Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Ecologie
Marche des Cobayes et STOP BUGEY mobilisés dimanche 27 mai au Bugey PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Samedi, 26 Mai 2018 19:44
Communiqué de la Coordination Marche Vérité et Justice pour la santé environnementale, "les cobayes lancent l'alerte" :

"La Marche des Cobayes et le collectif STOP BUGEY s'associent pour une grande journée de mobilisation au Bugey autour de la thématique : "40 ans du Bugey : Quelle sécurité pour les riverains ? "
Au programme de la journée du dimanche 27 mai :

- RDV 10 h Chemin du vivier, Saint Etienne d'Hieres :
Rassemblement en bord du Rhône, face à la centrale et départ de la marche d'environ 1h pour aller au lieu du déjeuner. (des convois seront organisés pour les personnes à mobilité réduite.)

- RDV 13h Site Archéologique de Larina sur le commune de Hieres-sur-Amby :
Pique-nique convivial à prix libre. En haut du plateau de Larina, nous déjeunerons ensemble sur un magnifique site avec vue sur la vallée du Rhône, juste au dessus de la centrale du Bugey, ce sera également l'occasion de présenter les usines classées SEVESO de la vallée. Prises de paroles de membres du collectif Stop Bugey, de marcheurs "les cobayes lancent l'alerte", de Michèle Rivasi députée européenne, de Roland Desbordes, président de la CRIIRAD, de Jean Paul Jaud, réalisateur du film "tous cobayes", etc
Photo collective

- 20 h au Ciné-Rillieu Projection du film "Tous Cobayes" en présence du réalisateur Jean Paul Jaud.
Nous mettons en place des covoiturages et nous organisons le pique-nique. Ainsi pour nous faciliter l'organisation inscrivez-vous : https://framaforms.org/rassemblement-bugey-1526051493
marchedescobayes.org"

 

Mis à jour le Samedi, 26 Mai 2018 19:47
 
19 mai 2018 : Marche populaire No TAV de Rosta à Avigliana PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Samedi, 19 Mai 2018 16:22
"Nous sommes là ! Une fois de plus, les No Tav se retrouvent dans la rue pour rappeler leurs raisons de bon sens avec force et détermination. Cette année, nous nous retrouverons à l’entrée de la Vallée de Susa : de Rosta à Avigliana, et pas par hasard, ces deux municipalités seraient lourdement impactées par la construction du tracé du TAV, qui relierait la ville des deux lacs avec le port ferroviaire de Orbassano. A la fin de 2017 le Gouvernement a alloué 1700 millions d’euros pour un énième et inutile “trou” qui aurait un impact important sur la colline morainique, un lieu plein de beautés naturelles et artistiques, et les municipalités qui se trouvent à proximité : Avigliana, Buttigliera, Rosta, Rivoli et Rivalta di Torino.

Aujourd’hui, comme au cours des 30 dernières années, nous nous retrouvons pour défendre non seulement notre territoire, mais aussi les ressources publiques de toutes et tous que chaque gouvernement, quelle que soit son orientation, a toujours voulu gaspiller pour réaliser un grand projet inutile. Que ce projet fût inutile, nous étions les seuls à le dire. Aujourd’hui, il faut noter que même le gouvernement, dans un document de la Présidence du Conseil des ministres, admet que les prévisions de trafic de fret pour le projet Turin-Lyon ont été surestimées. Malgré cela, la décision de continuer nous laisse stupéfaits.

C’est pourquoi aujourd’hui manifester est un acte de bon sens. Le bon sens d’investir l’argent public dans les vraies priorités du Pays : l’automne dernier, notre vallée a été frappée par une série d’incendies dévastateurs qui ont mis en péril des communes et leurs habitants. Des milliers d’hectares de terres ont été détruits par les flammes et, avec colère, nous avons constaté que le gouvernement n’avait pas assez d’avions Canadairs disponibles pour faire face à l’urgence.

Mais cet épisode n’est que la partie émergée d’un iceberg que nous vivons tous les jours : ...

Mis à jour le Samedi, 26 Mai 2018 19:36
Lire la suite...
 
Une chaîne humaine contre Linky et les capteurs communicants samedi 5 mai dans le Vercors PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Lundi, 30 Avril 2018 08:23

 

« Depuis fin 2015, Enedis remplace de gré ou de force nos compteurs électriques par le capteur communicant Linky. Les compteurs de gaz et d’eau deviennent eux aussi des mouchards électroniques. L’Etat connecte nos foyers à des systèmes communicants centralisés et remplace toute intervention humaine par le pilotage automatique et le big data. Avec ce projet inutile et gaspilleur, il nous impose des objets connectés à domicile, au mépris de notre vie privée, de notre santé physique et psychique et de notre liberté. Citoyens et élus locaux, nous refusons les capteurs communicants, la société connectée et ses nuisances sanitaires, environnementales, sociales et humaines. Nous refusons ce monde « sans contact » où les objets sont supposés « intelligents » et les humains asservis.

Le samedi 5 mai 2018, nous, collectifs anti-Linky et anti-capteurs communicants de la région Rhône-Alpes-Auvergne, invitons la population à manifester son refus et sa détermination sur le plateau du Vercors.

- Chaîne humaine à 13 h

-  Ateliers discussions (le marché de l’électricité ; objets connectés, big data, et « smart city »), stands, informations juridiques et pratiques ;

- Réunion publique à 16h45, en présence des collectifs régionaux, de personnalités, d’élus opposés aux capteurs,

Pique-nique, buvette et restauration sur place

Tous à Autrans-Méaudre-en-Vercors samedi 5 mai 2018 de 11h à 18h Nous ne voulons pas fonctionner dans des mégapoles automatisées, mais vivre dans des villes et des villages humains. Nous n’avons pas besoin de gadgets inutiles, infantilisants et polluants, mais d’une société frugale et décente.

Nous voulons préserver ce qu’il reste de vivant sur cette planète, ce qui reste d’humain en nous et de libre dans nos vies...

Mis à jour le Mercredi, 16 Mai 2018 06:42
Lire la suite...
 
A Roybon, les 28 & 29 avril, NINA crève la bulle ! PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Vendredi, 27 Avril 2018 10:02

Repris sur le Blog d'opposants à Pierre et Vacances Center Parcs
http://chambarans.unblog.fr/ :

« LES RAISONS DE NOTRE OPPOSITION AU PROJET DU CENTER PARCS
Nous refusons d’admettre qu’un bien commun, comme le bois des Avenières à Roybon, soit accaparé par et pour l’intérêt privé de la société Pierre et Vacances
Nous refusons d’admettre que ce projet d’intérêt privé soit financé par la collectivité qui ne bénéficiera d’aucun avantage
Nous condamnons le fait que Center Parcs devienne la vitrine des Chambarans
Nous défendons notre attachement à un lieu (un territoire) inexploité et sans valeur marchande
Nous dénonçons la propagande faite par la société Pierre et Vacances et par certains élus qui présentent la destruction de plus de 50 ha de forêt comme du développement durable
Nous dénonçons le développement durable comme moyen de propagande et comme nouvelle pierre angulaire de la société industrielle

De l’implantation d’un  Center Parcs en Isère et du choix imposé entre une forêt et sa vie sauvageet une usine à loisirs

Isérois et amoureux de la forêt et de la vie sauvage qu’elle abrite, je déteste l’idée qu’un marchand de loisirs ultra-rentables...

Mis à jour le Samedi, 05 Mai 2018 15:26
Lire la suite...
 
Action antinucléaire samedi 21 avril à l'occasion de la commémoration de l'accident de Tchernobyl PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Jeudi, 19 Avril 2018 09:02

 

Action antinucléaire samedi 21 avril à l'occasion de la commémoration de l'accident de Tchernobyl
Le 21 avril prochain 13 H - 17 H : (Si le temps le permet)
LYON 6e - Au pied de la Passerelle du Collège, sur les berges du Rhône (côté Quai du Gal Sarrail),
Stand d’informations, des banderoles, carte, tracts, la pétition « en finir avec les réacteurs nucléaires de Bugey », etc.
à l'appel de Rhône Alpes Sans Nucléaire et Sortir Du Nucléaire Bugey
Le point de vue du NPA :
Arrêt des subventions à l’agriculture bio, autorisation d’un pesticide tueur d’abeilles, report de l’interdiction du glyphosate… Hulot, bien en place
au gouvernement, recule aussi sur le nucléaire.
Le ministre cite Réseau de transport d’électricité (RTE), gestionnaire du réseau électrique, qui prétend que réduire le nucléaire relancerait les
centrales à charbon et à gaz, et donc augmenterait les émissions de gaz à effet de serre, pour justifier son piteux report à 2035, au lieu de 2025,
de diminuer de 75 % à 50 % la part d’électricité nucléaire.
La transition énergétique attendra
Comme Royal hier, Hulot ajourne en outre la fermeture de Fessenheim. Tout ça au nom du réalisme ! Sans développer les solutions alternatives,
annonçant ainsi de nouveaux reculs.
Étonnant de la part d’un ministre qui n’explique pas comment alimenter les voitures électriques censées remplacer les véhicules à essence et diesel
qu’il veut interdire à la vente à partir de 2040. Réaliste quand il faut se coucher devant le lobby nucléaire, mais baratineur-menteur quand il s’
agit d’enfumer les esprits.
Comme hier le faible objectif fixé par Hollande et Royal de réduction de la part du nucléaire à 50 % révélait leur capacité à brasser l’air du temps,
on voit clairement aujourd’hui que Macron et Hulot sont des arnaqueurs de première classe dans la lutte contre le réchauffement climatique. Comme
Jadot et EÉLV, experts en reculades et couleuvres avalées.
Et pourtant…ça urge !
EDF n’a pas l’argent pour prolonger les 58 réacteurs conçus pour fonctionner 30 ans. Les quantités de déchets radioactifs qui s’amoncellent n’ont pas
de solution qui préserve le présent et l’avenir. Un accident type Fukushima ou Tchernobyl peut se produire à tout moment en France. En attendant ce
sont les factures qui vont exploser.
Comme l’écrit Stéphane Lhomme, porte-parole de l’Observatoire du nucléaire : « la "stratégie" des dirigeants français, politiques et industriels, est
de ne rien faire pour que la seule "solution" soit de continuer dans le nucléaire, en prolongeant la durée de vie des 58 réacteurs en activité. Mais
cette option, qui pourrait passer pour une habile manœuvre de l’industrie nucléaire, revient à mettre la France dans une véritable impasse
énergétique car le parc nucléaire est à bout de souffle et les finances d’EDF, exsangues, ne permettent pas de le rénover et encore moins de le
remplacer par des centrales neuves (ce qui est une très bonne nouvelle). Plus que jamais, l’industrie nucléaire est un véritable boulet que la France
traine de plus en plus péniblement et qui la mène dans l’impasse énergétique. Bientôt, la France sera obligée de compter sur ses voisins, en espérant
qu’ils auront de l’électricité à exporter ».
Le projet des « Insoumis » se contente d’un objectif lointain de 100 % de renouvelables en 2050, ce qui n’engage pas beaucoup dans l’immédiat. Nous
demandons que le scénario du NPA de sortie du nucléaire en moins de 10 ans soit étudié par les électr

Action antinucléaire samedi 21 avril à l'occasion de la commémoration de l'accident de Tchernobyl

Le 21 avril prochain 13 H - 17 H : (Si le temps le permet)

LYON 6e - Au pied de la Passerelle du Collège, sur les berges du Rhône (côté Quai du Gal Sarrail),

Stand d’informations, des banderoles, carte, tracts, la pétition « en finir avec les réacteurs nucléaires de Bugey », etc.

à l'appel de Rhône Alpes Sans Nucléaire et Sortir Du Nucléaire Bugey

 

Le point de vue du NPA :

Arrêt des subventions à l’agriculture bio, autorisation d’un pesticide tueur d’abeilles, report de l’interdiction du glyphosate… Hulot, bien en place au gouvernement, recule aussi sur le nucléaire. Le ministre cite Réseau de transport d’électricité (RTE), gestionnaire du réseau électrique, qui prétend que réduire le nucléaire relancerait les centrales à charbon et à gaz, et donc augmenterait les émissions de gaz à effet de serre, pour justifier son piteux report à 2035, au lieu de 2025, de diminuer de 75 % à 50 % la part d’électricité nucléaire.

La transition énergétique attendra ?

Comme Royal hier, Hulot ajourne en outre la fermeture de Fessenheim. Tout ça au nom du réalisme ! Sans développer les solutions alternatives, annonçant ainsi de nouveaux reculs. Étonnant de la part d’un ministre qui...

Mis à jour le Samedi, 05 Mai 2018 15:26
Lire la suite...
 
Film débat Fukushima Mon Amour Mercredi 11 avril PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Lundi, 09 Avril 2018 22:32

à l'Aquarium ciné-café - 10 rue Dumont, Lyon 4e, près de la place de la Croix Rousse (métro, bus C13, C2, 45)

il vaut mieux réserver au 09 81 96 94 29 !
En partenariat avec : "Ciné Club éco-citoyen : 4e Relais local de la revue « Silence », Nos Voisins Lointains 3.11 et "Rhône Alpes sans nucléaire".Fukushima Mon Amour Film allemand de Doris Dörrie avec Rosalie Thomass - Kaori Momoi.
Le film : Marie, jeune allemande, arrive à Fukushima, au Japon, pour changer de vie. Malgré les difficultés d’adaptation qu’elle rencontre, elle choisit de rester auprès de Satomi, la dernière geisha de Fukushima.... Ce film de fiction, conçu pour une distribution dans les salles commerciales, s'attache à montrer au public l'état de la situation à Fukushima et confronte avec délicatesse les mentalités et l'expression des sentiments japonais et occidentaux.
Le débat sera mené par Kurumi SUGITA, fondatrice de l'association "Nos voisins lointains 3.11"

A 20 heures précises (Le film dure 2 heures et sera suivi d'un débat).

il vaut mieux réserver au 09 81 96 94 29 !

En partenariat avec : "Ciné Club éco-citoyen : 4e Relais local de la revue « Silence », Nos Voisins Lointains 3.11 et "Rhône Alpes sans nucléaire".Fukushima Mon Amour Film allemand de Doris Dörrie avec Rosalie Thomass - Kaori Momoi.

Le film : Marie, jeune allemande, arrive à Fukushima, au Japon, pour changer de vie. Malgré les difficultés d’adaptation qu’elle rencontre, elle choisit de rester auprès de Satomi, la dernière geisha de Fukushima.... Ce film de fiction, conçu pour une distribution dans les salles commerciales, s'attache à montrer au public l'état de la situation à Fukushima et confronte avec délicatesse les mentalités et l'expression des sentiments japonais et occidentaux.

Le débat sera mené par Kurumi SUGITA, fondatrice de l'association "Nos voisins lointains 3.11"

 

Mis à jour le Jeudi, 19 Avril 2018 08:38
 
ATOMES FOURCHUS, Conférence gesticulée Vendredi 16 mars à 20h PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Mercredi, 14 Mars 2018 17:39

par Johann Charvel, suivie d’un débat

ATOMES FOURCHUS

ou "comment convaincre tonton qu’il faut arrêter le nucléaire"

à la Maison de Rancy, 
249 rue Vendôme 69003 Lyon (métro Saxe Gambetta)

Une soirée organisée par le MAN, le Réseau "Sortir du nucléaire" et la Maison des Rancy

 

Mis à jour le Samedi, 31 Mars 2018 15:29
 
Rassemblement contre l’expulsion des militantEs antinucléaires de Bure jeudi 22 février PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Jeudi, 22 Février 2018 15:38

Appel du Réseau Sortir Du Nucléaire à des rassemblements à 18 h partout en France devant les préfectures :

à Lyon, préfecture du Rhône, rue Dunoir, Lyon 3ème, métro Guichard

Dans l'Hebdo du NPA, L’Anticapitaliste du 08/02/2018 :

Bure : « L’enfouissement des déchets nucléaires est une question qui concerne toute la population et les générations à venir. »

Entretien. Après la victoire de Notre-Dame-des-Landes, formidable encouragement pour l’ensemble des luttes contre les grands projets inutiles, imposés et destructeurs, nous avons décidé de donner la parole à Laura Hameaux, membre de la collégiale de la Maison de résistance de Bure, à propos de la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires dans ce petit village de la Meuse.

Notre-Dame-des-Landes abandonné tous les regards se posent sur Cigeo à Bure. Les médias parlent de zad, parlent de migration des zadistes. Alors : Bure, une copie conforme ou une lutte avec ses propres formes d’organisation ?
L’annonce de l’abandon du site de Notre-Dame-des-Landes, combat avec lequel nous avons noué des liens étroits et une belle solidarité, nous réjouit. Des années de lutte multiforme et déterminée contre un méga-projet de développement aérien ont payé... Des hectares de terres agricoles et maraîchères et des zones humides seront préservés, et des lieux d’expérimentation sociale déjà en construction vont pouvoir s’y renforcer.
À Bure nous n’avons jamais revendiqué l’étiquette « ZAD », qui cache les spécificités propres à chaque lutte. Nous ne croyons pas non plus à un « transfert de ZAD », comme si les raisons de lutter étaient inter-changeables, que des gens circulaient sans raison profonde, au gré de l’actualité, de Notre-Dame-des-Landes à Bure ou ailleurs. Agiter l’épouvantail de cette migration zadiste, comme le font certains élus et les médias mainstream, n’est qu’un moyen de légitimer à peu de frais la répression qui sévit ici. La réalité est en fait beaucoup plus simple : si de nouvelles personnes doivent nous rejoindre, venues de l’Ouest ou d’ailleurs, ce sera parce que le nucléaire est mortifère et que, plus que jamais, cela fait sens de venir en 2018 dans la Meuse pour s’y opposer.
Et puis – sans vouloir minimiser la victoire contre Vinci – les enjeux qui se jouent ici dépassent largement la question d’un aéoroport. L’enfouissement des déchets nucléaires est une question qui concerne toute la population et les générations à venir. Cigéo, ce serait un monstrueux et fragile « métro » radioactif souterrain, potentiellement inflammable, un legs infinançable, un cadeau empoisonné et irréversible pour des millions d’années...

Autour de la Maison de la résistance s’est formé depuis déjà plusieurs -années un lieu de pratiques concrètes...

Mis à jour le Jeudi, 15 Mars 2018 19:20
Lire la suite...
 
Notre-Dame-des-Landes : une victoire qui en appelle d’autres, mobilisation le 10 février PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Samedi, 03 Février 2018 20:08
50 ans de lutte. 10 ans d'occupation. Des manifestions mémorables. Des dizaines de milliers de personnes – paysanEs, urbainEs, occupantEs, jeunes et moins jeunes, mobilisés à tant de reprises sur le site et ailleurs. Des rencontres, des jours et des nuits de fête. Des cultures diverses qui nourrissent les luttes. Des dizaines de comités locaux. Des menaces, des soutiens... Et finalement : la victoire ! Le gouvernement abandonne officiellement le projet d'aéroport.
Pour la première fois depuis longtemps, trop longtemps, une mobilisation a mis en échec le gouvernement, Vinci et les lobbys, en particulier du BTP.

Ce n'est pas simplement le succès de Notre-Dame-des-Landes. C'est un signal pour celles et ceux qui luttent, ici comme ailleurs, et en particulier contre tous les projets destructeurs : il est possible de gagner ! Ce ne sont pas toujours les multinationales et leurs flics qui l'emportent à la fin. Et rien que pour ça, l'abandon est une victoire historique contre l'aéroport et son monde, un encouragement pour toutes celles et ceux qui veulent que nos vies, la biodiversité, la terre, l’eau… passent avant les profits.

Le NPA soutient « les bases communes pour l’avenir de la ZAD établies par l’ensemble des usager.e.s actuel.le.s de ce territoire »,...

Mis à jour le Mardi, 13 Février 2018 22:11
Lire la suite...
 
Film débat “À Bure pour l’éternité” Mercredi 11 octobre à 20h45 PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Samedi, 07 Octobre 2017 18:27

à l'Aquarium-Ciné-Café - 10 Rue Dumont, 69004 LYON
Un film de Sébastien & Aymeric BONETTI, 2016, 52 min
Bure, Meuse, Lorraine, 90 habitants environ, l’un des territoires les moins peuplés de France. Ici, l’industrie du nucléaire envisage d’enfouir les déchets nucléaires les plus radioactifs et donc les plus dangereux des centrales françaises (voire européennes).
Le projet date du début des années 2000, et a tout de suite fait naître des oppositions citoyennes, politiques, scientifiques. Fruit de ces luttes, à quelques kilomètres de ce qui n’est encore qu’un laboratoire, une maison de résistance à la poubelle nucléaire, à cette énergie et à son monde (c’est son nom), est née il y a un peu plus de dix ans, où les militants se croisent, échangent leurs savoir-faire, luttent, et imaginent le monde de demain. Un lieu unique en Europe que ce documentaire propose de présenter.

Déchets nucléaires à Bure: Le gouvernement tombe sur un os

Mais cette fois, le gouvernement et le lobby nucléaire sont tombés sur un os à Bure, en Meuse à la limite de la Haute-Marne, où la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs à haute activité et à vie longue se poursuit depuis 1993. Les opposants locaux, qu’il devient difficile de berner, ont refusé de marcher dans la combine.
Bien sûr, ces blocages n’arrêteront pas à eux seuls le projet, mais ces actions redonnent confiance dans les possibilités de lutter localement et, qui sait, peuvent contribuer à l’amplification de la résistance, seule à même de faire vaciller ce sinistre projet. D’autre part, elles gênent vraiment les pouvoirs publics qui se trouvent confrontés à une dénonciation claire et nette de leur manipulation et de leur enfumage démocratique. De telles réactions peuvent faire boule de neige dans toute sorte de domaines et c’est bien ce qui les préoccupe.

Pour le NPA, c’est donc une première bataille gagnée pour la sauvegarde des générations futures, mais ce n’est pas encore la victoire. C’est pourquoi le NPA local, très investi dans le mouvement, appelle à le poursuivre et à l’amplifier, tout en faisant des propositions anticapitalistes que s’approprient progressivement bien des militants locaux: - Arrêt immédiat de Bure. Pour les déchets existants, maintien en surface près des lieux de production, seule solution d’at- tente raisonnable à l’inverse de l’abandon en sous-sol.
- Sortie du nucléaire en moins de 10 ans avec un plan chiffré et argumenté.
- Passage à une production exclusivement renouvelable.
- Et pour y arriver: expropriation sans indemnité ni rachat des industriels privés de l’énergie. Socialisation intégrale de la production et de la distribution énergétique avec gestion la plus locale possible par les travailleurs et la population.

Mis à jour le Samedi, 14 Octobre 2017 09:27
 
L'écologie : nécessairement anticapitaliste ! PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Lundi, 17 Juillet 2017 14:30

Chapitre 1 :

La dégradation de l'environnement et les dangers pour l'humanité

 

La question du réchauffement climatique

Le changement climatique commence à apparaître de manière visible dans nos vies. Les hivers sans neige, le chant des cigales à Lyon, l'apparition dans le Midi de la France de certaines espèces de moustiques qui n'existaient que dans les régions tropicales. Le seuil de 2° considéré comme dangereux sera très probablement franchi quoi qu'on fasse.

Un petit rappel sur les mécanismes du réchauffement climatique : quand le soleil chauffe la terre, une partie du rayonnement est renvoyée vers l'espace. Mais pas la totalité car l'atmosphère retient la chaleur et maintient une partie de ce rayonnement au niveau du sol. Sans cette particularité, la température moyenne de la terre serait de -18°. Ce mécanisme qui a été favorable à la vie est en train d'être gravement perturbé. Le gaz carbonique est le principal contributeur à effet de serre. Or le fait de brûler du pétrole, du gaz et du charbon a pour effet d'élever considérablement le taux de gaz carbonique dans l'atmosphère, qui est passé de l'ère industrielle de 280 ppm à 380 : c'est une augmentation considérable.

Le gaz carbonique n'est pas le seul gaz à effet de serre : il y a aussi le méthane. Sa concentration dans l'atmosphère a plus que doublé. Or le méthane bien que présent en très petite quantité est 14 fois plus puissant que le gaz carbonique comme gaz à effet de serre. Le méthane provient de la décomposition des matières organiques, pour partie de l'agriculture.

La troisième composante importante des gaz à effet de serre est la famille des oxydes nitreux. Leur augmentation est aussi considérable. Ces gaz peuvent être entre 100 et 300 fois plus puissants que le gaz carbonique pour réchauffer l'atmosphère. Les oxydes nitreux proviennent de l'industrie et en partie de l'agriculture.

Pourquoi a-t-on dit qu'il ne fallait pas dépasser 2° d'augmentation ? Dans les risques du réchauffement climatique, il n'y a pas seulement le fait que demain il risque de faire plus chaud qu'aujourd'hui, mais aussi des risques d'emballement. Au-delà d'un certain seuil qu'on ne sait pas très bien définir, le climat peut se modifier de manière extrêmement brutale pour arriver à des températures qu'on n'a pas vues sur Terre depuis plus de 100 millions d'années.

Mis à jour le Mercredi, 16 Mai 2018 06:43
Lire la suite...
 
Rassemblement pour l’arrivée de la marche contre l’A45 mardi 4 juillet à 14 h PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Lundi, 03 Juillet 2017 03:40

cours Charlemagne à Lyon 2ème, devant le Conseil Régional (tram T1, arrêt Montrochet
Du 27 juin au 4 juillet, plus d’une cinquantaine de personnes participent à une marche contre l’A45 de Saint-Étienne à Lyon ! Ils sont arrivés vendredi 30 juin à Saint-Maurice sur Dargoire pour le grand rassemblement festif des 1er et 2 juillet. Sur leur chemin, ils ont pu constater les dégâts qu’occasionnerait cette future autoroute sur les communes traversées, les terres agricoles, les activités des territoires, les espaces naturels, la faune et la flore, etc : « Pour comprendre comment nos dirigeants flambent un milliard d’euros, à l’heure où ils imposent à chacun-e d’entre nous de se serrer la ceinture ». Ils ont cheminé pendant quatre jours, de Saint-Etienne à Saint Maurice sur Dargoire, en passant par Chavanne, Cellieu, Saint-Joseph, etc.

Lundi 3 juillet : St Maurice - Taluyers
Le soir, lieu-dit Montarcis à Taluyers : théâtre avec le Cri de la Lune.
Mardi 4 juillet : Taluyers - Lyon
Arrivée à Lyon, rassemblement devant l’Hôtel de Région AuRA, un des financeurs du projet d’autoroute.

Mis à jour le Lundi, 07 Août 2017 10:34
 
Stoppons l'A45 et le productivisme ! PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Vendredi, 30 Juin 2017 00:57
L'A45 est un projet de construction d'une autoroute entre Lyon et St Etienne. Plus précisément, elle relierait Brignais à La Fouillouse et est censée répondre aux nombreux problèmes d'embouteillages sur l'A47 déjà existante. Il est vrai que ces difficultés sont bien connues de toutes les personnes qui ont à faire le trajet Lyon / St-Etienne quotidiennement pour aller travailler. Mais à creuser un peu, ce projet est bien moins utile qu'il n'y paraît. Il s'agit même d'un de ces nombreux projets nuisibles menés au profit d'une petite minorité.

Un projet à plus de 1,2 milliard : Jackpot pour Vinci

Ce projet autoroutier sera financé sous la forme d'un Partenariat Public / Privé (PPP). Concrètement, cela signifie que l'Etat va sous-traiter la construction de l'autoroute à une entreprise privée, en l'occurence Vinci. L'entreprise Vinci acceptant de participer, partiellement, aux frais de construction, les frais sont un peu moins élevés dans un premier temps. Mais en contrepartie, pendant des dizaines d'années, l'Etat devra reverser d'énormes sommes d'argent à Vinci. Et finalement, c'est une dette assurée que nous laissons pour les générations futures, au profit d'une poignée d'actionnaires privilégiés.

Un projet, symbole du productivisme actuel

Alors que les pics de pollution sont de plus en plus fréquents, que le réchauffement climatique n'a jamais été aussi menaçant, les capitalistes produisent toujours plus. Toujours plus de voitures ! Toujours plus d'autoroutes ! Toujours plus de béton ! (En 10 ans, c'est 1% du territoire français, équivalent à la surface d'un département, qui a été bétonné). Tout indique qu'il faudrait au contraire ralentir.

Un projet dangereux socialement

Les expériences passées de construction d'autoroutes montrent que c'est à chaque fois les villes les plus petites qui en font les frais. Ici, St-Etienne risque de devenir une ville-dortoir où il sera très difficile de trouver un travail. Les entreprises préférant s'installer à Lyon et demandant aux salarié-e-s de prendre l'autoroute tous les jours.
C'est déjà le cas pour beaucoup de personnes. Mais l'amplifier n'est pas une solution.
Ce projet est d'autant plus inutile et scandaleux que d'autres solutions seraient envisageables. Il serait par exemple bien moins couteux et plus durable de rénover l'A47 déjà existante. Et l'argent public ne doit pas être gaspillé pour renforcer la place de la voiture dans notre société. Au contraire, l'urgence exige un financement massif des transports en commun. L'urgence exige également que les transports publics soient gratuits pour tout-te-s.

Mis à jour le Samedi, 08 Juillet 2017 08:06
Lire la suite...
 
Rassemblement pour le fret ferroviaire ce 4 avril à Ambérieu PDF Imprimer Email
Écrit par Cotentin   
Dimanche, 02 Avril 2017 21:57

Pour une autre politique des transports de marchandises, la fédération Sud-Rail organise un rassemblement national le 4 avril 2017 à partir de 11h, à Ambérieu (dans l'Ain, à une cinquantaine de kilomètres de Lyon) afin de faire converger toutes les forces syndicales, politiques et associatives qui veulent :

  • un report modal massif avec une politique de développement du Fret Ferroviaire et des transports écologiques ;

  • une relocalisation des emplois au plus près des besoins des populations et qui combatte le système capitaliste ;

  • des solutions concrètes et immédiates qui permettent de combattre le réchauffement climatique et la pollution ;

  • une remise en cause du culte énergivore et polluant de la grande vitesse ;

C'est maintenant qu'il faut agir car il y a urgence !

En 2010, à l'initiative de la fédération Sud-Rail, plusieurs organisations avaient signé un appel pour exiger la création d'un grand service public de transport ferroviaire et routier de marchandises. Quelques années plus tard, le report modal sur le rail est toujours aussi ridicule, les travailleuses / travailleurs du rail de ce secteur sont exploité-e-s et les conséquences climatiques sont désastreuses.

Il ne doit pas y avoir de problème de fric, car ce sont nos santés qui sont en jeu !

Cet abandon du fret ferroviaire engendre des conséquences catastrophiques sur l'environnement local et global (effet de serre, pollution, etc.). Nous devons, dès maintenant, imposer une politique vraiment efficace de lutte contre le changement climatique qui met en danger les moyens d'existence et les vies de milliards d'êtres humains.

Mis à jour le Mercredi, 19 Avril 2017 23:02
Lire la suite...
 
Contre la nouvelle ligne Lyon-Turin, pour mettre enfin les camions sur les trains! PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Samedi, 04 Février 2017 19:13

Extraits du communiqué du syndicat SUD Rail :
« Alors qu’il refuse de reprendre la dette publique du système ferroviaire français, le gouvernement n’a aucun scrupule à passer en force pour valider le démarrage d’un projet inutile à près de 30 milliards et de surcroit offert au privé. Les citoyens n’ont pas besoin d’une énième ratification mais d’un report modal dès 2017 entre la France et l’Italie. Mettre enfin les camions sur les trains : voilà ce que doit être la réponse responsable et immédiate face aux pics de pollution des vallées alpines et aux milliers de circulations routières chaque jour dans les tunnels des Alpes ! (...)

Ainsi la fédération des syndicats SUD-Rail revendique :
. Le retrait de ce projet de loi afin que les financements publics, prévus au Lyon-Turin, soient consacrés à la maintenance et à la modernisation du système ferroviaire. Les dossiers ne manquent pas sur la région Rhône-Alpes afin d’améliorer le quotidien des usagers.
. La mise en place d’un véritable report modal, dès 2017, au départ du site ferroviaire d’Ambérieu. La relance du fret ferroviaire, dans les Alpes, doit être assurée par l’entreprise publique SNCF qui doit arrêter de détruire l’outil de production pour le fret
ferroviaire et tout particulièrement dans la Vallée de la Maurienne. »

Interview donné par Daniel Ibanez à l’Anticapitaliste, hebdomadaire du NPA :

Citoyen engagé, Daniel Ibanez est devenu la principale figure des opposants français au Lyon-Turin ferroviaire. Au-delà d’un militantisme de terrain incessant, il a fourni un considérable travail de dossier qui lui a permis de démontrer point par point que ce projet absurde n’avait d’autres raisons d’être que de servir les intérêts de quelques grandes entreprises du BTP. Fruit d’une enquête minutieuse, son dernier livre, « Lyon-Turin, les "Réseaux" déraillent. Lettre au juge administratif », montre ainsi comment les collusions d’intérêts entre grandes entreprises, élus et agents de l’État sont à la source des grands projets inutiles.

Où en sont aujourd’hui les oppositions françaises et italiennes au projet ?
Je dois tout d’abord préciser qu’il n’y a qu’une opposition franco-italienne composée de mouvements français et italien eux-mêmes composés d’une grande diversité d’approches.
En France, le soutien très large que rencontrait le projet a volé en éclat devant nos démonstrations. L’opposition au Lyon-Turin continue à démonter les mensonges des promoteurs de ce projet. En ce qui nous concerne, si nous acceptons le terme d’opposants, c’est parce qu’aux illusions vendues par ces marchands de rêves, nous opposons des solutions concrètes et de bon sens. Ça s’exprime en France sous la forme de propositions démontrant que le transport des marchandises sur le réseau ferré existant est parfaitement possible aujourd’hui, en démontrant également que rien n’est fait alors que les moyens existent et peuvent être mis en service sans dépense lourde. Ça s’exprime aussi par l’exigence de sortir les marchandises de la route immédiatement car c’est un problème de santé publique.
La difficulté que nous rencontrons est que nous nous heurtons à une croyance...

Mis à jour le Dimanche, 12 Février 2017 11:03
Lire la suite...
 
débat sur l'écologie PDF Imprimer Email
Écrit par homo politicus   
Lundi, 17 Janvier 2011 09:35

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 78 (18/11/10)

La commission écologie NPA du Rhône, réactivée l’été dernier, a organisé une soirée-débat avec des « objecteurs (trices) de croissance » de la région lyonnaise.

Ce débat devait initialement porter sur quatre thèmes :
- Quelles alternatives au capitalisme ?
- Luttes sociales et écologiques.
- Conscience de classe et démarche individuelle.
- Quels moyens pour la prise du pouvoir ?

Dès 20 heures, de nombreux militantEs étaient déjà présentEs et à 20h15 le débat a démarré avec une quarantaine de participantEs, dont un tiers de militantEs objecteurs/trices de croissance. Alternativement, militantEs du NPA et Objecteurs/trices de croissance ont pris la parole, expliquant les positions des unEs et des autres sur les thèmes proposés.

Mis à jour le Vendredi, 18 Mars 2011 13:23
Lire la suite...
 
Non aux OGM et au bricolage du vivant PDF Imprimer Email
Écrit par Stéphane   
Dimanche, 21 Mars 2010 08:08

Appel du collectif  Inter-Rhodanien


LE 29 MARS

Mobilisons nous contre les multinationales,

Pour une agriculture au paysan !!!!


Face à l'actualité OGM, le collectif réagit et dénonce les stratégies
des multinationales.

Ainsi, nous vous invitons le 29 MARS 2010 à partir de 8h00 pour un
programme complet !

Voici le programme de la journée :

8h00, visite à Monsanto Bron et remise d'une lettre dénonçant leur
impact environnemental, économique et social sur le reste de la planète,
le collectif exige réparation ! (Europarc du Chêne,1 Rue Jacques Monod,
69673 Bron)
Mis à jour le Mercredi, 14 Avril 2010 19:50
Lire la suite...
 
Climat : il y a urgence à agir ! PDF Imprimer Email
Écrit par Stéphane   
Mardi, 08 Décembre 2009 08:58

Manifestation Samedi 12 décembre à 15H    Départ : Préfecture


Agissons dans notre pays et localement dans le Rhône en manifestant devant les acteurs responsables et  les lieux symboliques de  l’urgence climatique. (Ces administrations et sièges sociaux se trouvent dans les environs de la Part Dieu)

A la préfecture (106 rue Pierre Corneille)

  • Pour exiger des politiques publiques de protection du climat et pour dénoncer la taxe carbone, inefficace et injuste,
  • Pour exiger des services publics, au service de l'écologie et des citoyens.
  • L'Etat doit prendre ses responsabilités au niveau national et international.


Devant la SNCF (gare de la Part dieu)

  • Pour dénoncer l'abandon du fret au profit du transport routier, pour protester contre des tarifs trop souvent dissuasif (exemple le TGV Lyon Paris)

Au Grand  Lyon (20 rue du Lac)

  • Pour exiger le développement du réseau TCL et des transports publics gratuits dans toute l'agglomération.
  • Pour marquer notre opposition à des projets de péages urbains (déjà en place dans plusieurs villes d'Europe)


Devant les directions de Rhodia, la Société Générale, la Caisse des dépots et consignations (Tour Crédit Lyonnais, 20 Bd Deruelle, 44 rue Villette )
Ces sociétés ou leurs filiales font le commerce des droits à polluer et beaucoup de bénéfices avec la vente de « droits d'émission carbone ».


Au siège régional d'EDF (196 av Thiers)
Cette entreprise ne joue pas son rôle de service public : son seul objectif est la croissance des ventes.
Les sommes investies dans le nucléaire marginalisent les sources d’énergies alternatives et empêchent une réelle politique d’économie d’énergie.
Il faut aller vers un système énergétique excluant l’énergie nucléaire.
Exigeons une tarification écologique et sociale : Partir de zéro pour les basses consommations et établir des tarifs croissants, à l'opposé de la tarification actuelle qui diminue avec la consommation.

 

Mis à jour le Samedi, 27 Février 2010 14:02
Lire la suite...