Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Articles formation
Dette publique, emprunts toxiques, … conférence d’ATTAC samedi 16 septembre PDF Imprimer Email
Vendredi, 15 Septembre 2017 12:47

avec Jean-Jacques Lacroix (CAD - 69) le samedi 16 septembre de 14h. à 17h.
à la Maison des Passages - 44 rue Saint Georges -  Lyon 5e (métro Vieux Lyon)

communiqué d’ATTAC Rhône :
« La dette publique française est passée de 15% du PIB en 1974 à 96% du PIB en 2016 : elle représente aujourd’hui environ 2150 milliards d’euros. La charge annuelle de cette dette s’élève à 46 milliards d’euros en 2016 ce qui correspond à un montant supérieur aux dépenses consacrées à a défense nationale.

C’et l’administration centrale et notamment l’Etat qui porte la majeure partie de cette dette publique : environ 80% du total en 2016.

Les collectivités locales, fortement touchées par les emprunts toxiques, supportent environ 10% de cette dette publique. Les transferts de compétences opérées par l’Etat central ont fortement augmenté leurs dépenses. Ce sont ces collectivités locales qui réalisent la majorité de l’investissement public.

La dette hospitalière présente des similitudes avec celle des collectivités locales.

La dette sociale (dette des organismes de protection sociale) presque inexistante avant les années quatre-vingt dix a significativement augmenté ces dernières années : elle représente 225 milliards d’euros en 2016 (environ 10,5% de la dette publique). Elle est gérée par deux organismes la CADES et l’ACOSS qui interviennent sur les marchés financiers pour cela.

Ce sont tous ces mécanismes que nous essaieront de comprendre ensemble au cours de l’échange programmé.

attac-Rhône
44, rue St-Georges – Lyon 5
http://local.attac.org/rhone/  -  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  »

Mis à jour le Dimanche, 24 Septembre 2017 10:54
 
Implantation dans les usines lyonnaises dans les années 1970 : n'effacez pas nos traces ! PDF Imprimer Email
Jeudi, 01 Février 2018 22:15

Soirée débat jeudi 8 février autour de l’implantation des militant.e.s de la LCR dans les usines lyonnaises dans les années 1970

De 1973 à 1978/79, des militant.e.s la Ligue Communiste puis de la LCR ont travaillé et milité au sein de l'usine Paris-Rhône (devenue Valéo), Lyon 8e, à l'époque seconde usine de la métallurgie (3500 ouvrier.e.s) sur l'agglomération après Berliet (RVI).
La particularité de cette usine fut d'une part sa composition sociale avec une majorité de femmes et d'immigré.e.s et une majorité d'OS. OS : Ouvrier spécialisé qui, comme son nom ne l'indique pas, était l'appellation des ouvrier.e.s non qualifié.e.s.

Une autre particularité du fait même de la sociologie de l'usine était la faible implantation du PCF et de la CGT. Depuis 1966 divers groupes révolutionnaires intervenaient dans l'usine : essentiellement des maoïstes (ou marxiste-léniniste comme certains préféraient se nommer) : Voix populaire (devenue Voix prolétarienne en 1970), Gauche prolétarienne , PCMLF... Puis la Ligue, LO etc... Avec des fortunes diverses cette présence a été constante au cours des années. En 1973, une section CFDT se crée à l'initiative de militant.e.s ex maos qui donne ainsi une expression à la radicalité existante, ce qui aboutira à la grève de novembre/décembre 1975 pour l'augmentation des salaires : 3 semaines de grève, occupation d'une partie de l'usine, bagarre avec la maîtrise, intervention de la police, etc... 25 licencié.e.s, aucune revendication accordée. Ce fut une des dernières grèves d'OS qui avaient été une constante depuis mai 68. Par la suite, cette section (une CFDT lutte de classes à des années lumière de la CFDT actuelle) a été le lieu où (rétrospectivement) on s'aperçoit que les thèmes comme l'anti-racisme (dans la foulée de la marche des beurs de 1983), le droit au logement, voire le « féminisme »... ont été pris en compte très tôt.

Outre une page d'histoire du mouvement ouvrier local, cette expérience, aux multiples facettes, sur plus de 20 ans, peut être riche d'enseignements dans la période actuelle au delà des changements survenus dans la société depuis cette époque.  

C'est pour cela que, si au terme de cette réunion, un groupe d'études (ou des étudiant.e.s) intéressé à quelque titre que ce soit pouvait entreprendre un travail de recherche, ce serait une excellente chose pour que ces traces ne s'effacent pas. C'est un peu urgent : outre l'éparpillement des gens au fil du temps, certain.e.s ont disparu et la mémoire arrive aussi à faire défaut à d'autres.

Si vous souhaitez une invitation pour cette soirée débat, prenez contact avec un militant.e du NPA ou avec l’Equipe Départementale de Direction du NPA 69.

Mis à jour le Jeudi, 01 Février 2018 22:16
 
9ème université d'été du NPA du 27 au 30 août 2017 PDF Imprimer Email
Lundi, 31 Juillet 2017 15:42
La 9ème université d'été du NPA aura lieu cette année du 27 au 30 août 2017, à Port Leucate, dans l'Aude.
La présentation, le programme complet et la plate-forme d'inscription sont disponibles ici : https://npa2009.org/ue2017

À l’issue d’un second tour désespérant moins d’un an après le formidable mouvement contre la loi travail, Macron le banquier est devenu président. Inspirateur sous Hollande de lois de régression sociale comme celle qui porte son nom ou la loi travail, il entend amplifier la contre-révolution libérale et va donc poursuivre de façon autoritaire une politique d’austérité contre les catégories populaires : en finir avec les 35 heures, casser la Sécurité sociale, diminuer le nombre de fonctionnaires, aller encore plus loin dans la casse du code du travail...
Alors que le danger de l’extrême droite (qui a connu une percée importante dans les urnes) continue à peser, une période de combat est devant nous. Nous devons organiser le « tous ensemble » pour inverser le rapport de forces, et dans l’unité construire un front pour défendre nos droits sociaux et démocratiques.
Liquidation du PS, quasi-disparition du PCF, succès ambigu de Mélenchon... La gauche est en crise profonde, et l’ensemble du mouvement ouvrier est en chantier. Après la campagne présidentielle autour de Philippe Poutou, le NPA est partie prenante des débats qui traversent notre camp social. Pour construire une force politique pour nous représenter nous-mêmes, un parti féministe, écologiste, internationaliste, pour la transformation révolutionnaire de la société.
Cette nouvelle édition de l’université d’été du NPA arrive donc à point nommé pour préparer la rentrée politique et sociale. Meeting de rentrée du NPA, rencontres internationales, invitéEs, éclairages historiques et anniversaires, formations et thèmes d’actualité... Notre université d’été est un lieu de rencontres et d’échanges entre sympathisantEs et militantEs, aussi bien pour la formation que pour les débats.
C’est aussi un espace de rencontres avec des militantEs du mouvement social ou d’autres courants politiques de la gauche radicale, ainsi qu’un lieu d’échange avec des intellectuelLEs et spécialistes.
Enfin, sont au menu des débats et rencontres avec des militantEs anticapitalistes venus d’autres pays et continents.
Le tout évidemment dans une ambiance conviviale et ensoleillée, sous la tonnelle, au bord de la piscine ou à la plage...

 

Mis à jour le Samedi, 02 Septembre 2017 20:30
 
Rencontre avec Florence JOHSUA autour du livre "Anticapitalistes" Jeudi 18 mai PDF Imprimer Email
Dimanche, 14 Mai 2017 17:06
à 19h, à la librairie Terre des livres, 86 rue de Marseille à Lyon 7ème, tram T1 rue de l'Université
"Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement", éd. La découverte, 2015.

Le renouveau des gauches radicales en Europe a suscité un regain d’intérêt à leur égard. Toutefois, peu d’études se sont intéressées aux individus qui militent contre le capitalisme, pour un autre monde. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Quels parcours personnels, quelles expériences nourrissent l’audace de penser qu’on peut changer la société ? Comment ces engagements se sont-ils transformés et renouvelés ?

Grâce à une enquête au long cours combinant entretiens, observations et analyses statistiques, ce livre propose une sociologie de l’engagement anticapitaliste en France du milieu des années 1960 aux années 2000. À travers le cas de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) devenue Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), l’auteure interroge les liens entre les évolutions du recrutement partisan et celles à l’œuvre dans la société et explore les trajectoires et les pratiques des militants, leurs visions du monde, leurs questionnements et leur idéal, pour apporter un éclairage inédit sur les nouveaux visages de l’anticapitalisme à l’aube du xxie siècle.

Ce faisant, l’ouvrage invite à penser sous un nouveau jour de grandes questions de société, comme celle de la fin des utopies, la prétendue désaffection des jeunes pour la politique, la production sociale de la révolte ou encore ce que signifie prendre parti aujourd’hui. Il rend compte d’une aventure à la fois minoritaire et universelle : la contestation de l’ordre établi.
Rencontre animée par Lilian MATHIEU - Entrée libre

Mis à jour le Mardi, 30 Mai 2017 09:59
 
Soirée débat sur la révolution russe jeudi 30 mars à 20 h PDF Imprimer Email
Mardi, 28 Février 2017 23:55

Séance 3 : Jeudi 30 mars sur La révolution russe 1905-1921

En 1917, il y a exactement un siècle, le prolétariat de Petrograd se soulevait. La première révolution de février fut suivie de la prise
du pouvoir par le parti bolchéviks en octobre. Internationalement, cela sonnait comme un message d'espoir qui allait modifier
profondément les rapports de forces entre les classes dans les décennies à venir. Cet événement ne tombait pas de nulle part. Au
contraire, il faisait suite à de nombreuses expériences faites par les classes exploitées depuis la révolution manquée de 1905. Pour
mieux comprendre les causes de cette révolution, ses enjeux, les différentes stratégies mises en places face au capitalisme,
l'incroyable dynamique de 1917, les droits acquis dans les années qui suivirent mais aussi les limites de cette expérience, le NPA
organise une réunion de formation ouverte aux sympathisantEs.

 

Rappel sur le cycle sur l'histoire du mouvement ouvrier et la stratégie anticapitaliste :...

Mis à jour le Samedi, 08 Avril 2017 20:34
Lire la suite...
 
Histoire du mouvement ouvrier et stratégie anticapitaliste : Première séance PDF Imprimer Email
Mardi, 28 Février 2017 23:37

Dès sa création, en 2009, le NPA formulait la volonté de s'inspirer des luttes des travailleu.se.s et du mouvement social du passé pour lutter contre le capitalisme d'aujourd'hui. Sans les concevoir comme des modèles à plaquer à l'identique sur la situation actuelle, nous voulons nous inscrire dans la filiation de ces militant-e-s qui ont toujours cherché à renverser l'ordre établi et à résister à l'oppression.

Vouloir s'inspirer du meilleur du mouvement ouvrier depuis plusieurs siècles nécessite de le connaître et d'essayer de le comprendre. Le NPA 69 propose de lancer un cycle de formations sur l'histoire du mouvement ouvrier. On y discutera de nombreuses questions : les moments de poussées révolutionnaires dans l'histoire, de grèves générales, les tentatives d'auto-gestion liées à la question de la démocratie du mouvement, la place des femmes dans le mouvement ouvrier ou encore la construction d'organisations révolutionnaires. Ces réunions seront l'occasion d'apprendre et d'échanger sur des débats qui ont traversé le mouvement ouvrier et qui peuvent être aujourd'hui nous être utile dans nos luttes et combats.

  • Mercredi 1er mars : Naissance et expansion du mouvement ouvrier

  • Jeudi 16 mars : La Commune de Paris

  • Jeudi 30 mars : La révolution russe

 

Ces réunions ont lieu à 20h

 

Elles sont ouvertes à toutes et tous. Pour y participer, merci de prendre contact avec un-e militant-e ou en écrivant à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Mis à jour le Mardi, 28 Février 2017 23:53
Lire la suite...
 
Meeting contre le racisme, les violences policières, la hogra, la chasse aux migrant-e-s dimanche 26 février à 14H30 PDF Imprimer Email
Mercredi, 22 Février 2017 22:59
Dans le cadre de la préparation de la Marche du 19 mars, le Collectif Décolonial Lyonnais organise un meeting contre le racisme, l'islamophobie, les violences policières, la hogra, la chasse aux migrant-e-s, ce dimanche 26 février de 14h30 à 18h30.

Il se tiendra à la Maison des Passages, 44 rue Saint Georges, 69005 Lyon (Métro D, station Vieux Lyon).

Avec la participation de Omar Slaouti, Ramata Dieng, Adama Sidibe, Nacira Guenif Souilamas, Julien Salingue, Georges Gumpel, Sonia Moussawi,...

Au programme :

14h30 : inauguration de l'évènement Par Omar Slaouti du collectif Ali Ziri et Ramata Dieng du collectif vies volées.

15h00 : Une première scène sur le thème des répressions en national avec :
- Nacira Guénif Souleimani sociologue et anthropologue professeur à l'université Paris-VIII, sur la thématique de la gestion coloniale des populations d'origines postcoloniales
- Tammouz Al Douri, CCIF Lyon, sur la thématique de l'islamophobie en France
- Sonia Moussaoui, FUIQP St Etienne, sur la thématique des luttes des Quartiers Populaires
- Eric Durupt, Alternative Libertaire, sur la thématique de la répression des mouvements sociaux
- Julien Salingue, NPA  et collectif acrimed, sur la thématique du traitement médiatique des violences policières

 

16H30 : Pause  Espace café /Snacking/Table de presse en collaboration avec la librairie Terre des Livres

17h00 : Une deuxième scène sur le thème des répressions à l'international avec :
- Youssef Boussoumah, sur la thématique de la Palestine
- Georges Gumpel, UJFP, sur la thématique " Israël fournisseur mondial de prestation de service  dans la répression de masse "
- Adama Sidibe, CEPCL, sur la thématique de la crise humanitaire des refugiés, de l'impérialisme, des guerres néocoloniales, de la France Afrique

Mis à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 20:06
Lire la suite...
 
Conférence d’Ignacio Ramonet sur Hugo Chávez mercredi 20 mai à 19 h PDF Imprimer Email
Jeudi, 14 Mai 2015 09:02

à la Maison des Passages, 44, rue St Georges (Métro D – Vieux Lyon) : rencontre débat avec Ignacio Ramonet, à l’occasion de la sortie de son livre Hugo Chavez. Ma première vie.
Organisée par Les Amis du Monde diplomatique, En partenariat avec l’Association France Amérique Latine et l’Association France Cuba - Entrée libre

Présentation de l’éditeur : "Rares sont les personnalités contemporaines qui ont eu, sur l’histoire de leur pays, un impact aussi décisif que celui provoqué par Hugo Chavez (1954-2113). Elu président du Venezuela en 1999, Il a réveillé l’ensemble de l’Amérique latine par la puissance de son verbe, la modernité de ses idées et l’exemple des avancées de sa Révolution bolivarienne.

L’impuissance des castes latino-américaines traditionnelles à répondre aux aspirations de « ceux d’en bas » a ouvert le chemin à une génération de dirigeants néoprogressistes venus du monde syndical, du militantisme social, des luttes indigènes et même de la guérilla : Lula et Dilma au Brésil, Evo Morales en Bolivie, Rafael Correa en Equateur, Nestor Kirchner et Cristina Fernandez en Argentine, Tabaré Vazquez et José Mujica en Uruguay, et tant d’autres. Mais le premier d’entre eux fut Chavez. Dans ce livre gorgé de révélations, résultat de cinq ans de travail et de plus de deux cents heures de conversations avec Hugo Chavez, Ignacio Ramonet dresse un passionnant portrait du leader vénézuélien qui raconte sa vie avec ses propres mots."

Le NPA fait le point sur la situation au Vénézuela (extrait de la Revue L'Anticapitaliste d’octobre 2014) :

L’ère Chávez
C’est sur la base de la révolte de 1989 contre des réformes néolibérales qu’Hugo Chávez, jeune lieutenant-colonel auteur d’un coup d’Etat avorté en 1992, a été élu au pouvoir en 1998, le premier du « virage à gauche » latino-américain. Le Venezuela a longtemps été un des épicentres de ce tournant sous-continental. En mettant en échec un coup d’Etat militaire en avril 2002 et un lock-out patronal entre décembre 2002 et février 2003, Chávez et les classes populaires vénézuéliennes ont montré qu’une autre politique que le néo-libéralisme était possible en Amérique latine.
Reste à construire une société nouvelle :

Mis à jour le Jeudi, 21 Mai 2015 20:51
Lire la suite...
 
Vendredi 7 janvier 2011: débat sur l'ouvrage "Le président des riches" PDF Imprimer Email
Mercredi, 22 Décembre 2010 17:28

Petits chèques entre amis, dîners mondains, légions d’honneur et comptes en Suisse … L’affaire Bettencourt a jeté une lumière crue sur les connivences souterraines qui unissent pouvoir politique et puissances de l’argent. Dans ce livre-enquête, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, spécialistes de la bourgeoisie française, donnent à voir, au-delà des scandales, la logique d’un système.
Pour faire vivre un monde où l’entre-soi permet l’affirmation des réseaux, ils rapportent des histoires révélatrices, glanées dans les coulisses du règne de Nicolas Ier. En brossant la chronique des premières mesures prises, ils dévoilent les ressorts d’une politique systématique en faveur des nantis : bouclier fiscal, abattements et exonérations en tout genre, dépénalisation du droit des affaires ne sont que les éléments visibles d’une guerre des classes au service de l’aristocratie de l’argent. Aux discours du Sarkozy qui prétendait vouloir refonder le capitalisme s’oppose la réalité des actes : paradis fiscaux, fonds spéculatifs, bonus des traders, stock-options et cadeaux aux banques se portent bien et ont permis au capital financier de retrouver de sa superbe.
Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine ainsi le tableau inquiétant d’un tout autre régime : une oligarchie, un gouvernement des riches pour les riches.

Rencontre-débat avec les auteurs Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot organisé par le repaire "là-bas si j'y suis" en partenariat avec des organisations locales dont le NPA de Vienne

vendredi 7 janvier 2011 à 20h00 à l'Institut Robin de Vienne

Voir également l'entretien croisé entre Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot et Olivier Besancenot

Mis à jour le Dimanche, 16 Janvier 2011 20:09
 
10 films-entretiens pour la multiculturalité PDF Imprimer Email
Mercredi, 01 Décembre 2010 20:07

La création d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale était en soi un acte d'une violence inouïe. Le débat sur l'identité nationale, et toutes les dérives verbales qui l'ont accompagné, ont confirmé les plus sombres prophéties. La prochaine étape dans ce parcours de l'ignominie sera le vote de la loi Besson au Sénat qui dégradera encore un peu plus la condition des immigrés en France.

Il est primordial de réagir, sans attendre. Et pour cela comprendre, comprendre les enchaînements qui conduisent à cette régression, comprendre le contexte dans lequel se déploie ce nationalisme dangereux en France et en Europe, et à quelles sources il s'alimente.

Le film choral Ulysse Clandestin (93'), et les autres films qui lui sont associés, s'y emploient. Le court métrage introductif de Thomas Lacoste Il fut des peuples libres qui tombèrent de plus haut (17') revient sur la constance de l'exclusion des étrangers de la cité, à partir d'un texte du sociologue Abdelmalek Sayad (extrait de L'immigration ou les paradoxes de l'altérité, Ed. Raisons d'agir, 2006) et d'une adaptation de la pièce chorégraphique Self portrait camouflage (52') de la danseuse et chorégraphe Latifa Laâbissi. Les dix entretiens longs, avec les intervenants du film choral qui reviennent sur leurs recherches, constituent une mise en perspective et un approfondissement essentiels.

 

Mis à jour le Dimanche, 16 Janvier 2011 20:09
Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 1 de 3