Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Manif à l’appel de l’Intersyndicale des cheminot.e.s vendredi 13 avril à 11h à la Part Dieu PDF Imprimer Email
Service public
Mercredi, 11 Avril 2018 17:51

devant la gare, place Béraudier

« Cheminot·e·s, usager·e·s, salarié·e·s du public ou du privé, étudiant·e·s et retraité·e·s

Solidaires et engagé·e·s : défendons nos conquêtes sociales !

Nous sommes toutes et tous des cheminot·e·s !
Macron poursuit la privatisation des transports. C'est la mise en concurrence préconisée par les directives européennes, choix que nous refusons car :
Il accentue les inégalités sociales en rendant le train de plus en plus cher
Il augmente les inégalités territoriales en fermant des petites lignes, des gares, des guichets (A Lyon, après Montplaisir et Part Dieu la SNCF veut fermer les agences de Croix-Rousse et de Bellecour)
Il dégrade les conditions de travail des cheminot·e·s
Il est dangereux pour la sécurité des voyageurs/euses et des agent·e·s
Il accélère le réchauffement climatique en investissant massivement dans les autoroutes et les autocars privés au détriment du rail. Le trafic routier des marchandises et aujourd'hui des voyageurs va exploser.
Il détruit le service public des transports qui répond à un réel besoin et au droit fondamental de se déplacer
Depuis 1997 et la création de Réseau Ferré de France, la SNCF est toujours plus segmentée. Il s'agit, à terme, de privatiser les bénéfices (1,3 milliards d’euros en 2017), et de faire prendre en charge par les fonds publics les coûts de l'entretien, des infrastructures et de la dette.
Pour démanteler définitivement le service public du ferroviaire, le gouvernement doit casser la résistance des cheminot·e·s, les faire passer pour des privilégié·e·s, comme les retraité·e·s, les étudiant·e·s ou les chômeurs/euses. A grands coups de propagande médiatique et de mensonges, il cherche à nous diviser, à nous monter les un·e·s contre les autres. Or, le statut des cheminot·e·s n’est pas responsable de la dette de la SNCF. Il est simplement une condition indispensable pour garantir la sécurité, la qualité et la continuité des transports. C'est pour cela que la lutte des cheminot·e·s est aussi notre lutte !

Engagé·e·s pour défendre nos services publics et la justice sociale !

Ce qui se passe en ce moment à la SNCF a déjà été mis en œuvre...

Les PTT ont été éclatés en Orange, La Poste, la Banque Postale avec une gestion dominée par la rentabilité à court terme… Résultat : tarifs en hausse, bureaux de poste fermés, 80 000 emplois supprimés, et des luttes qui montrent la colère et la résistance des usager·e·s ! EDF et GDF ont été privatisés et les prix n’ont pas baissé. Les choix énergétiques sont dictés par les intérêts financiers.
Dans les hôpitaux, les EHPAD et l'ensemble des services de santé la logique de rentabilité domine avec les conséquences que l'on connaît : prise en charge dégradée des patient·e·s, centre IVG et maternités de proximité fermés… Dans ce secteur aussi, les personnels se mobilisent pour défendre la santé, leurs conditions de travail et, les usager·e·s.
Macron a réussi par la force des ordonnances à dénaturer le code du travail pour fragiliser davantage les salarié·e·s, augmenter toujours plus les pouvoirs des employeurs, et protéger les profits des actionnaires.
Il s’attaque maintenant aux jeunes avec la réforme du bac et la sélection à l’université. Mais les jeunes ne se laissent pas faire et là aussi la mobilisation s’organise !

 

Facteurs d'égalité et de justice sociale, les services publics sont un pilier essentiel d’une société solidaire. Nos dirigeants préfèrent les casser et livrer les activités les plus rentables aux intérêts privés. La manifestation du 22 mars a été une réussite partout en France démontrant l’attachement des agent·e·s et des usager·e·s à leurs services publics. S'ils s’attaquent aujourd'hui au service public de la SNCF et aux cheminot·e·s, c'est aussi pour détruire leur résistance, afin de pouvoir accélérer la casse de notre protection sociale : sécurité sociale et retraites.

Nous devons mettre un coup d’arrêt à la politique de démantèlement social de ce gouvernement. C'est pourquoi la mobilisation des cheminot·e·s doit gagner et tou·te·s ensemble nous devons imposer d’autres choix pour une société plus juste, solidaire, respectant l'environnement.
Nous appelons tou·te·s les usager·e·s, les salarié·e·s du public et du privé, les étudiant·e·s et les retraité·e·s à être solidaires du mouvement des cheminot·e·s, à donner pour les caisses de grèves, à s’informer et à participer aux initiatives de mobilisations pour défendre nos services publics, la justice sociale et la société que nous voulons.

Manif à l’appel de l’Intersyndicale des cheminot.e.s vendredi 13 avril à 11h à la gare de la Part Dieu »
Premiers signataires : Ensemble!69, France Insoumise, Les comités Génération.S de la Métropole de Lyon et environs, Comité Jeunes Génération.S de Lyon, Nouveau Parti Anticapitaliste, Nouveau Parti Anticapitaliste Jeunes, Parti de gauche 69

télécharger le tract unitaire