Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Arrêt des interventions policières dans les universités ! PDF Imprimer Email
Écrit par NPA   
Dimanche, 15 Avril 2018 20:05
Jeudi 12 avril s'est tenue la première grosse AG à 800 à la fac de Lyon 2. Vendredi 13 à 6h, les flics ont évacué de force l'amphi occupé, faisant un blessé et un gardé à vue. Les étudiant.es ont ensuite manifesté à 300 avec les cheminot.es dans un cortège de 1000 personnes. A 16h devait se tenir une AG devant la fac, AG qui a été sévèrement réprimée. Ci-dessous le communiqué de Solidaires Etudiant.es. Les vacances démarrent mais les étudiant.es se réunissent dimanche d'avant rentrée en comité de mobilisation pour organiser les suites.

Les menaces de Macron, qui veut « rétablir l’ordre républicain » dans les universités, semblent être mises à exécution. C’est sa réponse à une mobilisation qui s’étend petit à petit, avec aujourd’hui 1500 étudiantEs en assemblée générale à Censier, 600 à Strasbourg hier, 2500 à Rennes avant-hier, ainsi que dans la jeunesse lycéenne qui a manifesté aujourd'hui à Tours.

Cette mobilisation se construit contre la sélection, mais aussi contre ce gouvernement qui casse tous les droits collectifs et utilise la répression policière avec une violence et une régularité inégalées. Les libertés démocratiques élémentaires sont bafouées. Par l'élargissement et l’approfondissement de la mobilisation, prouvons que ce ne sont pas des « professionnels du désordre » mais bien un mouvement social de la jeunesse et du monde du travail qui ne veut plus de la politique du Président des riches. Flics hors des facs !

Communiqué de Solidaires Etudiant.e.s de Lyon 2

« Cette après-midi à 16h, un rassemblement de protestation contre l'évacuation brutale de l'occupation de l'amphi Fugier a eu lieu... Réunissant plus de 200 personnes, il s'est déroulé de façon pacifique, avec plusieurs  délégations envoyées pour négocier avec les dizaines de policiers qui ont encerclé le rassemblement. Pour seule réponse, les délégations n'ont obtenu qu'un méprisant : "prenez votre pelle et votre seau et allez jouer!"

Aucune action violente n'a été entreprise par les manifestant.e.s contre la police. Malgré cela, cette dernière nous a empêché d'accéder à la rue Chevreul où nous voulions nous rassembler. Suite à quoi, elle a menacé de charger si nous refusions de nous replier sur le trottoir. Alors que nous nous y dirigions, une quantité massive de gaz lacrymogène a été projetée sur les manifestant.e.s acculé.e.s contre le précipice donnant sur les quais du Rhône.

Mais malgré cette opération déjà scandaleuse et d'une dangerosité extrême, la police a poursuivi les manifestant.e.s qui cherchaient seulement à quitter les lieux, parfois sur plusieurs centaines de mètres, tout en projetant lacrymogènes et grenades assourdissantes. Plusieurs manifestant.e.s ont été blessé.e.s, et deux personnes ont été interpellées. Tentant d'avertir la police du danger de noyade qu'encouraient les personnes présentes, une membre de notre syndicat s'est vue répondre: ''C'est pas grave, il nagera !" Un de nos camarades a été délibérément visé par un tir tendu de grenade.

Solidaires Etudiant.e.s Lyon, dénonce cette répression brutale et aveugle contre le mouvement des étudiant.e.s, des cheminot.e.s et du personnel de l'université qui se sont rassemblé.e.s pacifiquement. La présidence est complice de cette répression digne de l'autoritarisme vers lequel l'Etat français se dirige à grands pas. Les étudiant.e.s, dont de telles méthodes dégoûtent, doivent impérativement nous rejoindre dans la lutte!

Nous ferons front, nous ne faiblirons pas ! Vive la grève générale ! »

Mis à jour le Dimanche, 15 Avril 2018 20:09