentions de certains de ses dirigeants.

Pas un pouce de terrain ne doit être laissé aux fascistes ! Une réaction unitaire et coordonnée est nécessaire, localement et nationalement, de la part de l’ensemble de la gauche sociale et politique, telle qu’elle s’organise déjà dans plusieurs villes.

Mais combattre l’extrême droite, c’est aussi combattre les politiques antisociales, terreau sur lequel elle prospère, ainsi que les politiques autoritaires, sécuritaires et racistes, qui légitiment chaque jour un peu plus son programme ultra-réactionnaire.

 

 
Solidarité avec les cheminot.e.s : manif mardi 3 et mercredi 4 avril à 13 h 30 à Perrache PDF Imprimer Email
Service public
Lundi, 02 Avril 2018 16:11

 

Solidarité avec les cheminot.e.s : manif mardi 3 et mercredi 4 avril à 13 h 30 à Perrache
manifs à l'initiative de l'Intersyndicale des cheminot.e.s mardi de Perrache au Conseil Régional et mercredi de Perrache à la gare de Saint Paul
Les organisations signataires se sont réunies vendredi 29 mars 2018 pour affirmer leur solidarité avec le mouvement des cheminot-e-s. Leur combat est le nôtre : défendre et développer le service public de la SNCF ! Nous appelons tou·te·s les usager·e·s, les salarié·e·s du public ou du privé, les étudiant·e·s et les retraité·e·s à être solidaires du mouvement des cheminot·e·s, à s’informer et à participer aux prochaines initiatives de mobilisations pour défendre nos services publics, la justice sociale et une société solidaire et respectueuse de l’environnement.
Le Collectif 69 Défendons tous les services publics ! Solidarité avec les cheminot.e.s !
soutenu par Alternative Libertaire Lyon, Les comités Génération.S de la Métropole, comité Jeunes Génération.S de Lyon, Ensemble!69, Nouveau Parti Anticapitaliste, Nouveau Parti Anticapitaliste Jeunes, Parti de gauche 69

 

manifs à l'initiative de l'Intersyndicale des cheminot.e.s mardi de Perrache au Conseil Régional et mercredi de Perrache à la gare de Saint Paul


Les organisations signataires se sont réunies vendredi 29 mars 2018 pour affirmer leur solidarité avec le mouvement des cheminot-e-s. Leur combat est le nôtre : défendre et développer le service public de la SNCF ! Nous appelons tou·te·s les usager·e·s, les salarié·e·s du public ou du privé, les étudiant·e·s et les retraité·e·s à être solidaires du mouvement des cheminot·e·s, à s’informer et à participer aux prochaines initiatives de mobilisations pour défendre nos services publics, la justice sociale et une société solidaire et respectueuse de l’environnement.

Le Collectif 69 Défendons tous les services publics ! Solidarité avec les cheminot.e.s ! soutenu par Alternative Libertaire Lyon, Les comités Génération.S de la Métropole, comité Jeunes Génération.S de Lyon, Ensemble!69, Nouveau Parti Anticapitaliste, Nouveau Parti Anticapitaliste Jeunes, Parti de gauche 69

 

 

 
Rassemblement contre l'antisémitisme dimanche 1er avril à 14 h devant la stèle d'Anne Franck PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 31 Mars 2018 15:45

 

Rassemblement contre l'antisémitisme dimanche 1er avril à 14 h devant la stèle d'Anne Franck
à l'appel de Juives et Juifs Révolutionnaires 69
la stèle se situe à côté de la Mairie de Lyon 3ème, place Marc Aron (métro Guichard)
Mireille Knoll avait 85 ans. Elle était rescapée de la rafle du Vél' d'Hiv en juillet 1942, handicapée, veuve d'un ancien déporté du camp d’Auschwitz. Elle a été assassinée dans son appartement parisien le 23 mars. Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour assassinat à caractère antisémite, qualificatif retenu par le juge d'instruction en charge du dossier. Le NPA s'associe à la douleur de la famille et des proches de la victime, ainsi qu'à l'indignation légitime suscitée par ce crime abject.
Le NPA tient à réaffirmer la nécessité de lutter implacablement contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, d’où qu’elles viennent. L’antisémitisme est une gangrène, un poison mortel qu’il est indispensable de combattre au quotidien sans céder le moindre pouce de terrain aux tenants de la haine des Juifs, et en refusant toute tentative d’instrumentalisation ou de récupération politicienne.

 

à l'appel de Juives et Juifs Révolutionnaires 69

la stèle se situe à côté de la Mairie de Lyon 3ème, place Marc Aron (métro Guichard)

Mireille Knoll avait 85 ans. Elle était rescapée de la rafle du Vél' d'Hiv en juillet 1942, handicapée, veuve d'un ancien déporté du camp d’Auschwitz. Elle a été assassinée dans son appartement parisien le 23 mars. Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour assassinat à caractère antisémite, qualificatif retenu par le juge d'instruction en charge du dossier. Le NPA s'associe à la douleur de la famille et des proches de la victime, ainsi qu'à l'indignation légitime suscitée par ce crime abject.

Le NPA tient à réaffirmer la nécessité de lutter implacablement contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, d’où qu’elles viennent. L’antisémitisme est une gangrène, un poison mortel qu’il est indispensable de combattre au quotidien sans céder le moindre pouce de terrain aux tenants de la haine des Juifs, et en refusant toute tentative d’instrumentalisation ou de récupération politicienne.

 

 
Manifestation le 7 avril pour le retrait du projet de loi asile-immigration PDF Imprimer Email
Internationalisme
Mardi, 27 Mars 2018 11:11
Liberté de circulation ! Réfugié.e.s, migrant.e.s, vous êtes les bienvenu.e.s !
Respect du droit d’asile : retrait du projet de loi Macron-Collomb !

Car ce projet va en réalité « mettre fin au droit d’asile », et c’est le Syndicat des Avocats de France lui-même qui le dit. Voici quelques exemples  :
- fin de l’hébergement d’urgence inconditionnel : le 1er acte de la loi, la circulaire Collomb, a invité les préfets à faire le tri dans les centres d'hébergement, entre titulaires d'un titre de séjour et les autres : on peut mourir dans la rue du moment qu’on est étranger !
- restriction des droits d’accès au statut de réfugié : alors qu’en 2017, seulement 32 % des demandes d’asile ont été acceptées, le délai pour faire la demande d’asile est diminué, les audiences en vidéoconférence vont être généralisées et le temps pour faire appel réduit à 15 jours, recours qui de plus n’empêchera pas l’expulsion !
- davantage d’enfermement et d’expulsions : durée maximum de rétention multipliée par 3 (afin de préparer des expulsions massives en charter), accélération des renvois des personnes « dublinées » dans le pays où elles ont été enregistrées avant d’arriver en France.

L’objectif est de rendre l’asile impossible. Les exilé.e.s servent de boucs-émissaires. Il s’agit de diviser pour interdire les solidarités, limiter ou empêcher les mobilisations des travailleurs et de la jeunesse contre les offensives antisociales du gouvernement.

Il y a urgence pour empêcher cette loi rétrograde. Malgré l’opposition des associations et des professionnels de l’asile, Macron compte faire voter sa loi en avril. Il y a donc urgence ! Des actions se préparent le 7 avril dans plusieurs villes, pour le retrait du projet de loi.

Dans le Rhône, les réfugié.e.s sont maltraités :
- le plan froid a laissé des centaines de sans abri dans la rue, y compris des familles, et les autres sont menacés d’y retourner à partir du 31 mars
- les mineurs isolés comme les demandeurs d’asile doivent attendre des semaines sans aucun droit, avant d’être ou non pris en charge
- les « dublinés », les réfugiés déboutés et d’autres « indésirables » sont assignés à résidence ou pourchassés jusqu’à l’expulsion

Les actions de solidarité se développent. Accueil citoyen, aides diverses, collectes de soutien, réquisition de bâtiments pour héberger,… montrent la solidarité de la majorité de la population. La Métropole contrecarre ces actions, en expulsant, alors qu’elle refuse d’ouvrir ses immeubles vides. La Préfecture renvoie des lycéens dans leur pays d’origine. Et le projet de loi ne va qu’aggraver cette situation !

Lire la suite...
 
Manif intersyndicale et interprofessionnelle jeudi 22 mars à 10 h 30 à Bellecour PDF Imprimer Email
Service public
Dimanche, 18 Mars 2018 09:34

En grève pour les services publics et faire dérailler le gouvernement !

Le 22 mars prochain, sept organisations syndicales de la fonction publique appellent à une journée de grève et de manifestations. Elles sont rejointes par les syndicats de cheminotEs contre la réforme ferroviaire par ordonnance, mais aussi par la fédération des industries chimiques, la fédération mines-énergie de la CGT, par des unions départementales (Seine-Maritime, Bouches-du-Rhône...).

Un gouvernement de combat contre les salariéEs du public comme du privé

Les lois contre le Code du travail en 2016 et 2017 visent à précariser toujours plus les salariéEs du privé. Avec les mêmes objectifs, le gouvernement s'attaque maintenant aux services publics, aux fonctionnaires et aux cheminotEs. La dégradation des droits et des conditions de travail d'une partie des salarié.es n'a jamais profité aux autres. Au contraire, elle sert sans cesse de prétexte à de nouvelles attaques...

Défendre et étendre les services publics : un choix de société
C'est la notion de service public que Macron veut liquider avec sa conception de pur capitalisme, de « concurrence libre et non faussée ».

Le service public est déjà sévèrement mis à mal par les politiques d'austérité mises en œuvre depuis des décennies par les gouvernements successifs. Les contrats précaires se sont multipliés, les méthodes de management du privé, les logiques de rentabilité se sont installées au détriment du service rendu aux usagerEs.

Il ne suffit donc pas de défendre l'existant. Il est nécessaire de conquérir des services publics étendus, améliorés, sous le contrôle des salariéEs et des usagerEs, pour répondre aux besoins dans tous les domaines, imposer la gratuité des transports collectifs, de l’accès aux soins, la réquisition des entreprises de l’énergie, de la santé, du médicament des transports…

Faisons dérailler ce gouvernement
Le gouvernement ne s’arrêtera pas face à quelques manifestations, nous aurons besoin d’une grève massive, unitaire, qui bénéficie du soutien d’une majorité de la population, pour gagner.
C’est dans cet objectif que le NPA appelle à participer à la grève et aux manifestations du 22 mars, à construire des collectifs de lutte sur les lieux de travail et dans les quartiers pour défaire le gouvernement Macron. Le gouvernement a pour projet de société de casser tous nos acquis, nous devons lui répondre par une grande mobilisation comme en Mai 68 pour affirmer un projet de rupture avec le système.


 
17 mars : rassemblement pour l'anniversaire de la révolution syrienne place des Terreaux PDF Imprimer Email
Internationalisme
Vendredi, 16 Mars 2018 15:35

communiqué du Collectif Lyon 69 avec la Révolution Populaire Syrienne (CISyLD, Ensemble !, L’insurgé, NPA, Union Syndicale Solidaires, Émancipation, UJFP) :
"mars 2011  - mars 2018 : Solidarité avec le peuple syrien, Arrêt immédiat de tous les bombardements
17 mars 2018 : anniversaire de la révolution syrienne, rassemblement à partir de 15 h place des Terreaux (Lyon 1er, métro Hôtel de Ville)
En 2011, le peuple syrien est sorti pacifiquement dans les rues clamant :
« Elle est à nous et non pas à la famille Assad
Vive la Syrie à bas Bachar el Assad
Uni, uni, uni, le peuple syrien est un,
Notre confession est la liberté »
Sept ans plus tard, la Syrie est morcelée en zones d’influence sous domination étrangère, chaque puissance s’arrogeant le contrôle d’une partie du territoire. Certaines puissances soutiennent ouvertement Bachar, comme la Russie, l’Iran et ses bras armés tel le Hezbollah. D’autres cherchent à s’assurer le contrôle, qui des Kurdes du YPG* (comme les États-Unis), qui de telle ou telle fraction de l’opposition à Bachar (comme la Turquie, le Quatar, l’Arabie Saoudite,…).
Ces puissances étrangères ont en commun de se dresser contre la révolution populaire syrienne et de préserver, in fine, le régime de Bachar
Quant à la France de Macron, ce dernier prétend revenir dans le jeu et affirme qu'en même temps, il n’y a pas de preuves, pour l'instant, « que des armes chimiques proscrites par les traités ont été utilisées [par Bachar el-Assad] contre les populations civiles ». Et Macron de marteler que « la priorité c’est la lutte contre les terroristes, les jihadistes » : il considère qu’il faut  faire avec Bachar al-Assad alors que ce dernier emploie la terreur contre les près de 400 000 habitants de la Ghouta orientale (à l’est de Damas).

En dépit de la situation tragique qui est celle aujourd'hui, la revendication du peuple syrien du départ immédiat et sans condition d’Assad et de son régime est toujours légitime.
Le Collectif Lyon 69 avec la Révolution Populaire Syrienne rappelle les exigences suivantes :
- Arrêt immédiat de tous les bombardements en Syrie ! Retrait immédiat de toutes les forces armées étrangères (russes, iraniennes, turques et également américaines, françaises, israéliennes)
- Libération immédiate de tous les prisonniers politiques
- Levée immédiate de tous les sièges
Aucune collaboration avec les dictateurs : ni Assad, ni Poutine, ni Khamenei, ni Erdogan… Mobilisation internationale pour l'aide humanitaire et l'accueil des réfugiés !
*YPG : Unités de protection du peuple, combattants kurdes branche militaire du Parti de l'union démocratique (PYD)."

 
Tant qu'il y aura expulsion, il y aura occupation ! Rassemblement à 12 h vendredi 16 mars PDF Imprimer Email
Divers
Jeudi, 15 Mars 2018 19:31
communiqué du Collectif de l'Amphi Z :

"Depuis novembre dernier, un grand nombre d’exilé⋅e⋅s à la rue se sont abrités dans un amphithéâtre de l’Université Lyon 2 (l’amphi C), puis dans un bâtiment vide réquisitionné sur le mode du squat situé au 12 rue Baudin à Villeurbanne (baptisé « l’Amphi Z »). Ces occupations étaient une réponse face à l’absence de solutions fournies par la Préfecture et la Métropole de Lyon à des centaines de personnes sans abri cet hiver, dont de nombreux.ses demandeu.r.ses d’asile.
Rappelons que l’Etat a pour obligation d’héberger en urgence toute personne à la rue et de loger tou.te.s les demandeurs⋅ses d’asile, et que la Métropole détient de nombreux bâtiments vides et pourrait en réquisitionner d’autres : ancien collège Truffaut, Foyer St Grégoire d’une capacité de 50 places (préempté par la Métropole de Lyon en mars 2016 puis revendu à une SA HLM Vilogia, à ce jour toujours fermé sans travaux)... la liste des bâtiments vides STLS à grande capacité d’hébergement dans l’agglomération est longue.

Dans la continuité de la réquisition solidaire de l’Amphi Z, qui a permis à plus de 100 personnes d’avoir un toit face à l’inaction des autorités, un second lieu d’habitation squatté a été mis à disposition de familles demandeuses d’asile campant auparavant sur l’Esplanade Nelson Mandela (campement expulsé depuis par les pouvoirs publics). Ce lieu, appelé “Maison Mandela” abrite pour sa part une quinzaine de famille avec le concours du collectif Agir Migrants. Un troisième lieu appelé « La Trappe » a été occupé peu après.

Site emblématique et symbole de notre résistance face aux politiques anti-migratoires et xénophobes de l’État...

Lire la suite...
 
Contre la remise à la rue, rassemblement festif mardi 13 mars à 18 h PDF Imprimer Email
Divers
Mardi, 13 Mars 2018 15:40

À Lyon 1er (métro Hôtel de Ville), à l’appel de Jamais Sans Toit :

« Fin novembre, des parents d’élèves et des enseignants des écoles Victor Hugo, Robert Doisneau et Michel Servet se sont mobilisés avec des habitants du quartier au sein du collectif « Jamais Sans Toit » pour que le droit à l’hébergement soit appliqué pour des élèves et leurs familles sans-abri.

Suite à l’occupation des gymnases des écoles pour héberger ces élèves et alerter l’opinion publique, toutes les familles sans-abri ont été hébergées en foyer ou en hôtel.

Aujourd’hui, de nouveau, ces élèves et leurs familles sont menacés de retour à la rue au 31 mars suite à l’annonce de fermeture des lieux ouverts pour le plan hivernal d’hébergement. Or la loi prévoit que «Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, des lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée »
Nous ne demandons donc que le respect de la loi et refusons que ces élèves se retrouvent à nouveau dehors !
Rien n’est acquis sans mobilisation !!!Un toit c’est un droit !
+ d’infos sur https://www.facebook.com/jamaissanstoit69/

 
Manif de soutien à la résistance d’Afrin dimanche 11 mars à 15 h à Bellecour PDF Imprimer Email
Internationalisme
Dimanche, 11 Mars 2018 12:19

à l’appel des Amitiés Kurdes de Lyon et Rhône Alpes

La hantise d’Erdogan, dictateur de Turquie, est la jonction possible des trois cantons, Ceziré, Kobané et Afrin, qui formeraient une continuité à sa frontière. Pour l’empêcher, la Turquie occupe le territoire syrien qui sépare les trois cantons, la région de Jarablous et d’Al Bab, auparavant occupée par l’État islamique, et colonise de fait le territoire, chassant des Kurdes de leurs villages, et installant ses services postaux, son administration et même ses propres programmes scolaires dans les écoles.
Nationalisme turc exacerbé
L’absence de réaction concrète du gouvernement syrien à l’attaque contre Afrin témoigne d’une collusion de fait entre Erdogan et Assad. Pour l’instant, le dictateur turc a partiellement réussi son pari : il suscite un élan de soutien nationaliste dans la population turque et dans les partis politiques kémalistes ; même le CHP social-démocrate soutient son intervention. Tous ceux qui voudraient s’y opposer sont en danger d’emprisonnement ou de mort. « C’est bien pire que pendant le coup d’État fasciste de 1980 », nous dit un militant d’extrême gauche turc, « le moindre tweet ou like sur Facebook peut nous envoyer en prison, alors les rassemblements ou les manifestations, c’est du suicide ! »
Erdogan peut aussi se vanter d’avoir le soutien d’une partie de l’opposition syrienne, puisque certaines brigades djihadistes de l’ASL marchent devant ses tanks, drapeaux déployés. Pour l’heure, à notre connaissance, seul le Courant de la gauche révolutionnaire syrienne a déclaré son total soutien à la résistance d’Afrin contre l’invasion turque.

Résistance kurde
Le problème d’Erdogan, c’est la féroce résistance que rencontre son armée. Malgré les centaines de raids effectués par ses F16, les tonnes de bombes lâchées, on parle même de l’utilisation de napalm dans certains secteurs, il a du mal à avancer.
La population civile d’Afrin, autochtones ou réfugiés, reste solidaire de la résistance des FDS/YPG/YPJ, parce que ce petit territoire a mis en place l’égalité des droits pour touTEs,comme dans les deux autres cantons de la Fédération, et qu’une stabilité et une prospérité relatives y régnaient. L’agression turque ­replonge des centaines de milliers de réfugiéEs dans le cauchemar qu’ils avaient fui.
Les Kurdes d’Afrin espèrent que la solidarité internationale leur viendra en aide. Pour le moment, les fortes mobilisations, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en France, sont portées par la diaspora kurde. La présence des partis de gauche, des syndicats, reste très faible. Nous devons très vite apporter notre soutien à ces combattantEs qui défendent un projet pluraliste, antifasciste, féministe et multiethnique à rebours total des évolutions politiques et sociales au Moyen-Orient.

 
Jeudi 15 mars, grève et manif dans les établissements pour personnes âgées PDF Imprimer Email
Service public
Vendredi, 09 Mars 2018 23:52
MANIFESTATION à 14H avec les organisations de retraitéEs de la Place Guichard à l’ARS
en passant par la préfecture et la métropole de Lyon.
Communiqué de la CGT Santé Action socialeIntersyndicale :
« L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SUD, UFAS et UNSA, soutenues par l’AD-PA et rejointes depuis par la FSU et FA-FPappelle à la grève le 15 mars prochain.
Aujourd’hui, partout en France, les salarié.e.s (de toutes catégories, y compris de direction), les associations d’usagers, les familles … dénoncent l’inexcusable, l’incompréhensible et volontaire abandon dans lequel le gouvernement laisse les personnes âgées vulnérables parce qu’en perte d’autonomie en établissement comme à domicile.

Partout, l’ampleur des mobilisations du 30 janvier ont rassemblé des personnels du privé, du public de l’associatif (aides à domicile…), de la plus petite à la plus grosse structure montrent la détermination et l’exaspération des professionnels et des usagers. Cette journée n’était qu’une étape dans le mouvement qui dénonce un gouvernement sourd et empreint de mépris envers des professionnel.le.s. OBJECTIF : 15 mars 2018

Il est temps que l’Etat entende la nécessité de :
- Mettre en place un financement pérenne et solidaire de l’aide à l’autonomie.
- Pérenniser le financement de l’aide à domicile, abroger les dispositions législatives baissant les dotations des établissements et maintenir de tous les effectifs
- Augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et appliquer le ratio d’un personnel pour une personne accompagnée en établissement (prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006)
- Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels à domicile et en établissement dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales. »

Jeudi 15 mars, grève et manif dans les EHPAD

MANIF ESTATION à 14H avec les organisations de retraitéEs de la Place Guichard à l’ARS

en passant par la préfecture et la métropole de Lyon.

Communiqué de la CGT Santé Action socialeIntersyndicale :

« L’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SUD, UFAS et UNSA, soutenues par l’AD-PA et rejointes depuis par la FSU et FA-FPappelle à la grève le 15 mars prochain.

Aujourd’hui, partout en France, les salarié.e.s (de toutes catégories, y compris de direction), les associations d’usagers, les familles … dénoncent l’inexcusable, l’incompréhensible et volontaire abandon dans lequel le gouvernement laisse les personnes âgées vulnérables parce qu’en perte d’autonomie en établissement comme à domicile.

Partout, l’ampleur des mobilisations du 30 janvier ont rassemblé des personnels du privé, du public de l’associatif (aides à domicile…), de la plus petite à la plus grosse structure montrent la détermination et l’exaspération des professionnels et des usagers.

Cette journée n’était qu’une étape dans le mouvement qui dénonce un gouvernement sourd et empreint de mépris envers des professionnel.le.s.

OBJECTIF : 15 mars 2018

il est temps que l’Etat entende la nécessité de :

  • Mettre en place un financement pérenne et solidaire de l’aide à l’autonomie.

  • Pérenniser le financement de l’aide à domicile, abroger les dispositions législatives baissant les dotations des établissements et maintenir de tous les effectifs

  • Augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et appliquer le ratio d’un personnel pour une personne accompagnée en établissement (prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006)

  • Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels à domicile et en établissement dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales. »

 

 
DES ISRAÉLIENS contre LA COLONISATION : Conférence vendredi 9 mars PDF Imprimer Email
Internationalisme
Jeudi, 08 Mars 2018 21:38

avec Éléonore BRONSTEIN, en France du 8 au 19 mars
communiqué de l’Association France Palestine Solidarité :
« 2018 est une année particulière pour la Palestine :
70 ans de la création de l’État d’Israël
70 ans de l’expulsion des Palestiniens
80% de la population arabe palestinienne a été expulsée. Plusieurs centaines de villages palestiniens et des quartiers de villes ont été détruits ou rasés…
Ce processus de nettoyage ethnique, commencé avant 1948, est toujours à l’œuvre aujourd’hui.
La continuité et la persistance du projet colonial perdurera tant que les États et la mobilisation internationale ne seront pas assez forts pour exiger son arrêt.

Rendez-vous le 9 Mars à 19h00 Palais du Travail Place Lazare Goujon Villeurbanne (métro A – Gratte-ciel)    Entrée libre (chapeau)

De-Colonizer est une ONG israélienne et un centre de recherche alternatif et militant basé à Tel Aviv, co-fondé par Eléonore Merza, anthropologue du politique, spécialiste de la société israélienne contemporaine et Eitan Bronstein anthropologue également et militant anticolonialiste israélien.
De-Colonizer invite au débat, pour convaincre, pour changer les discours, pour lutter contre les oublis de l'histoire et les mémoires occultées, pour enfin pouvoir penser un autre vivre-ensemble où l'égalité ne serait pas un vain mot.
De-Colonizer se définit comme un laboratoire, au sens expérimental, offrant un espace unique de réflexions, de mises en commun, de partages, d’activités constantes, à la jonction de nombreux outils et méthodes. De-Colonizer veut contourner les frontières politiques et symboliques afin de fournir un nouvel espace extraterritorial.
« Afin de dépasser cette situation de guerre permanente, nous pensons qu'il est temps de renoncer au sionisme et nous estimons qu'Israël doit reconnaître sa responsabilité historique dans l'expulsion des PalestinienNEs, et réparer cette injustice en accordant à touTEs les réfugiéEs leur inaliénable droit au retour. Et si les PalestinienNes sont les principales victimes de ce régime, nous pensons que les JuifVEs-IsraélienNEs paient également le prix de cette conquête intervenue depuis 1948 en vivant dans une peur constante et sans espoir de paix. En d'autres termes, nous pensons qu'une des clés essentielles à notre futur est profondément enracinée dans notre passé ».
Pour ce faire, De-Colonizer a fait des recherches sur les destructions de la Palestine-historique du début de la colonisation sioniste jusqu’à aujourd’hui. Il édite la première carte francophone faisant un état des lieux exhaustif de toutes les localités détruites, déplacées et dont les habitants ont été expulsés ou ont fuit depuis le début de la colonisation sioniste jusqu’à aujourd’hui. »


 
Pour le retrait du projet Macron liberticide et xénophobe, MANIF samedi 10 mars, 14h30, place des Terreaux PDF Imprimer Email
Divers
Mardi, 06 Mars 2018 13:20

Lyon – métro Hôtel de ville

"Retrait du projet Macron liberticide et xénophobe :
- Liberté de circulation : des papiers pour toutes et tous !
- Respect du droit d’asile ; abrogation des accords  de Dublin* (obligeant les migrant-e-s à demander l'asile dans leur 1er pays d'enregistrement)
- Prise  en charge par l'aide sociale à l'enfance de tous les jeunes mineurs  isolés ; droit à l'enseignement pour tous et toutes…"

à l’appel du Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc'Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif Agir Migrants, Collectif Amphi Z, Collectif 69 Palestine, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Lutte ouvrière, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4, MRAP LYON 3-7-8, Planning Familial 69, RESF-69, Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, SUD santé sociaux 69, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, ENSEMBLE!, France Insoumise 69, L’insurgé, MJCF Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche 69, PCF, UPC…
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

télécharger le tract unitaire

Pour le NPA, la loi « asile et immigration » est un cran supplémentaire dans le racisme d’État

Le projet de loi « asile et immigration » vise à limiter encore un peu plus l’octroi du droit d’asile et à rendre plus difficile les recours pour les exiléEs. Il s’inscrit dans une volonté affichée d’accroître les expulsions et d’amplifier la chasse aux migrantEs.
Cet alignement de plus en plus net sur les positions de l’extrême droite xénophobe va à rebours de ce qui se passe dans la société, où l’on assiste à un renforcement des mouvements de solidarité avec les migrantEs et une multiplication des initiatives de soutien concret, de la vallée de la Roya à l’université Paris 8 en passant par Ouistreham, Nantes ou Villeurbanne.

Le NPA apporte tout son soutien à ces initiatives : il faut accueillir les migrantEs, ouvrir les frontières, faciliter la liberfté de circulation et d’installation, régulariser les sans-papiers et en finir avec les politiques sécuritaires qui propagent les préjugés racistes.
Le NPA sera de toutes les mobilisations pour mettre en échec ce projet de loi. Il s’investit notamment dans la préparation de la marche contre le racisme d’État, contre la loi asile et immigration et contre la chasse aux migrantEs, organisée par un collectif d’associations le 17 mars prochain à Paris.

 
Manif pour la fermeture du local néo-nazi Bastion Social/GUD samedi 3 mars PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Jeudi, 01 Mars 2018 18:47
à 14 h place des Terreaux (métro Hôtel de Ville)
« A Lyon, comme à Strasbourg et Chambéry, une manifestation est organisée le 3 mars à 14h Place des Terreaux pour exiger la fermeture du local néo-nazi « Bastion Social/Gud » et dénoncer les agressions toujours aussi nombreuses de l’extrême droite radicale.
Le samedi 13 janvier 2018 à 17h a ouvert au 73 quai Pierre Scize dans le 5ème arrondissement un local "associatif" appelé le Pavillon Noir/Bastion Social.

Le Bastion social est la nouvelle dénomination choisie par le GUD qui est un mouvement d'extrême-droite radical existant depuis la fin des années 1960. Le Gud est connu pour sa violence de rue et ses liens avérés avec le milieu néo-nazi.

Ce mouvement (Bastion Social) créé il y a quelques mois a choisi comme modèle le parti néo-nazi grec Aube Dorée mais aussi la "Casa Pound" italienne, groupe politique néo-fasciste qui se réclame ouvertement de l'idéologie et de l'histoire du fascisme (et donc de Mussolini).

Il n'est pas possible de rester sans réaction face à ce nouveau lieu public tenu par l'extrême-droite radicale lyonnaise. En effet, d'autres locaux et commerces gérés par d'autres groupuscules (Génération Identitaire par exemple) sont déjà ouverts notamment dans le 5ème arrondissement.
Ces lieux font régner dans le quartier une ambiance délétère pour les habitant-e-s et les commerçant-e-s et amplifiera les agressions contre les personnes ne correspondant pas à leur vision raciste, sexiste, lgbtphobe... »...

 

Lire la suite...
 
Réunion publique sur la loi "asile et immigration" mercredi 28 février à 19h, Bourse du Travail PDF Imprimer Email
Divers
Dimanche, 25 Février 2018 13:30
Place Guichard, Lyon 3ème, métro B, Tram T1
Le projet de loi Macron sur l’immigration : quels dangers ?
Mieux accueillir… ou enfermer, trier, expulser plus vite ?
avec Flor Tercero, avocate à Toulouse, représentante du GISTI*
et  Marie-Noëlle Fréry, avocate, membre du Syndicat des Avocats de France
*Le GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigré-e-s) milite pour l’égal accès aux droits et à la citoyenneté sans considération de nationalité et pour la liberté de circulation. Il est né en 1972 de la rencontre entre des travailleurs sociaux, des militants associatifs en contact régulier avec des populations étrangères et des juristes. Cette approche concrète et juridique fait l’originalité du groupe.

à l'appel du Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc'Action Rhône, Union Départementale CGT, Union Départementale CNT, Collectif Agir Migrants, Collectif 69 Palestine, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4, MRAP LYON 3-7-8, RESF-69, Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, SUD santé sociaux 69, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, ENSEMBLE!, L’insurgé, Lutte Ouvrière, MJCF Rhône, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche 69, PCF, UPC…                      

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

La loi "asile et immigration", De quoi s’agit-il ? Quelques exemples :
⇨  En avant-première du projet de loi Macron sur "l’asile", en décembre 2017, le ministre Collomb a diffusé une circulaire :
- remise en cause de l’hébergement d’urgence inconditionnel : l’État met dorénavant des conditions à la mise à l’abri, laissant mourir dehors celles et ceux qui n’ont pas les « bons » papiers
- fin de l’inviolabilité du domicile :...

Lire la suite...
 
Grève dans les hôpitaux et rassemblement mardi 27 février à 15 h PDF Imprimer Email
Service public
Samedi, 24 Février 2018 22:54

Rassemblement à l’appel de la CGT et de SUD

devant l’Agence Régionale de Santé, 241 rue Garibaldi à Lyon 3ème (métro Part Dieu)

Le personnel du service des urgences de l'hôpital Lyon sud est en grève depuis fin janvier, rejoint par d'autres services ; il a lancé une pétition sur internet :
https://www.change.org/p/la-sant%C3%A9-est-une-n%C3%A9cessit%C3%A9-pour-tous-partagez-et-signez-cette-p%C3%A9tition

Le NPA pour un service public de santé de qualité, contre la casse des hôpitaux :

Les établissements publics hospitaliers ont été confrontés, en 2017, à un déficit compris entre 1,2 milliard et 1,5 milliard d’euros, trois fois plus qu’en 2016. Pour 2018, les choix politiques du gouvernement vont accentuer cette mort lente des hôpitaux avec des restrictions budgétaires de 4,2 milliards d’euros. Ce qui signifie du déficit et/ou des suppressions de postes en masse pour la grande majorité des hôpitaux, alors que les effectifs manquent déjà dans tous les services.

De Marseille à Paris
À Marseille, cela va se traduire par une suppression de 800 à 1000 postes, dont plus de 400 soignantEs pour le 3e CHU de France. Pour l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (APHP), on parle de 180 à 280 suppressions de postes. Pour la 1ère fois dans l’histoire de l’AP-HP, les représentants des médecins (CME) ont voté contre le budget à l’unanimité ! Pour eux, « la réduction des effectifs soignants […] fait courir un risque réel pour la sécurité et la qualité des soins dont nous sommes les garants. ». Alors que les personnels sont déjà épuisés, obligés de reporter leurs congés, que les arrêts maladie, maternité ne sont pas remplacés, l’épuisement professionnel gagne les hospitalierEs, quand ils ne se suicident pas…

Imposer une autre logique de financement de l’hôpital
Les « économies » réalisées, comme la réforme de l’organisation du travail qui a sacrifié des jours de repos, la diminution de l’indemnité du travail de nuit et la restriction de la prime d’installation pour les personnes qui deviennent titulaires, n’ont rien changé au déficit.
C’est le financement de l’hôpital qu’il faut changer !...

Lire la suite...
 
SOUTENONS LE PEUPLE KURDE ! MANIF DIMANCHE 25 FÉVRIER à 15 H PDF Imprimer Email
Internationalisme
Vendredi, 23 Février 2018 00:00

Rojava : Vive la résistance d’Afrin !

article paru dans l'hebdo du NPA L’Anticapitaliste du 15/02/2018 : abonnez-vous !
Plus de trois semaines après l’invasion d’Afrin par l’armée turque, Erdogan, qui prétendait régler le problème « en trois jours », a échoué. La deuxième armée de l’OTAN, qui a déployé des centaines de tanks et des dizaines d’avions bombardiers pour écraser la population du plus petit canton autonome du Rojava (400 000 habitants) se heurte à une résistance populaire exemplaire...

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 1 de 5