Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Débats au Salon Primevère avec le Collectif Info Linky Sud-Ouest du 23 au 25 février PDF Imprimer Email
Divers
Mardi, 20 Février 2018 18:23

- Conférence sur "le déploiement imposé du compteur Linky", le samedi 24 02 2018,14h15
Le compteur linky serait l'outil miracle pour accomplir toutes les transitions : énergétiques, numériques, écologiques.... Qu'en est-il vraiment et que faire en tant que citoyen dans ces choix imposés ?
http://salonprimevere.org/salon_programme_rencontre-325_le-deploiement-impose-du-compteur-linky
Avec l'association la Ruche de l'Ecologie, Nicolas Bérard auteur du livre "sexy Linky" (l'âge de faire) et la commune de St Bel

- 3 Ateliers "comment refuser concrètement le compteur/capteur de données Linky" 
Animation : le collectif Info Linky Sud-Ouest lyonnais
http://salonprimevere.org/salon_programme_rencontre-520_comment-refuser-concretement-le-compteur-capteur-linky-
Qu'il soit déjà posé ou pas, refuser l’installation d’un compteur Linky est un droit à faire respecter.
Après une brève présentation et les questionnements-témoignages du public, des collectifs du sud ouest lyonnais expliquent comment s’opposer à l’installation d’un compteur ou même contester une pose forcée. Ils partagent leur expérience et proposent une marche à suivre avec modèle de lettre, possibilité de recours juridique...
Le collectif info Linky Sud-Ouest Lyonnais et celui de Soucieu comptent aujourd'hui près de 300 personnes qui refusent le compteur électrique/capteur de données Linky et ses conséquences.
vendredi 23 février 2018 à 19h ; samedi 24 février 2018 à 19h ; dimanche 25 février 2018 à 17h

 
Rassemblement en défense des militantES d'Agir Migrants lundi 12 février à 9 h PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 10 Février 2018 16:12

militantEs d'Agir Migrants ayant "réquisitionné" un immeuble de la Métropole pour héberger des migrantEs
ce rassemblement est d'autant plus important que le vendredi 9 février, la préfecture a détruit le camp de l'esplanade Mandela (le long de l'avenue F. Faure), en n'hébergeant les personnes que pour 10 jours et que dans un gymnase, 51, rue Sisley dans le 8ème...

"Pour défendre la réquisition citoyenne d’un immeuble vacant "la Maison Mandela" lieu d’hébergement des migrant.es sorti.e.s du bidonville face à l’esplanade Mandela, le collectif Agir Migrants appelle à un rassemblement devant le Tribunal d’instance de Villeurbanne 3 rue Dr Pierre Papillon, Métro Gratte Ciel, le lundi 12 février à 9h.
Désaffectée depuis peu, la Maison Mandela est un bâtiment appartenant à la Métropole qui a été réquisitionnée et rénovée par des citoyens volontaires le 13 janvier 2018 afin d'offrir un logement décent à 60 personnes dont 10 enfants qui dormaient jusqu'à présent sur l'Esplanade Mandela, surnommée le bidonville Mandela. Or le 12 février des membres du collectif Agir Migrants, qui ont réquisitionné ce lieu, sont assignés devant le tribunal par la Métropole.
Notre objectif est :
dans un premier temps d'empêcher l'expulsion des familles de la Maison Mandela qui conduirait à remettre à la rue ces familles avec enfants et/ou personnes à la santé fragile
et dans un deuxième temps que la Maison puisse être occupée jusqu’à sa démolition, annoncée pour 2020

Nous citoyen.ne.s de tous horizons, toutes conditions, toutes classes sociales, ayant en commun cette insupportable sensation de honte à l’égard de la politique conduite en notre nom.
Nous refusons le désengagement de l’Etat de ses missions d’accueil et de mise à l’abri des personnes les plus vulnérables et...

Lire la suite...
 
Manif de soutien à la résistance kurde d’Afrin samedi 10 févier à 15 h 30 à Bellecour PDF Imprimer Email
Internationalisme
Vendredi, 09 Février 2018 23:13

à l'appel de la Coordination Lyonnaise Solidarité Kurdistan (Association culturelle Mésopotamie, Association de solidarité France
Kurdistan, Amitiés kurdes de Lyon, PCF, Ensemble, NPA, Jeunesses communistes du Rhône, Parti de gauche)

Erdogan a lancé une offensive contre le canton d'Afrin, au nord de la Syrie. Ce petit territoire, frontalier avec la Turquie, l'un des trois cantons de la Fédération démocratique du nord de la Syrie (Rojava), peuplé en majorité de Kurdes, abrite des centaines de milliers de réfugiéEs : des Yezidis qui avaient fui les massacres de l'EI en 2014, de nombreux SyrienEs de la région d'Idlib, tombée sous le joug des brigades djihadistes de Tahrir al-Cham et soumise aux attaques et bombardements permanents du régime syrien et de ses alliés russes et iraniens.
Entre les dictateurs Erdogan et Assad, c’est donnant-donnant: feu vert de Assad à Erdogan pour s’emparer d’Afrin et noyer dans le sang la révolution du Rojava, leur ennemi stratégique commun ; feu vert d’Erdogan à Assad pour s’emparer d’Idlib, y détruire tout ce qui reste de l’opposition démocratique syrienne, et poursuivre ses raids criminels contre la Ghouta.

Les combattantEs YPG/ YPJ et les FDS se retrouvent donc seuls pour empêcher un massacre programmé, comme à Kobanê en 2014. Le but d'Erdogan est d'empêcher la jonction du canton d'Afrin avec les deux autres cantons du Rojava, mais aussi d'établir une occupation turque dans la région, aidé par ses alliés djihadistes de l'opposition syrienne. Car Erdogan ne s'arrêtera pas là : il a annoncé qu’il poursuivrait son offensive contre Manbij, libérée de Daesh par les FDS en mai 2016.
Le gouvernement français appelle Erdogan à la « modération » et a demandé une réunion du conseil de sécurité de l'ONU. Quelle crédibilité a-t-il quand il vient de recevoir avec les honneurs le président turc, qui clamait haut et fort ses intentions ?
Comme pendant la bataille de Kobanê, seule la solidarité et la mobilisation internationales pourront faire changer le rapport de forces. Nous exigeons, en outre, des sanctions immédiates, politiques et économiques, contre le dictateur turc et son gouvernement, jusqu'à l'arrêt de leur agression, comme nous exigeons l'arrêt de l'offensive du dictateur syrien contre Idlib.

 
AVEC AFRIN, RESISTANCE ! MANIFESTATION SAMEDI 3 FÉVRIER à 14h PDF Imprimer Email
Internationalisme
Vendredi, 02 Février 2018 14:43
PLACE DE LA RÉPUBLIQUE 69002 – LYON (métro Cordeliers)

"Samedi 27 janvier 2018, dans plusieurs villes de France, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, aux côtés de membres de la communauté kurde de France, pour protester contre l’intervention militaire de la Turquie dans la région d’Afrin en Syrie. Afrin où s’étaient réfugiés plus de 400 000 Syriens et Yézidis fuyant les massacres de Daesh, doublant la population locale. Toutes et tous vivent en bonne intelligence égaux en droit quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et religieuse, comme dans les deux autres cantons de Rojava, la fédération du nord de la Syrie.

Le président Erdogan a lancé son armée contre les Kurdes qui, avec l’appui logistique de la coalition internationale, sont le fer de lance de la lutte contre les djihadistes de Daesh au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS). Cette invasion inqualifiable, insupportable, inadmissible intervient après les FDS aient, au prix de lourdes pertes, libéré Raqqa, la capitale autoproclamée de Daesh.

Depuis quinze jours la ville d’Afrin est sous le feu de l’aviation et de l’artillerie turque. Des dizaines de victimes civiles sont à déplorer. Face à cette puissance de feu de la deuxième armée de l’OTAN et à un rapport de force déséquilibré, les forces kurdes YPG / YPJ résistent avec courage. Des centaines de volontaires ont répondus à l’appel du PYD (Parti pour l’Union Démocratique) pour défendre leur terre...

Lire la suite...
 
Mardi 30 JANVIER : GRÈVE DANS LES MAISONS DE RETRAITES et Manif à 10h30 PDF Imprimer Email
Service public
Samedi, 27 Janvier 2018 22:14

Départ de l’ARS (241 rue Garibaldi, Lyon 3) en direction de la Préfecture (Rue Dunoir) où un rassemblement aura lieu à 12h (appel CGT, CFDT, UNSA, FO et CFTC)
30 JANVIER : GRÈVE NATIONALE DANS LES MAISONS DE RETRAITES MÉDICALISÉES
NOS MAMIES ET NOS PAPYS VALENT MIEUX QUE LEURS PROFITS !

Cela ne s’était jamais produit. Le 30 janvier, dans toute la France, les personnels travaillant dans les EHPAD (maison de retraites médicalisées accueillant des personnes âgées dépendantes) vont faire grève et manifester. La situation dans ces établissements est aujourd’hui critique, pour celles et ceux qui y travaillent, comme pour les résidents.
Les professionnels des EHPAD refusent la maltraitance imposée par leurs institution . Elle touche à la fois les personnels (précaires, mal payés, manquant souvent de formation, subissant des conditions de travail et un «management» insupportables) et les personnes dont ils ont la charge.
En France on ne compte, en EHPAD, 55 professionnels pour 100 résidents. Alors que ce taux est de 100% en Allemagne en Suisse et en Europe du Nord.

L’enquête parlementaire sur les EHPAD souligne :
• des conditions de travail « particulièrement préoccupantes tant d’un point de vue physique que psychologique ».
• «un taux d’absentéisme moyen de 10 % et un taux d’accident du travail de deux fois supérieur à la moyenne nationale, plus important que dans le secteur du BTP».
• Une grande majorité des EHPAD n’ont pas d’infirmier de nuit.

Mais pour Macron et le gouvernement : la priorité c’est la baisse des dépenses publiques, des budgets de l’Assurance Maladie et des Conseils Départementaux qui contribuent au financement des EHPAD.
• Ils appliquent la réforme du précédent gouvernement qui favorise le secteur privé commercial (ORPEA, KORIAN etc) au détriment du public (200 Millions d’€ en moins).
• Ils suppriment les «contrats aidés», mais bien sûr sans les remplacer par de vrais emplois.

Au cours des derniers mois, malgré la répression, les luttes se sont multipliées dans les EHPAD publics et privés...

Lire la suite...
 
De Kobané à Afrin : Résistance ! Manif samedi 27 janvier à 15 h aux Brotteaux PDF Imprimer Email
Internationalisme
Jeudi, 25 Janvier 2018 23:49

Samedi 20 janvier, Erdogan a lancé une offensive contre le canton d'Afrin, au nord de la Syrie. Les bombardements intensifs...

Lire la suite...
 
Film débat mardi 16 janvier sur le City Plaza, hôtel squatté – autogéré par des réfugiéEs en Grèce PDF Imprimer Email
Internationalisme
Dimanche, 14 Janvier 2018 15:46

Projection du film « City Babel. Il faut pas croire » : L’histoire d’une famille réfugiée et bloquée en Grèce
Le film la suit dans son quotidien et nous présente sa vie au City Plaza (28 min)
et débat Avec une présentation par Camille Schnéegans, bénévole au City Plaza, et Giorgos Athanassakis, des témoignages d’Éclaireuses et d'Éclaireurs de France, bénévoles en août 2017, et des chants improvisés par Émilie Souillot

Les Amphis, salle annexe - rue Pierre-Cot, Vaulx-en-Velin Mardi 16 janvier 2018 à 19h30 - Comment venir aux Amphis :
Métro A, arrêt Bonnevay puis bus C3 arrêt La Grappinière, ou bus 57 arrêt Rouge Renan.
Métro B arrêt Charpennes ou Part-Dieu puis bus 37, arrêt Jean Moulin.
En voiture : Sortie périphérique porte de Cusset, direction Genève, sortie Vaulx-en-Velin. Au rond-point, direction Vaulx-en-Velin Village, rue du 8 mai 1 945 puis à gauche rue Pierre Cot.

« Le City Plaza centre autogéré d'accueil des réfugié·e·s
Le City Plaza est un hôtel situé au coeur d’Athènes. Fermé pendant des années, il était un symbole de la crise grecque. Aujourd’hui il est de nouveau ouvert et entièrement occupé. Les nouveaux invités viennent du monde entier, de Syrie, d’Iraq, du Pakistan, d’Iran et d’Afghanistan. Ils sont venus sans affaires et on ne leur demande pas de payer. Ils ont tous fui leur foyer, et beaucoup sont actuellement bloqués en Grèce, la clôture de l’Europe les soumettant à l’exclusion.
Au City Plaza les personnes réfugiées ont trouvé une place qui tient compte de leur intimité, dans une atmosphère de sécurité et de dignité. C’est vrai pour les 400 résidents, mais surtout pour les 185 enfants parmi eux. Les lieux ont été investis en avril 201 6 par un groupe d’activistes. Ensemble, réfugiés et bénévoles assurent, en autogestion, la vie quotidienne de l’hôtel, sans aucun soutien de l’État. Tout est maintenu sur la base du volontariat et financé par les dons. Toutes les décisions sont prises en collectivité.

We live together — solidarity will win, c’est la devise du City Plaza. Les personnes réfugiées de l’hôtel ont besoin d’un soutien financier pour 1 000 repas par jour, pour des médicaments, du matériel pour l’école, et beaucoup d’autres choses. D’un soutien également pour être et rester un exemple politique. Le City Plaza est un lieu d’égalité et de solidarité, l’antithèse vivante de cette Europe fortifiée et de ses frontières honteuses. C’est un symbole d’espoir.
Le City Plaza est le meilleur hôtel d‘Europe ! »

Organisation : On Vaulx mieux que ça (OVMQC), Éclaireuses Éclaireurs de France groupe Jean Bart, Comité de solidarité avec le peuple grec (CSPG) Avec le soutien des Amis du Monde diplomatique, ATTAC, Collectif Palestine 69, UJFP, NPA, PG, Ensemble

 

 
Rassemblement samedi 13 janvier à 17 h contre l'ouverture du local fasciste du Bastion "social" PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Mercredi, 10 Janvier 2018 09:07

"Toutes et tous ensemble, Fermons le local fasciste « Le pavillon noir » ! Le 13 janvier 2017, un nouveau local d’extrême-droite ouvrira sur Lyon. Le GUD, groupuscule violent proche des milieux néo-nazis, va tenter sous une nouvelle entité « Bastion Social » de ré-ouvrir un local appelé « Le Pavillon Noir ».

Qu’est-ce que le Bastion Social ?
Le Groupe Union Defense (GUD) s’est mis récemment en sommeil pour essayer de fédérer divers groupuscules radicaux sous le mouvement « Bastion Social ».  Ce mouvement est directement inspiré du modèle néo-fasciste italien « Casa Pound » et du mouvement néo-nazi grec « Aube Dorée ».
Leur stratégie est simple : appliquer une politique sociale – nationale et essayer de la diffuser dans la société. C’est ce qu’ils ont tenté de faire en juillet dernier en tentant d’ouvrir un bâtiment soi-disant réservé aux sdf français alors qu’il s’agissait plutôt d’avoir un local en centre-ville pour former des militants.
Un de leur "modèle", la Casapound  italienne, est une organisation qui se présente aux élections sur des bases de division ethnique et d'opposition entre classes populaires "de souche" (selon eux) et les autres, avec des résultats électoraux non négligeables.
Il faut donc contester ce modèle et c'est le sens de cette première action du 13/01.

Ne pas laisser ce local ouvrir à Lyon
A Strasbourg, le « Bastion Social » a ouvert un local début décembre et une mobilisation unitaire s’est mise en place avec une 1ère manifestation le 9 décembre et une prévue le 20 janvier.
Sur Lyon, il est hors de question de laisser un nouveau local ouvrir ! (voir cartographie sur le blog en lien en fin de tract)

Depuis peu, les agressions commises par ces groupuscules se multiplient...

Lire la suite...
 
Pour libérer la métropole lyonnaise de la pression publicitaire, une pétition et d'autres actions PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 06 Janvier 2018 19:03
Le Collectif Plein la vue a lancé la campagne "Des arbres pas des pubs !" :
Pourquoi s’y intéresser maintenant ?
La métropole de Lyon (59 communes) est en train d’élaborer son futur règlement intercommunal de publicité. Ce document aura un impact décisif sur les paysages et le cadre de vie des habitants.

Pourquoi veut-on libérer l’espace de la publicité ?
Car esthétiquement ça n’apporte rien, c’est de la pollution visuelle.

Et il y a largement assez de publicités sur internet ou dans les journaux gratuits pour que l’espace public en soit libéré.
Pour lutter contre le gaspillage énergétique : un panneau numérique de 8 m2 consomme l’équivalent d’un ménage avec trois enfants !
Car c’est très agressif et hypnotique, surtout envers les enfants.
Pour embellir la métropole et améliorer notre cadre de vie, avec un espace public libéré de ces nombreux appels à la consommation, souvent simplistes et sexistes.

Quelques réponses aux craintes liées à la diminution de la publicité :...

Lire la suite...
 
Faisons de 2018 une année de luttes ! PDF Imprimer Email
Divers
Mercredi, 03 Janvier 2018 16:29

2017 fut incontestablement l’année Macron, comme représentant d’un pouvoir bourgeois renouvelé et déterminé. Mais les luttes nous montrent cependant une partie de la voie à suivre pour renverser la vapeur. Le personnage est parfois à la limite du ridicule. Sa copie, lors de ses vœux 2018, du «demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays» de Kennedy est d’une prétention pathétique. Cependant, l’arrogance de Macron est le symbole d’un renouvellement réussi (momentanément, espérons-le) du personnel politique de la bourgeoisie. Macron et LREM ont permis le retour au pouvoir, au détriment de tous les concurrents politiques, d’une droite radicale, «décomplexée», déterminée à faire marcher au pas le pays. Il s’agit, on ne le répétera jamais assez, de bouleverser la France, de lui faire rattraper son retard sur les autres pays européens sur le plan des attaques libérales et liberticides. Le pari est pour l’instant tenu : les lois travail, sur l’immigration et sur la «sécurité» sont de l’avis de tous les observateurs internationaux des réformes sans comparaison avec tout ce qui a été fait depuis la Seconde Guerre mondiale.

Une nouvelle phase des rapports sociaux et politiques
Ce chambardement a bien entendu été préparé, par Sarkozy, par Hollande, par les défaites et les trahisons, mais l’évolution est très nette. La comparaison entre les mouvements de soutien aux migrantEs, si valeureux et nécessaires soient-ils, de Menton et de Calais, et ceux de Saint-Bernard et Saint-Ambroise dans les années 1990 est éloquente. Celle entre les mouvements de 1995, 2006 et 2010 et les mobilisations contre les lois travail également. L’intégration des syndicats au dialogue social, bien entamée par la CFDT et FO, va être considérablement renforcée par la loi travail XXL.

Ceux qui voient une solution politique par en haut à cette situation se trompent...

Lire la suite...
 
10° Rencontres iséroises « Luttes & résistance » samedi 13 janvier PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Vendredi, 29 Décembre 2017 21:50

Organisées par Ras L’Front Isère à la salle des fêtes de Voiron
dès 15 h – Stands
Une trentaine d’associations présentent leurs actions, proposent des livres ou des documents et des objets en vente solidaire.
premier débat : La Réalité des Discriminations aujourd’hui 17 h – Olivier Le Cour Grandmaison
Enseignant en sciences politiques à l’université d’Évry-Val-d’Ess., il anime des séminaires au Collège international de philosophie. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’indigénat et siège à la Cour nationale du droit d’asile.
Au-delà de la bataille autour des mots ou des concepts, il s’agit de pointer comment se pratiquent aujourd’hui les discriminations et qui touchent-elles. Il faut comprendre comment le racisme s’installe et opère y compris dans les institutions de l’État pour pouvoir le combattre autrement que sur le seul terrain de la morale individuelle.
La division recherchée de la population sur ces questions, ainsi que sur les solidarités sociales, s’accompagne du musellement de la contestation et de sa criminalisation (restriction du droit de manifester, délit de solidarité, …).
18h30 – 20 h Salades, plat chaud, gâteaux, boissons et rencontres

second débat : Le Vivre Ensemble, ça veut dire quoi ? 20 h – Omar Slaouti
Professeur physique-chimie dans un lycée d’Argenteuil. Issu des mouvements antiracistes, il est membre du collectif « Vérité et justice pour Ali Ziri » et l’un des porte-parole de la manifestation contre les violences policières et de la Marche pour la dignité et contre le racisme.
S’interroger concrètement sur ce qui est derrière l’expression « Vivre Ensemble », sur ce que les individus ou les groupes (ou les institutions) y mettent et comment ils le ressentent, c’est un travail de sociologue que nous a fait partager Saïd Bouamama. Au delà de l’injonction qu’on voudrait consensuelle, quels rapports de pouvoir ou de domination sont à l’œuvre.
Et quelles sont les perspectives pour les dépasser ?
———–
Depuis des décennies des conflits armés (guerres économiques, pétrole…) ravagent le Proche et le Moyen-Orient aux dépens des populations civiles. L’Europe se trouve impliquée dans ces conflits et en subit les conséquences.
Ces événements agissent comme des accélérateurs des fractures de notre société. Ce constat global doit être vérifié, analysé, étayé avec l’apport de chercheurs, et débattu par les militants et les citoyens. C’est l’objet de nos 10es Rencontres.
D’abord la réponse sécuritaire de l’état qui cible particulièrement les personnes ayant des rapports réels ou supposés avec les pays qui furent colonisés, et plus précisément les musulmans. L’injonction est donnée à l’effacement des différences et à l’assimilation, à l’unité nationale...

Lire la suite...
 
Vidéo de la manifestation à Menton pour l'ouverture des frontières PDF Imprimer Email
Internationalisme
Mardi, 19 Décembre 2017 02:21
« Mur par mur et pierre par pierre, nous détruirons toutes les frontières ! ». Ce samedi 16 décembre, plus de 1000 manifestantEs, migrantEs et soutiens, arrivent jusqu’aux grilles que la police a déployées pour empêcher la manifestation de traverser la frontière. Mohammed, un Soudanais, prend la parole : « Vous pouvez faire ce que vous voudrez, nous viendrons, nous passerons ! »

Chaque année, des migrantEs meurent en tentant de passer la frontière franco-italienne, pour fuir la guerre et la misère imposées en Afrique, au Moyen-Orient ou en Asie, et pour trouver refuge dans ce qu'on appelle « le pays des Droits de l'Homme ». La route de Vintimille était jusqu'à peu un passage privilégié pour gagner la France par les Alpes-Maritimes.

Mais la politique gouvernementale de Macron ne cesse de se durcir en matière de migrations. L'objectif déclaré de Collomb, ministre de l'Intérieur, est d'augmenter encore le nombre d'expulsions, de durcir les conditions d'accès aux hébergements d'urgence, de réprimer davantage par la rétention les migrantEs soumis.es aux accords de Dublin.

A l'heure où la nature même du régime est en question, la riposte est une urgence. C'est pourquoi ce 16 décembre plus de mille manifestantEs se sont retrouvéEs, de toute la France, venuEs en cars, en voitures, faisant parfois plus de 1000 kms, pour la première manifestation nationale vers une frontière. Partie de la gare de Menton-Garavan, qui sert de lieu de rétention illégale par l'Etat, pour se rendre à la frontière franco-italienne du bord de mer, cette marche dynamique a revendiqué l'ouverture des frontières, la liberté de circulation et d'installation, la régularisation de touTEs les sans-papiers, l'abrogation des accords de Dublin, l'accueil des migrantEs, l'arrêt de la répression contre les personnes solidaires.

Témoignages de migrants, soutiens associatifs, syndicaux et politiques se sont succédés dans une ambiance combative et déterminée, à la hauteur des enjeux politiques et de la gravité de la situation.

Une première pierre, arrachée à la frontière, posée pour construire une manifestation nationale le 17 mars 2018.

Le NPA69, dans le cadre du Collectif 69 de soutien aux réfugiéEs et migrantEs, a contribué à l'organisation d'un car au départ de Lyon et a rapporté ces images (cliquer sur la photo pour voir la vidéo).

 
Journée internationale des migrantEs lundi 18 décembre : Rassemblement avenue Lacassagne PDF Imprimer Email
Divers
Vendredi, 15 Décembre 2017 22:20
communiqué du Collectif Agir Migrants de Lyon 3ème :
"A l’occasion de la journée internationale des migrants, et du lancement des états généraux des migrations, les associations et collectifs lyonnais de soutien aux migrants dénoncent les politiques mises en oeuvre aujourd’hui, et demandent de penser une autre politique migratoire.
RASSEMBLEMENT FESTIF lundi 18 décembre à 18h devant le Château Sans souci (36, avenue Lacassagne Lyon 3 - tram T3 arrêt Dauphiné Lacassagne )

Aujourd’hui, sur Lyon, plusieurs centaines de migrants, hommes, femmes et enfants, sont abandonnés à la rue et vivent une grande précarité. Devant l’absence de réponses politiques adaptées, les citoyens se mobilisent individuellement, au sein d’associations ou de collectifs citoyens, pour apporter une aide à ces personnes, comme par exemple sur l’esplanade Nelson Mandela, à l’Université Lyon 2 ou dans des écoles de la métropole.

Partout en France ce sont des dizaines de milliers de citoyens qui se mobilisent et qui demandent à repenser autrement la question migratoire, de façon tout simplement humaine. Leur travail sur le terrain démontre quotidiennement la dangerosité et l’inhumanité des politiques actuelles. Les États Généraux des Migrations, qui sont lancés sur Lyon ce 18 décembre, sont un processus dans lequel sont impliqués des centaines d’acteurs locaux et nationaux présents au quotidien aux côtés des migrants pour :...

 

Lire la suite...
 
Soirée d’information et de débat SOLIDARITÉ AVEC LA CATALOGNE jeudi 14 décembre PDF Imprimer Email
Internationalisme
Dimanche, 10 Décembre 2017 15:26

19h00 à la Maison des Passages, 44 rue Saint Georges, 5e A 5min du métro D - Vieux Lyon
« Après le référendum du 01 octobre qui s’est tenu malgré l’interdiction et la forte répression du gouvernement espagnol, Après les millions de manifestant-e-s qui ont protesté contre cette répression organisée de l’Etat central, Après la déclaration unilatérale d’indépendance pour une République catalane, suivie par une mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement de Madrid Après la dissolution du Parlement catalan, la destitution de son gouvernement, l’arrestation de 9 de ses membres et l’imposition de nouvelles élections pour ce Parlement catalan le 21 décembre,
IL EST NECESSAIRE D’ORGANISER LE DEBAT POUR COMPRENDRE ET AGIR !
En présence des intervenants catalans :
- au nom de l’ANC-France (Assemblée Nationale Catalane) Oriol Avinyo
- un syndicaliste de l’IAC (Intersyndicale Alternative de Catalogne)
- un membre de la CUP (Candidature d’Unité Populaire)

Nous pouvons avoir des débats sur le bien fondé de l’indépendance de la Catalogne ou sur les limites du processus actuel, mais nous partageons des principes qui nous amènent à dire ensemble :
➣ Non à la répression policière qui a causé plus de 1000 blessés lors du 01 octobre.
➣ Liberté pour les prisonniers politiques catalans dont Jordi Sanchez et Jordi Cuxart (présidents des associations ANC et Omnium), ainsi que des 9 membres du Gouvernement élu.
➣ Refus de la mise sous tutelle des institutions Catalanes et de la destitution du Gouvernement élu de « la Généralitat » (application de l’article 155).
➣ Droit du peuple catalan à l’autodétermination c’est-à-dire à décider de son propre avenir lui même.
➣ Contre le soutien de Macron et des autorités de l’Union Européenne à la politique répressive du gouvernement espagnol de Rajoy. »

Premiers signataires : ANC (Assemblée Nationale de Catalogne) - Emancipation - LDH 69 (Ligue des Droits de l’Homme) - Mouvement Ensemble ! 69 - CGA Lyon (Coordination des Groupes Anarchistes) - MJCF Rhône (Jeunes Communistes ) - NPA 69 (Nouveau Parti Anticapitaliste) - Jeunes Ecologistes - Union Syndicale Solidaires 69

 
Annexion de Jérusalem : Trump fauteur de guerre ! Rassemblement de protestation samedi 9 décembre PDF Imprimer Email
Internationalisme
Vendredi, 08 Décembre 2017 17:40
rendez-vous Quai du Rhône Victor AUGAGNEUR / Pont de la Guillotière à LYON à l’appel du Collectif 69 Palestine :

« Nous dénonçons, avec la plus grande force, la décision de D. Trump de reconnaître Jérusalem capitale unifiée d’Israël en y transférant l’ambassade des USA. Faut-il rappeler qu’Israël n’existe que par la résolution 181 de l’ONU et que celle-ci prévoyait que Jérusalem soit protégée par une zone internationale. Ce n’est que par la force armée qu’Israël s’est approprié la partie Ouest d’abord, puis en 1967 Jérusalem-Est. Trump ainsi, à la suite de Netanyahu piétine l’ONU et le droit international, notamment la résolution 2334 du 23 décembre 2016.

Jérusalem est depuis des siècles une ville sainte pour les trois religions monothéistes, elle ne peut être la capitale du seul État juif. Cet acte sera perçu comme une véritable provocation vis-à-vis des chrétiens et des musulmans du monde entier. Nous le rappelons encore, la justice en Palestine est le premier pas vers un apaisement des tensions au Moyen Orient et renforcera le vivre ensemble en France.
Nous appelons chacun à se mobiliser contre cette décision
Nous appelons notre gouvernement à dénoncer clairement cette décision et renoncer à la rencontre avec Netanyahu prévue le 10 décembre à Paris.
Participons nombreux au Rassemblement unitaire de protestation Samedi 9 décembre à 15 h »


 
Ouvrez les frontières ! Un car de Lyon pour la manif à Menton samedi 16 décembre PDF Imprimer Email
Divers
Jeudi, 07 Décembre 2017 18:12

« Journée internationale des migrant-e-s SAMEDI 16 DECEMBRE 14 H
tou-te-s à la gare SNCF de MENTON-GARAVAN
Liberté pour tou-te-s et solidarité avec les migrant-e-s
Ouvrez les frontières !
En prélude à la journée internationale des migrants, retrouvons-nous le samedi 16 décembre à Menton :
- pour célébrer la journée internationale des migrant-e-s et donner de la visibilité à toutes les initiatives qui seront prises dans ce cadre ;
- parce que cette frontière est devenue un des symboles de l’inhumanité des politiques migratoires de l’État français, de l’Union européenne, et du développement de l’État policier ;
- parce qu’aux morts dues à la fermeture des frontières s’ajoutent la multiplication des mesures d’enfermement et d’expulsion, les milliers de migrant-e-s à la rue, y compris des enfants et des jeunes isolé-e-s, le harcèlement policier et la chasse aux sans-papiers ;
- parce que le gouvernement français, au travers de l’inscription des mesures d’urgence dans le droit commun, contredit encore plus le droit d’asile, et que ce même gouvernement prépare une nouvelle loi durcissant encore sa politique migratoire dans un sens liberticide ;
- parce que cette région est devenue le symbole des solidarités qui existent sur tout le territoire avec les migrant-e-s, et qu’elle est aussi devenue, après Calais, le symbole de la répression contre ce mouvement et les personnes solidaires ;
- pour dire « ça suffit ! », pour mettre fin à l’acharnement contre les migrant-e-s et aux discours et politiques racistes et sécuritaires qui gangrènent toute notre société.

Nous manifesterons pour :
- l’accueil des migrant-e-s
- la liberté de circulation et de résidence (art. 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen)
- la régularisation des sans-papiers
- l’abrogation des accords de Dublin
- la solidarité et l’égalité des droits pour tout-e-s
- l’abrogation de tout « délit de solidarité » (sic), et l’abandon de toutes les poursuites contre les citoyen.ne.s solidaires. »

A l’appel de :...

Lire la suite...
 
Conférence "Que faire pour la Syrie ?" ce jeudi 30 novembre à 18h PDF Imprimer Email
Internationalisme
Mercredi, 29 Novembre 2017 00:08

Le Collectif Unitaire Lyon 69 avec la Révolution Populaire Syrienne

Vous invite à une CONFERENCE avec ZIAD MAJED

OCCUPATIONS, FRAGMENTATIONS ET CRIME CONTRE L’HUMANITE

Que faire pour la Syrie ?

Jeudi 30 novembre 18h à la Bourse de Travail, Salle Moissonnier

205 Place Guichard, Lyon 69003


Ziad Majed est Professeur de Sciences Politiques à l’Université Américaine à Paris.

Auteur de plusieurs livres dont « Syrie, la révolution orpheline » et grand connaisseur du Proche-Orient, il vient nous présenter la situation actuelle en Syrie et les perspectives d’avenir.


Le Collectif Unitaire Lyon 69 avec la Révolution Populaire Syrienne est composé des organisations suivantes : CISyLD (Comité d’Information pour une Syrie Libre et Démocratique), NPA, Ensemble, L’insurgé, Union Syndicale Solidaires, Émancipation, UJFP

 
Des papiers, une école, un toit pour tous ! MANIFESTATION samedi 2 décembre PDF Imprimer Email
Divers
Lundi, 27 Novembre 2017 06:43
"Migrant.es sans papiers et sans toit, jeunes sans école : Une situation humanitaire scandaleuse face à une politique inacceptable !
Des papiers, une école, un toit pour  tous !
À Lyon : début novembre, au moins 80 mineurs isolés, dont des collégiens et lycées, dorment dans la rue ; avec ou sans papiers, plus de 300 enfants, dans l’agglomération, n’ont pas de toit pour vivre  dont 8 élèves pour l’école Jean Zay à Villeurbanne, d’autres à Doisneau et à Michel Servet, L. Aubrac  (Lyon) mais aussi à Vaulx-en-Velin,  pour lesquels les parents se mobilisent.
Des jeunes migrants  scolarisés  qui préparent le bac reçoivent un avis d’expulsion, sont convoqués au tribunal.

Dans le Rhône, des demandeurs d’asile doivent attendre deux mois, sans hébergement, avant d’être accueillis.
On peut multiplier les exemples, à Lyon et dans toute la France. C’est pourquoi, dans un texte adopté le 17 octobre, La CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme, instance nationale de promotion et de protection des droits) « s’alarme (…) de la multiplication des violations des droits fondamentaux des personnes migrantes observées sur le terrain ».

NON AU NOUVEAU  PROJET de LOI LIBERTICIDE !
Macron et Collomb préparent un nouveau projet de loi visant à rendre plus faciles, plus rapides et nombreuses les expulsions. Les premières informations qui circulent sur ce projet montrent qu’il s’agit, une fois encore, d’un projet liberticide et xénophobe  (durée de rétention portée à 90 jours par exemple), traitant les migrants sans papiers – qui fuient la guerre et la misère – comme des criminels.
Remettant en cause le droit d’asile, ce texte permettrait ainsi d’expulser des demandeurs d’asile  vers des pays qu’ils ont traversés durant leur fuite.
C’est pourquoi la CNCDH considère que ce qui est déjà connu de ce texte marque « un recul sans précédent des droits fondamentaux des personnes migrantes ». De plus, le gouvernement veut sortir la protection des jeunes étrangers isolés du droit commun de l’Aide Sociale à l’Enfance.
Pour entraver toute mobilisation contre son projet de loi, le gouvernement cherche à associer nombre d’organisations de défense de migrants et sans papiers, étant entendu que, sur le fond, tout est  déjà décidé pour ce projet qui doit être présenté d’ici la fin de l’année en Conseil des ministres.
Cette politique doit cesser, l’avant projet de loi Macron sur l’immigration ne doit pas voir le jour.
Le budget utilisé pour la chasse aux migrants doit être affecté à leur accueil !
MANIFESTATION samedi 2 décembre 15 heures, place des Terreaux Lyon – métro Hôtel de ville"

à l'appel du Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 :...

Lire la suite...
 
Campement solidaire de Jamais Sans Toit mercredi 22 novembre à partir de 18 h devant la Préfecture PDF Imprimer Email
Divers
Mardi, 21 Novembre 2017 01:27


 
Lundi 20 novembre, mobilisation de Jamais Sans Toit pour la Journée des droits de l’enfant PDF Imprimer Email
Divers
Samedi, 18 Novembre 2017 23:23
"Lundi 20 novembre, comme chaque année, la France célébrera le 28ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, ratifiée en 1989. Pourtant, chaque jour les droits fondamentaux qu’elle promeut sont bafoués.

Un mois seulement après la journée du refus de la misère au cours de laquelle le Président de la République a promis le lancement d'une politique de lutte contre la pauvreté qui ciblera l'enfance et la jeunesse ; une semaine après la présentation du dispositif hivernal d’hébergement d’urgence par le nouveau préfet du Rhône M. Stéphane Bouillon, le collectif « Jamais sans toit » recense à ce jour 223 enfants sans hébergement dans la métropole Lyonnaise.

L’école reste un lieu éminent de protection. Ainsi, chaque année, des écoles, des collèges ont mis à l’abri des enfants et leur famille, parfois pendant des mois.
Ces occupations, en dépit des tentatives d’intimidation et des évacuations, ont généré un véritable élan de solidarité auprès des parents, enseignants, habitants du quartier et ont permis l'hébergement de plusieurs centaines de personnes en mettant les autorités compétentes face à leurs responsabilités.

Pour autant, l’hébergement de ces familles ne peut relever exclusivement de la générosité citoyenne...
Lire la suite...
 
Rassemblement samedi 18 novembre : UN TOIT, UNE ÉCOLE, DES PAPIERS, POUR TOUS LES JEUNES ! PDF Imprimer Email
Divers
Jeudi, 16 Novembre 2017 23:47
"20 novembre : journée internationale des droits de l’enfant
ÉGALITÉ DES DROITS, UN TOIT, UNE ÉCOLE, DES PAPIERS,
POUR TOUS LES JEUNES !

Cette journée internationale existe depuis 25 ans, depuis le 20 novembre 1989, lorsque 20 pays, dont la France ont signé la CIDE (Convention Internationale des Droits de l’enfant).

En vertu de cette convention, et du bon sens, aucun mineur ne devrait dormir à la rue, souffrir de manque de soins ou de manque d’éducation. La Protection de l’Enfance, service des Départements ou des Métropoles, a la responsabilité de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour qu’il en soit ainsi. Au-delà de 18 ans, les jeunes majeurs sans moyens doivent aussi être aidés en vertu du Code de l’action sociale et des familles.

À Lyon, des enfants et des jeunes sont privés de tout droit
- Au moins 120 jeunes sans famille, d’après les chiffres de la Protection de l’Enfance elle-même, se sont vus récemment refuser toute prise en charge ou sont en attente dehors.
- Des dizaines d’enfants scolarisés dans les écoles élémentaires dorment dehors avec leurs parents, demandeurs d’asile déjà refusés ou en cours de procédure.
- Des dizaines de jeunes étrangers, déjà pris en charge par la Protection de l’Enfance, ont été et continuent d’être poursuivis par le Parquet, à coup de convocations à la PAF (Police de l’Air et des Frontières), comparutions devant le tribunal correctionnel, d’OQTF (Obligations de Quitter le Territoire) sans délai. Le Parquet et la Métropole usent de nombreux artifices pour les accuser de mentir sur leur âge, et de profiter à tort selon eux d’un toit et d’un éducateur…
- Ceux et celles qui finissent par être pris en charge le sont trop souvent dans des conditions indignes, hébergés dans des hôtels miteux, sans qu’on leur fournisse les produits d’hygiène, les soins, le matériel scolaire nécessaires ; beaucoup sont même privés de scolarisation.
-  À 18 ans, les jeunes majeurs étrangers essuient la plupart du temps des refus de régularisation et des OQTF de la part de la Préfecture. Leur arrivée dans le monde du travail s’en trouve retardée, et ils se retrouvent rapidement dans la grande précarité. Les aides de la Métropole dits contrats jeunes majeurs disparaissent, quand elles ont été données, si la régularisation tarde.

Enfants et jeunes étrangers soumis à un régime spécial de contrôle de l'âge...

Lire la suite...
 
A Lyon, une journée d'information relance le CV69 PDF Imprimer Email
Anti fascisme
Mercredi, 15 Novembre 2017 09:29

Le Collectif 69 de Vigilance contre l'extrême droite (cadre unitaire composé d'associations, de syndicats et de partis politiques qui veillent, informent et agissent contre les extrêmes-droites dans la région lyonnaise) était en sommeil depuis la manifestation du 29 novembre 2014 contre la tenue du congrès du Front National à Lyon. Cette manifestation avait subi des assauts répétés et particulièrement violents des forces de l'ordre, empêchant les manifestant.e.s d'aller au terme du parcours où les prises de parole étaient prévues : un échec politique qui avait affecté nombre de militant.e.s, impuissant.e.s à mener des actions d'ampleur contre l'extrême droite depuis ce jour.
Trois ans plus tard, le 11 novembre dernier, le CV69, débarrassé du PS et de ses satellites, avec une participation active des militant.e.s du NPA et en partenariat avec le Comité de Solidarité avec le Peuple Grec, la Coordination des Groupes Anarchistes, ACRIMED et les Amis du Monde Diplomatique, a réussi une journée entière d'information publique, intitulée « Organisons-nous contre l'extrême droite », sur la montée des extrêmes-droites en Europe.

Plus de 150 personnes sont venues écouter une présentation des activités internationales des groupes fascistes lyonnais, Yorgos Mitralias venu de Grèce pour faire un état des lieux des extrêmes-droites européennes, ont participé à des ateliers sur la propagation des idées d'extrême droite à la fois à travers les médias et par le biais de l'Education Nationale, sur les ripostes syndicales et sur les luttes féministes à travers l'Europe, avant de visionner le film Fascim Inc. en présence d'Aris Chatzistefanou également venu de Grèce pour débattre de l'actualité des liens entre capital et fascisme.

Cette réussite est de bonne augure pour la suite. Dans une ville comme Lyon, où les groupes fascistes prolifèrent et ont pignon sur rue, une structure telle que le CV69 est indispensable pour construire les ripostes à la fois aux idées nationalistes, xénophobes, racistes, anti-féministes, homophobes, et aux pratiques fascistes ultra violentes. On est désormais en droit d'espérer la possibilité d'une nouvelle initiative de rue contre l'extrême droite à Lyon.
Au vu du contexte actuel, où le danger fasciste ne cesse de gagner du terrain, les militant.e.s du NPA se doivent de prendre à bras le corps et avec détermination la question spécifique de l'antifascisme, en l'insérant systématiquement dans le champ du mouvement social.

 
Non contente de ne pas prendre en charge les adolescentEs étrangers qui dorment dans la rue, PDF Imprimer Email
Divers
Dimanche, 12 Novembre 2017 10:24

la Métropole les fait chasser par la police

6 novembre 2017 : la Métropole adopte à l’unanimité (donc EELV, GRAM, PCF, PG,... compris !)
le"Projet métropolitain des solidarités 2017-2022". Sans parler du reste, les mineurEs étrangers sont laissés à la rue, dans l’attente d’une externalisation des services de l’Aide Sociale à l’Enfance pour janvier 2018 !
10 novembre 2017 : la police évacue la plate forme désaffectée de la gare de la Part Dieu, où vivaient des dizaines d’adolescents étrangers, sans leur donner aucune solution, ni d’hébergement, ni de prise en charge !!

 

 

Lettre ouverte aux élu-e-s de la Métropole de Lyon, distribuée par RESF devant le Conseil le 6 novembre :

« Madame, Monsieur,
Le Conseil de la Métropole de Lyon va délibérer ce lundi 6 novembre des "solidarités à l’égard de
populations fragilisées" qu’il est de son rôle d’assumer.
La "solidarité" à l’égard de celles et ceux qu’on appelle les MIE ou MNA, mineur(e)s isolé(e)s
étranger(e)s ou mineur(e)s non accompagné(e)s est de la compétence de la métropole et il est prévu, par la législation actuelle, qu’elle s’exerce au travers du dispositif de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), laquelle a pour mission de « mener en urgence des actions de protection en faveur des mineurs [en danger] ».

Or, la dégradation des conditions dans lesquelles s'applique la protection de l'enfance à l'égard de ces jeunes n’a fait que s’amplifier...

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 1 de 4