Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Collectifs du Rhône pour un Nouveau Parti Anticapitaliste

Fermons le local néo-nazi du Bastion Social ! Manif samedi 26 mai à 14h30 aux Terreaux PDF Imprimer Email
Jeudi, 24 Mai 2018 17:09

Lyon 1er, métro Hôtel de Ville

"Toutes et tous ensemble, ! Et tous les locaux fascistes !
Depuis de nombreuses années, l’extrême­droite radicale a choisi Lyon comme son terrain de jeu favori pour lancer et/ou renforcer son emprise sur la politique française. Les ouvertures de locaux et les créations de groupuscules se sont multipliées depuis 2010 1 :
­- Local « la Traboule » (2010) et la salle de sport réservé aux blancs « l’Agogé » (2016) par Génération Identitaire (mouvement à l’origine de nombreuses actions « coups de poings » contre les migrant.e.s et les demandeurs/ses d’asile) ;
­- Local officiel de l’Action Française (groupuscule royaliste) en 2016 ;
-  Local « la Maison Bleue » du Parti Nationaliste Français (mouvement réactivé suite à la dissolution de 2 groupes fascistes lié au meurtre de Clément Méric)
-  Local « le Pavillon noir » du Gud­ Bastion Social (2017) ;
­- Présence d’une section locale d’Alliance Vita (intégristes religieux) et une présence des réactionnaires religieux ;
­- Ouverture prévue en septembre 2018 d’un établissement de formation pour cadres d’extrême droite par Marion Maréchal Le Pen La présence de ces groupuscules et l’ouverture de leur locaux au public favorisent le développement de leurs thèses racistes, sexistes, LGBTphobes et permettent la coordination d’actions violentes qui ont déjà conduit à de nombreuses agressions physiques et le saccage de locaux militants sur Lyon. Et malgré tout cela, la Mairie Centrale et la Préfecture restent étonnamment silencieuses sur ces questions (aucune prise de position claire depuis 2010). Les seules positions prises sont de mettre dos à dos les antifascistes et les fascistes.

Les liens avec le Front National de certains de ces groupuscules sont avérés alors que d’autres sont en relation directe avec la frange néo­nazie la plus violente. En dépit de ce triste constat, le combat antifasciste n’a pas cessé ! En 2011, un local néo­nazi à Jean Macé a pu être fermé grâce à la mobilisation populaire. Unissons nos forces en 2018 pour montrer que Lyon et ses habitant­e­s seront au cœur de la lutte contre ces groupuscules ! Toutes et tous ensemble, Fermons le local néo-nazi du Bastion Social ! Et tous les locaux fascistes!
MANIFESTATION FESTIVE ET POPULAIRE SAMEDI 26 MAI 14H30 - PLACE DES TERREAUX...

Lire la suite...
 
Conférence d’Eric TOUSSAINT qui présentera son livre LE SYSTEME DETTE vendredi 25 mai PDF Imprimer Email
Jeudi, 24 Mai 2018 16:57
à 18h30 – Bourse du Travail de Lyon, salle Moissonnier (métro B, place Guichard)
« Conférence d’Eric TOUSSAINT qui présentera son livre LE SYSTEME DETTE  PAR ERIC TOUSSAINT
Editions Les liens qui libèrent
Ce récit captivant donne les clés indispensables pour comprendre la mécanique implacable de la dette et l’évolution du monde capitaliste au cours des deux derniers siècles.
De l’Amérique latine à la Chine en passant par la Grèce, la Tunisie et l’Égypte, et récemment l’Equateur. La dette a été utilisée comme une arme de domination et de spoliation.
Le recours à l’endettement extérieur et l’adoption du libre-échange constituent à partir du XIXe siècle un facteur fondamental de la mise sous tutelle d’économies entières par les puissances capitalistes.

La Grèce des années 2010 est un exemple supplémentaire d’un pays et d’un peuple privé de liberté sous le prétexte de rembourser une dette illégitime.

Cette dictature de la dette n’est pas inéluctable. En deux siècles, plusieurs États ont annulé leurs dettes avec succès. L’auteur analyse les répudiations réalisées par le Mexique, les États-Unis, Cuba, le Costa Rica et la Russie des soviets. Il met en lumière et actualise la doctrine de la dette odieuse.
La présentation et la discussion seront animées par Éric Toussaint, historien et docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris 8, porte-parole du CADTM international (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes).

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Bancocratie (Éditions Aden).
Il a notamment coordonné les travaux de la Commission pour la vérité sur la dette publique de la Grèce, créée en 2015 par la présidente du Parlement grec. (Z.Konstantopoulou) »

organisé par CADTM (Comité pour l’annulation des dettes illégitimes), CAC 69 (Collectif lyonnais pour un audit citoyen de la dette publique), Amis du Monde Diplomatique, Comité de Solidarité avec le Peuple Grec, ATTAC 69

 
UN VIOL EST UN CRIME ! Rassemblement vendredi 25 m ai à 18 h place de la Comédie PDF Imprimer Email
Jeudi, 24 Mai 2018 16:14
à Lyon 1er, métro Hôtel de Ville
à l'appel du Planning Familial et d'autres associations, syndicats et partis, dont le NPA :

"UN VIOL EST UN VIOL !
A l’automne 2017, les verdicts de Pontoise et de Meaux avaient suscités l’indignation. Le premier renvoyait en correctionnelle pour « atteinte sexuelle sur mineure » un homme de 28 ans ayant violé Sarah, onze ans, que les magistrats avaient alors considérés comme consentante. Le second acquittait un homme de 30 ans ayant violé, lui aussi, une fille de 11 ans, au motif qu’aucun des quatre critères caractérisant légalement le viol ne pouvait être retenu : la violence, la contrainte, les menaces ou la surprise. Face à ces injustices flagrantes, des associations de luttes contre les violences sexuelles et des organisations féministes avaient alors exigé du gouvernement des mesures pour mettre fin à l’impunité des violeurs.

Une loi qui marque un recul historique des droits des femmes
Au premier trimestre 2018, une commission des lois « lutte contre les violences sexuelles et sexistes » a alors été constituée devant permettre l’amélioration des lois actuelles sur le viol sur mineure et le harcèlement sexiste. Mais la loi votée le 15 mai ne s’avère ni protectrice pour les victimes ni pénalisante pour les hommes violeurs. En particulier son article 2.

Actuellement, le viol est défini par la pénétration sexuelle ET la qualification de violence ou contrainte ou menace ou surprise chez un.e mineur.e comme un.e majeur.e. Au cas où il n’y a ni violence, ni contrainte, ni surprise ni menace, on présume le consentement chez les majeures et on qualifie d’atteinte sexuelle chez les mineur.e.s.  
Ces zones grises du code pénal qui ne prend pas assez en considération les spécificités du viol laminent les femmes victimes et accentuent souvent l’impunité des violeurs. C’est toujours au ministère public de prouver le crime ; en cas de viol cette loi générale et protectrice des droits se retourne contre les victimes.

Non à la correctionnalisation des viols !

Dans le texte voté, ce misérable art 2 est une rustine sur ce trop lâche code pénal concernant les viols. Il prévoit...

Lire la suite...
 
REUNION PUBLIQUE : JUSTICE, SANTE, QUELS SERVICES PUBLICS VOULONS-NOUS ? JEUDI 24 MAI 2018 PDF Imprimer Email
Mercredi, 23 Mai 2018 11:08

à l'initiative du Syndicat des Avocats de France, de 18H30-21H, Mairie du 7ème arrondissement, 16, place Jean Macé (Métro B, station Jean Macé) - Entrée libre
Intervenants : Véronique DRAHI, Magistrate au Tribunal d’Instance de Lyon, membre du Syndicat de la Magistrature
Laurence ROQUES, Avocate au Barreau du Val-de-Marne, présidente du Syndicat des Avocats de France
Francis DUMONT, Psychologue, Psychanalyste exerçant en milieu hospitalier
Animée par Marie-Noëlle FRERY, Avocate au Barreau de Lyon, membre du SAF

Quand modernisation rime avec diminution de l'accès à la justice : le 20 avril 2018 un projet de loi de « modernisation de la justice » a été présenté en Conseil des Ministres. Il prévoit notamment : la suppression des tribunaux d'instance, le remplacement de certains juges par une plateforme dématérialisée payante, la suppression du juge pour la révision des pensions alimentaires dont l'examen sera renvoyé aux CAF, l'allongement des délais légaux d'examen des plaintes, la réduction du contrôle du juge des tutelles...
Quand l'hôpital devient le malade : services hospitaliers saturés, fermeture de nombreux lits, évolution des politiques publiques en matière hospitalière notamment psychiatrique posant la question du maintien du Service Public de santé... RECHERCHE DE RENTABILITE AU DETRIMENT DU SERVICE PUBLIC ? Ou ALIBI DE LA RENTABILITE POUR DEMANTELER LES SERVICES PUBLICS ?

 
Manifestation de l'Intersyndicale cheminote jeudi 24 mai à 11h à partir de la Tour Incity PDF Imprimer Email
Mercredi, 23 Mai 2018 11:05
à l'angle des cours Lafayette et rue Garibaldi

à Lyon 3ème - métro Part Dieu
 
Soirée-débat : "Que reste-t-il en nous de mai 68 ?" Mercredi 23 mai PDF Imprimer Email
Mercredi, 23 Mai 2018 11:00

à partir de 19, à la Maison des Passages (44, rue st Georges, Lyon 5ème, métro Vieux Lyon)
Dans la période actuelle, dominée par le néolibéralisme austéritaire, la montée des extrêmes droites, le "moment 68", ce qui l’a précédé et suivi, son mouvement général de libération, ses luttes ouvrières et étudiantes, a encore quelque chose à nous dire...
Trois thèmes seront abordés avec à chaque fois trois regards croisés : celui d’une ou d’un témoin qui a vécu mai 68 et ses suites, d’une ou d’un jeune n’ayant pas connu les années 60-70, celui d’une ou d’un universitaire, ayant contribué au livre du Collectif de la Grande Côte Lyon en luttes dans les années 68. Lieux et trajectoires de la contestation (Presses Universitaires de Lyon, 2018) : Sophie Béroud, Vincent Porhel, Lilian Mathieu.

Changer la vie
Ce mot d’ordre de remise en cause de la société, accompagné par de nombreux débats politiques et intellectuels, va déboucher sur le féminisme, l’écologie, le retour à la terre…

Changer la répartition des pouvoirs
La remise en cause de la hiérarchie dans les facs, dans les entreprises, dans les institutions, va entraîner le mouvement pour l’autogestion, de nouvelles organisations ; c’est aussi la remise en cause du capitalisme et la revendication d’une autre répartition des richesses, doublement du SMIC et hausse générale des salaires…

Affrontements et répression
Les formes d’action (barricades, nombreuses et longues occupations d’usines …) ont conduit le pouvoir à revoir ses modes d’action policière et à les faire constamment évoluer depuis.

 
Rassemblement en solidarité avec les femmes irlandaises mercredi 23 mai PDF Imprimer Email
Lundi, 21 Mai 2018 21:53

 

à 18 h

Place de la Comédie (M° Hôtel de ville / opéra)

« Femmes d’Irlande, de Pologne, de France et d’ailleurs, unies dans le même combat !

Le 25 mai 2018, un référendum est organisé en Irlande visant à modifier des amendements de la Constitution notamment sur le 8ème amendement qui garantit seulement « le droit à la vie » de l’embryon, en tenant compte du « droit égal à la vie de la mère ». Cet amendement rend donc illégal le droit à l’avortement, l’enjeu de ce référendum est donc de permettre enfin aux femmes de disposer de leur corps.

Quelle est la pratique actuelle en Irlande ?

L’avortement a toujours été illégal en Irlande, mais son interdiction n’a été insérée dans la Constitution qu’en 1983, après avoir recueilli 67 % des suffrages lors d’un référendum. En 2013, l’Irlande a quitté le cercle très restreint des pays européens où l’avortement est totalement interdit en l’autorisant seulement en cas de danger pour la mère. Le viol, l’inceste ou la malformation du fœtus ne sont pas des raisons légales d’avorter, et une telle intervention constitue un crime passible d’une peine de quatorze ans de prison. L’avortement est donc permis uniquement si la poursuite de la grossesse fait courir à la femme un « risque réel et substantiel », qui est bien entendu justifié par deux médecins dans un centre agréé et de deux psychiatres quand il y a un risque de suicide.

Avortements à l’étranger et avortements clandestins : la débrouille et les risques rythment la vie des Irlandaises !

Selon Amnesty International, près de 25 000 irlandaises (République d’Irlande et Irlande du Nord) ont été contraintes de se rendre en Angleterre ou au Pays de Galles, pour avorter, durant les cinq dernières années. Le coût moyen de ce voyage est estimé à 1 500 euros, il représente donc une somme considérable, provoquant une discrimination économique entre les femmes.

Aujourd’hui la débrouille passe aussi par internet et l’achat de remèdes parfois fantaisistes, parfois franchement dangereux...

Lire la suite...
 
Film débat EXILS ADOLESCENTS mardi 22 mai à 19h Palais du Travail PDF Imprimer Email
Samedi, 19 Mai 2018 16:26

9 Place Lazare Goujon, Villeurbanne Métro A (Gratte Ciel)

Le collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69, vous invite à une soirée débat autour du film EXILS ADOLESCENTS :
Après un long périple de la Guinée à la France, Yakouba a 16 ans quand il débarque seul à Lyon. Il rejoint le collectif RESF jeunes, participe à la lutte des jeunes étrangers pour leurs droits et en devient un des porte-voix.
Exils adolescents Un film de Antoine Dubos Produit par Les films du Balibari 1h10
Antoine Dubos, le réalisateur, a suivi le Collectif jeunes RESF depuis 2014. Aujourd’hui, nombre de mineurs étrangers isolés, sont toujours jetés à la rue, privés d’école ou harcelés, accusés de mentir sur leur identité… Après l’épreuve de la traversée pour venir en Europe, ces jeunes subissent de nouvelles violences. Jeunes à la rue, lycéens menacés d’expulsions, comment élargir les solidarités ?

Collectif de soutien aux réfugiés et migrants Lyon-69 : ATTAC-Rhône, CGT Vinatier, CGT-Éduc’Action Rhône, Union Département. CGT, Union Département. CNT, Collectif Agir Migrants, Collectif Amphi Z, Collectif des EtudiantEs étrangerEs, Collectif 69 Palestine, Coordination Urgence Migrants, Émancipation-69, FSU 69, LDH Rhône, Migrations Minorités Sexuelles et de Genre, MRAP LYON 1-4 et 3-7-8, Planning Familial 69, RESF-69, Union syndicale Solidaires 69, Solidaires EtudiantEs, SUD santé sociaux 69, UJFP Lyon, Alternative Libertaire, Coordination des Groupes Anarchistes-Lyon, EELV 69, ENSEMBLE!, France Insoumise Migrations, L’insurgé, Lutte ouvrière, Les Méduses, MJCF 69, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche 69, PCF, UPC…

 
19 mai 2018 : Marche populaire No TAV de Rosta à Avigliana PDF Imprimer Email
Samedi, 19 Mai 2018 16:22
"Nous sommes là ! Une fois de plus, les No Tav se retrouvent dans la rue pour rappeler leurs raisons de bon sens avec force et détermination. Cette année, nous nous retrouverons à l’entrée de la Vallée de Susa : de Rosta à Avigliana, et pas par hasard, ces deux municipalités seraient lourdement impactées par la construction du tracé du TAV, qui relierait la ville des deux lacs avec le port ferroviaire de Orbassano. A la fin de 2017 le Gouvernement a alloué 1700 millions d’euros pour un énième et inutile “trou” qui aurait un impact important sur la colline morainique, un lieu plein de beautés naturelles et artistiques, et les municipalités qui se trouvent à proximité : Avigliana, Buttigliera, Rosta, Rivoli et Rivalta di Torino.

Aujourd’hui, comme au cours des 30 dernières années, nous nous retrouvons pour défendre non seulement notre territoire, mais aussi les ressources publiques de toutes et tous que chaque gouvernement, quelle que soit son orientation, a toujours voulu gaspiller pour réaliser un grand projet inutile. Que ce projet fût inutile, nous étions les seuls à le dire. Aujourd’hui, il faut noter que même le gouvernement, dans un document de la Présidence du Conseil des ministres, admet que les prévisions de trafic de fret pour le projet Turin-Lyon ont été surestimées. Malgré cela, la décision de continuer nous laisse stupéfaits.

C’est pourquoi aujourd’hui manifester est un acte de bon sens. Le bon sens d’investir l’argent public dans les vraies priorités du Pays : l’automne dernier, notre vallée a été frappée par une série d’incendies dévastateurs qui ont mis en péril des communes et leurs habitants. Des milliers d’hectares de terres ont été détruits par les flammes et, avec colère, nous avons constaté que le gouvernement n’avait pas assez d’avions Canadairs disponibles pour faire face à l’urgence.

Mais cet épisode n’est que la partie émergée d’un iceberg que nous vivons tous les jours : ...

Lire la suite...
 
Manif unitaire interprofessionnelle mardi 22 mai à 10 h de Bellecour à la Préfecture PDF Imprimer Email
Vendredi, 18 Mai 2018 10:44

Le 22 puis le 26 mai, touTEs mobilisées contre le gouvernement Macron

D’après le rapport d’Oxfam, la France est le pays où les actionnaires touchent le plus de dividendes. 67,4% des bénéfices vont aux actionnaires, 27,3% aux investissements… et 5,3% en prime aux salariés. « En 2016, les patrons du CAC 40 gagnaient en moyenne 257 fois le SMIC ». « 1454 filiales d’entreprises du CAC 40 sont implantées dans des paradis fiscaux, sans qu’on sache combien d’impôts elles y payent ».
Autant dire que, dans la France de Macron, il y a de l’argent, mais il est extorqué aux salariéEs.

Le gouvernement craint la grève
Ces chiffres justifient encore plus les mobilisations qui existent actuellement dans le pays pour arrêter la politique de Macron. Après qu’un rapport ait été divulgué concernant le projet de privatisation de la SNCF, le gouvernement tente d’éteindre le feu. La grève des cheminotEs tient plus que jamais, la journée du 14 mai a été la plus massive depuis le début du mouvement.

Dans les universités, malgré la fin des cours, la mobilisation continue, avec des jeunes qui empêchent la tenue des examens afin de garantir une égalité entre touTEs les étudiantEs, d’empêcher des sanctions en demandant une validation automatique puisque, de toute façon, la plupart des cours n’ont pas eu lieu et que ça n’a donc aucun sens de vouloir évaluer ce que les étudiantEs n’ont pas étudié.

Des mobilisations qu’il faut unifier
Le 15 mai, ce sont les salariéEs de la santé qui se sont mobiliséEs. Le 16, dans l’enseignement supérieur. Le 22 mai, c’est toute la fonction publique qui sera mobilisée, pour arrêter le plan CAP 22 de casse des services publics (casse du statut de fonctionnaire, privatisations, suppressions de postes et de moyens…).

Ces mobilisations, nous devons les unifier pour gagner ensemble, pour ne pas perdre séparément. Nous avons besoin d’un plan d’urgence pour le monde du travail et la jeunesse, qui consiste à rejeter les attaques contre les services publics, à la SNCF, dans les universités et ailleurs, créer un million de postes dans la fonction publique, partager le temps de travail pour en finir avec le chômage.

Construire une grève générale...

Lire la suite...
 
Solidarité avec les PalestinienEs face aux crimes d’Israël : rassemblement mardi 15 mai à 18h PDF Imprimer Email
Mardi, 15 Mai 2018 10:17

appel du Collectif Palestine 69 :
« Halte aux massacres : RASSEMBLEMENT
Mardi 15 mai dès 18h Place des Terreaux Lyon
URGENT : Aux côtés de Gaza, aux côtés du peuple palestinien
Halte aux massacres, Justice pour la Palestine !

La journée de ce lundi 14 mai s’achève dans le sang à Gaza. Le jour du transfert de l’ambassade des Etats unis à Jérusalem, Israël poursuit les massacres sans que l’Europe et la France ne bouge. 70 ans après les premiers massacres et du grand exode.
Nous ne pouvons pas rester silencieux face aux drames d’un peuple. »

Communiqué du NPA : Ce lundi 14 mai 2018, alors que d’aucuns célébraient le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, les PalestinienEs de Gaza ont manifesté, par dizaines de milliers, à proximité de la « frontière » avec Israël. L’armée israélienne a une fois de plus ouvert le feu sur les manifestantEs : à l’heure où nous écrivons ces lignes, ce sont pas moins de 52 personnes qui ont été tuées.
Ce bain de sang confirme que l’État d’Israël ne tolère aucune remise en question de sa politique coloniale et que les PalestinienEs qui osent lutter pour leurs droits peuvent à tout moment être tuéEs de sang froid par une armée coutumière des crimes de guerre.
Les PalestinienEs ont des droits, et ont toute légitimité à se mobiliser pour les défendre : le NPA rappelle son soutien inconditionnel aux droits nationaux et démocratiques des PalestinienEs, à leur droit à l’autodétermination et au droit au retour pour les réfugiéEs.

Le NPA s’indigne de ce nouvel épisode de répression sanglante, qui fait grimper à plus de 100 le nombre de PalestinienEs tués à Gaza depuis les manifestations du 30 mars, ainsi que du silence complice du gouvernement Macron-Philippe. Et nous n’oublions pas qu’alors que les PalestinienEs subissent chaque jour les exactions de l’État d’Israël, Netanyahou a été reçu à deux reprises par Macron en moins d’un an.
Blocus de Gaza, colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem, discriminations contre les PalestinienEs d’Israël, détentions arbitraires, assassinats: l’impunité doit cesser ! Le NPA rappelle son attachement à la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) et continuera de s’y investir; Tant que l’État d’Israël ne respectera pas le droit international, il doit être sanctionné et rendu comptable de ses crimes.

 
Jeudi 3 mai : grève interprofessionnelle et à 13h, manifestation devant EDF, métro Garibaldi PDF Imprimer Email
Lundi, 30 Avril 2018 08:41

"tous ensemble contre les politiques de Macron, pour un développement des services publics

La mobilisation sociale s’accélère, le mouvement des cheminots s’ancre durablement, les étudiants se lèvent contre la sélection à l’université, des salarié.e.s se mobilisent dans l’ensemble du pays, dans le public comme à l’Hôpital et dans le privé, à l’image du mouvement chez Carrefour. Face au gouvernement, un nouveau rapport de forces peut s’instaurer, en s’appuyant sur la montée des opinions favorables au mouvement de grève, par un travail d’information, d’éducation populaire et en montrant qu’il y a des alternatives. Il y a là une convergence objective des luttes, qu’il faut conforter et renforcer.

L’originalité du Service Public à la française réside dans le fait qu’il recouvre à la fois le service rendu et le statut de fournisseur, autrement dit, le train et le cheminot, l’hôpital et l’infirmier-mière, le courrier et le postier-ière. Cette idée est unique en ce sens qu’elle renvoie à la cohésion entre l’objectif à atteindre et les moyens à mettre en oeuvre. C’est donc à la fois la réponse à une mission d’intérêt général à laquelle chaque citoyen doit avoir un égal accès. Mais aussi l’exigence que cette mission soit remplie par des personnels disposant de droits et de garanties, d’un statut les assurant d’une indépendance réelle vis à vis des pouvoirs politiques et économiques et de transparence vis à vis des usagers.

Nous affirmons que les Services Publics doivent répondre aux besoins fondamentaux de la population, et notamment des plus défavorisés, et non aux injonctions du marché, à la concurrence « libre et non faussée » de l’Union Européenne ou aux actionnaires toujours plus avides.

Et c’est pourquoi nous exigeons que nos Services Publics soient protégés des logiques capitalistes, dotés d’un personnel au statut et en nombre suffisant, afin de rendre un service de haute qualité, jouant son rôle d’aménagement du territoire, de cohésion sociale et de développement. C’est pour cela qu’il faut créer de nouveaux modes de gestions, plus démocratiques, intégrant pleinement les agents et les usagers. Ce sont des garanties indispensables au renouveau démocratique des services publics.

Ensemble, nous pouvons porter un coût d’arrêt aux politiques libérales du Gouvernement Macron-Philippe, et offrir une alternative politique fondée sur la réappropriation des fruits du travail par ceux qui les produisent, sur la solidarité, une autre répartition des richesses et des pouvoirs, un développement qui prend en compte les limites de la planète.

C’est pourquoi, nous, associations et formations politiques se revendiquant de la gauche de transformation sociale et écologique, lançons un appel unitaire à la mobilisation, pour le 1er Mai, Fête des Travailleurs.es ! et à s’inscrire dans un mouvement d'extension et de convergences des luttes."

Signataires membres du collectif « Défendons tous les services publics, solidarité avec les cheminot.e.s ! » : ATTAC (Association pour la Taxation des Transaction financières et pour Action Citoyenne) Rhône, DiEM25 (Mouvement pour la Démocratie en Europe 2025), Ensemble! 69, Ensemble! 69 Jeunes, Europe Ecologie Les Verts, France Insoumise, Comités Génération.S de la Métropole de Lyon et environs, Comité Jeunes Génération.S de Lyon, Nouveau Parti Anticapitaliste, Nouveau Parti Anticapitaliste Jeunes, Parti Communiste Français, Parti de Gauche 69

 
Grèves SNCF : Interview d'un camarade cheminot de la gare Part-Dieu PDF Imprimer Email
Vendredi, 20 Avril 2018 23:55
Pour visualiser la vidéo, cliquer sur l'image.

 
Arrêt des interventions policières dans les universités ! PDF Imprimer Email
Dimanche, 15 Avril 2018 20:05
Jeudi 12 avril s'est tenue la première grosse AG à 800 à la fac de Lyon 2. Vendredi 13 à 6h, les flics ont évacué de force l'amphi occupé, faisant un blessé et un gardé à vue. Les étudiant.es ont ensuite manifesté à 300 avec les cheminot.es dans un cortège de 1000 personnes. A 16h devait se tenir une AG devant la fac, AG qui a été sévèrement réprimée. Ci-dessous le communiqué de Solidaires Etudiant.es. Les vacances démarrent mais les étudiant.es se réunissent dimanche d'avant rentrée en comité de mobilisation pour organiser les suites.

Les menaces de Macron, qui veut « rétablir l’ordre républicain » dans les universités, semblent être mises à exécution. C’est sa réponse à une mobilisation qui s’étend petit à petit, avec aujourd’hui 1500 étudiantEs en assemblée générale à Censier, 600 à Strasbourg hier, 2500 à Rennes avant-hier, ainsi que dans la jeunesse lycéenne qui a manifesté aujourd'hui à Tours.

Cette mobilisation se construit contre la sélection, mais aussi contre ce gouvernement qui casse tous les droits collectifs et utilise la répression policière avec une violence et une régularité inégalées. Les libertés démocratiques élémentaires sont bafouées. Par l'élargissement et l’approfondissement de la mobilisation, prouvons que ce ne sont pas des « professionnels du désordre » mais bien un mouvement social de la jeunesse et du monde du travail qui ne veut plus de la politique du Président des riches. Flics hors des facs !

Communiqué de Solidaires Etudiant.e.s de Lyon 2

« Cette après-midi à 16h, un rassemblement de protestation contre l'évacuation brutale de l'occupation de l'amphi Fugier a eu lieu...

Lire la suite...
 
Manifestation le 7 avril pour le retrait du projet de loi asile-immigration PDF Imprimer Email
Mardi, 27 Mars 2018 11:11
Liberté de circulation ! Réfugié.e.s, migrant.e.s, vous êtes les bienvenu.e.s !
Respect du droit d’asile : retrait du projet de loi Macron-Collomb !

Car ce projet va en réalité « mettre fin au droit d’asile », et c’est le Syndicat des Avocats de France lui-même qui le dit. Voici quelques exemples  :
- fin de l’hébergement d’urgence inconditionnel : le 1er acte de la loi, la circulaire Collomb, a invité les préfets à faire le tri dans les centres d'hébergement, entre titulaires d'un titre de séjour et les autres : on peut mourir dans la rue du moment qu’on est étranger !
- restriction des droits d’accès au statut de réfugié : alors qu’en 2017, seulement 32 % des demandes d’asile ont été acceptées, le délai pour faire la demande d’asile est diminué, les audiences en vidéoconférence vont être généralisées et le temps pour faire appel réduit à 15 jours, recours qui de plus n’empêchera pas l’expulsion !
- davantage d’enfermement et d’expulsions : durée maximum de rétention multipliée par 3 (afin de préparer des expulsions massives en charter), accélération des renvois des personnes « dublinées » dans le pays où elles ont été enregistrées avant d’arriver en France.

L’objectif est de rendre l’asile impossible. Les exilé.e.s servent de boucs-émissaires. Il s’agit de diviser pour interdire les solidarités, limiter ou empêcher les mobilisations des travailleurs et de la jeunesse contre les offensives antisociales du gouvernement.

Il y a urgence pour empêcher cette loi rétrograde. Malgré l’opposition des associations et des professionnels de l’asile, Macron compte faire voter sa loi en avril. Il y a donc urgence ! Des actions se préparent le 7 avril dans plusieurs villes, pour le retrait du projet de loi.

Dans le Rhône, les réfugié.e.s sont maltraités :
- le plan froid a laissé des centaines de sans abri dans la rue, y compris des familles, et les autres sont menacés d’y retourner à partir du 31 mars
- les mineurs isolés comme les demandeurs d’asile doivent attendre des semaines sans aucun droit, avant d’être ou non pris en charge
- les « dublinés », les réfugiés déboutés et d’autres « indésirables » sont assignés à résidence ou pourchassés jusqu’à l’expulsion

Les actions de solidarité se développent. Accueil citoyen, aides diverses, collectes de soutien, réquisition de bâtiments pour héberger,… montrent la solidarité de la majorité de la population. La Métropole contrecarre ces actions, en expulsant, alors qu’elle refuse d’ouvrir ses immeubles vides. La Préfecture renvoie des lycéens dans leur pays d’origine. Et le projet de loi ne va qu’aggraver cette situation !

Lire la suite...
 
Soirée d’information et de débat SOLIDARITÉ AVEC LA CATALOGNE jeudi 14 décembre PDF Imprimer Email
Dimanche, 10 Décembre 2017 15:26

19h00 à la Maison des Passages, 44 rue Saint Georges, 5e A 5min du métro D - Vieux Lyon
« Après le référendum du 01 octobre qui s’est tenu malgré l’interdiction et la forte répression du gouvernement espagnol, Après les millions de manifestant-e-s qui ont protesté contre cette répression organisée de l’Etat central, Après la déclaration unilatérale d’indépendance pour une République catalane, suivie par une mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement de Madrid Après la dissolution du Parlement catalan, la destitution de son gouvernement, l’arrestation de 9 de ses membres et l’imposition de nouvelles élections pour ce Parlement catalan le 21 décembre,
IL EST NECESSAIRE D’ORGANISER LE DEBAT POUR COMPRENDRE ET AGIR !
En présence des intervenants catalans :
- au nom de l’ANC-France (Assemblée Nationale Catalane) Oriol Avinyo
- un syndicaliste de l’IAC (Intersyndicale Alternative de Catalogne)
- un membre de la CUP (Candidature d’Unité Populaire)

Nous pouvons avoir des débats sur le bien fondé de l’indépendance de la Catalogne ou sur les limites du processus actuel, mais nous partageons des principes qui nous amènent à dire ensemble :
➣ Non à la répression policière qui a causé plus de 1000 blessés lors du 01 octobre.
➣ Liberté pour les prisonniers politiques catalans dont Jordi Sanchez et Jordi Cuxart (présidents des associations ANC et Omnium), ainsi que des 9 membres du Gouvernement élu.
➣ Refus de la mise sous tutelle des institutions Catalanes et de la destitution du Gouvernement élu de « la Généralitat » (application de l’article 155).
➣ Droit du peuple catalan à l’autodétermination c’est-à-dire à décider de son propre avenir lui même.
➣ Contre le soutien de Macron et des autorités de l’Union Européenne à la politique répressive du gouvernement espagnol de Rajoy. »

Premiers signataires : ANC (Assemblée Nationale de Catalogne) - Emancipation - LDH 69 (Ligue des Droits de l’Homme) - Mouvement Ensemble ! 69 - CGA Lyon (Coordination des Groupes Anarchistes) - MJCF Rhône (Jeunes Communistes ) - NPA 69 (Nouveau Parti Anticapitaliste) - Jeunes Ecologistes - Union Syndicale Solidaires 69

 
Pour vous procurer « L’Anticapitaliste », hebdomadaire du NPA, abonnez-vous ! PDF Imprimer Email
Mercredi, 30 Décembre 2015 08:00

Suite à une augmentation importante des tarifs de diffusion en kiosque, l'hebdomadaire du NPA n'est disponible que sur abonnements (par chèque ou prélèvement) ou en vente auprès des militantEs.


Télécharger

les anciens numéros

 
Femmes et travail : spécificités, attaques et résistances PDF Imprimer Email
Dimanche, 12 Février 2017 11:29
Vidéo de la soirée formation sur "Femmes et travail : spécificités, attaques et résistances", organisée à Lyon le 9 février et animée par Alice.
Pour la visionner, cliquez sur l'image